Archives par étiquette : formation

Prêt, capable, décidé

Dans un précédent article, nous avons discuté pour savoir ce qu’était apprendre ou si on était prêt à aller en formation (article êtes vous prêt à changer !). Aujourd’hui on réfléchit sur notre motivation à mettre en pratique ce que l’on a appris. Voici trois petites questions à se poser avant pendant ou après une formation.

Suis-je prêt(e) ?
Sous entendu, suis-je prêt(e) à changer mes méthodes de travail ? Suis-je prêt à prendre le temps nécessaire pour arriver à ce que je veux faire ? Suis-je prêt à court-moyen ou long terme à changer de poste de travail au vu de mes nouvelles compétences ? Autant de questions nécessaires pour donner toutes les chances à son apprentissage de réussir.  On se situe ici sur une idée, une pensée, une envie,un état lié à la motivation.
Exemple : c’était super, j’ai hâte de le mettre en pratique, ya plus qu’à !

Suis-je capable ?
C’est-à-dire est-ce que j’ai toutes les connaissances nécessaires pour les mettre en acte? Si oui, alors passez directement à la question suivante, sinon, il va falloir reprendre vos notes par exemple pour ne pas être bloqué. On regarde ici si on dispose de toutes les connaissances nécessaires à la mise en situation.
Exemple : Je sais comment faire, je dispose de toutes les ressources nécessaires pour mener à bien mon action. J’ai bien fait de faire cette formation ça va me servir.

Suis-je décidé(e) ?
C’est l’étape cruciale du plan d’action ! Si je suis motivé et que j’ai les connaissances nécessaires cela ne me servira à rien si je ne suis pas décidé à les mettre en pratique. C’est le moment de poser des actions, de les planifier au besoin pour s’assurer qu’on va bien atteindre son objectif.
Exemple : pour mener à bien cette action, je compte deux heures de conception que je ferai lundi de 9h à 11h. Ensuite je ferai une maquette que je montrerai vendredi en début d’après-midi à X, pour cela je dois récupérer les infos à Y au plus tard mercredi…

Conclusion
Donnez toutes les chances à vos apprentissages en vous demandant si réellement vous êtes prêt, capable et décidé à les réussir !

NERAC : un outil pour gérer vos connaissances

Je vous ai parlé plusieurs fois de l’importance du temps dans les apprentissages. Mais comment gérer son temps et ne pas être débordé ? Voici un outil fort sympathique que j’utilise régulièrement. A combiner avec la méthode des cailloux par exemple  ! Il vous permettra d’anticiper votre retour de formation concernant la mise en pratique des connaissances ou mettre en place vos révisions.

Le NERAC : présentation
Le NERAC est un outil de gestion du temps qui permet de détecter, évaluer et planifier les tâches que nous devons faire. Car si l’on se contente de faire sa « to do list » il y a de fortes chances pour qu’à la fin on ait fait ce qu’on avait envie de faire et pas forcément ce que l’on devait faire !

 

NERAC, mais ça veut dire quoi ?
N : notez les apprentissages à faire. C’est un peu votre « to do list » !
E : évaluez pour chaque apprentissage le temps que vous comptez/pensez mettre et planifiez les sur votre agenda. Ça vous évitera le stress du « il me reste 20mn qu’est-ce que je fais ».

R : réservez dans votre planning 30% pour les imprévus ou les urgences. Donc si vous estimez que vous allez mettre 1h pour réaliser un apprentissage et 1h pour le suivant, gardez votre 3ème heure libre.

A : actualisez vos tâches. Certaines deviennent soudainement urgentes ou plus importantes. Un agenda ça bouge !

C : contrôlez en fin de journée de mois ou de semaine que vous avez bien réalisé les notions que vous deviez revoir, apprendre ou mettre en pratique.

Conclusion
Je vous l’ai déjà dit, personne de vous donnera du temps, c’est à vous de le prendre. Pour rendre encore plus efficace vos formations ou celles de vos collaborateurs prévoyez dès le départ des temps dédiés aux apprentissages post formation. Essayer le NERAC, c’est l’adopter, non?

Vélo, auto, boulot : apprendre est bien un processus

Souvent, on part en formation avec l’idée un peu folle qu’on va y entrer novice et ressortir expert ! Souvent on nous envoie en formation avec la même idée loufoque « ben t’as fait la formation alors tu sais faire, non ? ». Et bien non ! L’apprentissage est un processus. Et pour ceux qui doutent encore voilà quelques exemples du quotidien.

Dis comment on tient en équilibre sur un vélo ?
« C’est facile, tu pédales et tu regardes droit devant ! Oui mais…ça ne marche pas…heu…parce qu’en fait en même temps il faut garder l’équilibre ? Et comment je fais ça ? heu…attends je vais t’aider. »

Que vous l’ayez vécu ou vu, vous visualisez très bien un parent haletant courant aux côtés de son enfant pour l’accompagner dans ses premières avancées. En connaissance on le sait, il y a les connaissances dites explicites, c’est celles qu’on sait verbaliser « tu regardes devant toi et tu pédales ». Et il y a les connaissances tacites : expliquez-moi comment vous faites pour tenir en équilibre ? « heu…. ». Ces connaissances tacites viennent souvent de l’expérience, de multiples essais. Ce sont celles là qu’on ne peut pas forcément transmettre en formation, celles qui nécessitent du temps pour être mises en application.

Ce soir c’est moi qui amène la famille au resto !
Oui mais voilà, le resto est au bout de la ville et votre enfant de 18 ans, fraichement élevé au rang de conducteur souhaite transporter le petit dernier de 4 mois en prenant le volant. Heu…boule au ventre et regards aux aguets, le trajet est pour vous hyper stressant. « Mais ça va détend toi, je viens d’avoir mon permis. Si je savais pas conduire, je l’aurai pas réussi ». Mmmmm pas si sûr ! On se souvient tous de nos premiers trajets tout seuls, franchement on était loin d’avoir l’aisance d’aujourd’hui voir les réflexes que nous avons acquis et qui nous on plusieurs fois sauvés la vie.

Bravo, vous avez été choisi pour le poste !
Souvenez-vous, vous avez fait des pieds et des mains pour obtenir ce poste. Après quelques années, vous vous retournez avec émotions sur vos débuts…affligeants ! A mes débuts de formatrice, j’étais tellement accès sur le contenu que j’aurai pu faire la même formation sans aucun stagiaire ! Je n’y aurais vu aucune différence ! J’étais concentrée sur le timing, sur ma voix tremblotante, sur mon plan de cours. Et vous, vous étiez comment à vos débuts ? Pas aussi à l’aise qu’aujourd’hui n’est-ce pas ?

Conclusion
L’apprentissage est bien un processus. Alors pourquoi existe-t-il un tel manque en ce qui concerne les apprentissages post formation. Pourquoi ne prenons-nous pas le temps ou ne laissons nous pas le temps aux autres de mettre en pratique ce qu’ils ont appris. Sans ce temps, vous ne sauriez pas faire du vélo, conduire, et encore moins occuper de cette façon votre poste de travail…A méditer !

 

Peinture et apprentissages

En aidant une amie à s’installer, je me suis retrouvée rouleau à la main à repeindre la maison.

Je me suis fait la remarque suivante : finalement, il y a beaucoup de points communs entre peindre une pièce et les méthodes d’apprentissage. En voici au moins trois.

Préparer
Pour ceux qui ont déjà tenté l’expérience, le plus long dans la peinture ce n’est pas de passer le rouleau mais toute la préparation en amont : quelle peinture choisir, pourquoi pour quelle finition ? Protéger ce qui doit l’être avec des bâches, poser le scotch sur les parties à ne pas peindre, choisir les outils qui faciliteront l’application. En formation les mêmes questions se posent : quelle formation choisir, pour quels objectifs ? Faire le bilan sur ce que l’on sait déjà ou pas, penser à des questions, des mises en application est tout aussi important. Préparer sa formation  est donc une étape importante.

Poser
On ne peint pas tous de la même façon ! Le coup de pinceau varie d’une personne à une autre. En théorie, une seule personne doit peindre la même pièce pour éviter des dépôts de peinture différents, ou des coups de pinceaux dans des sens différents.  En termes d’apprentissage, personne n’apprend de la même façon non plus ! Connaissances acquises précédemment, bouquets d’intelligences, cursus scolaire professionnel ou personnel sont autant de critères qui nous différencient. Vouloir ou penser que tout le monde apprend de la même façon est aussi saugrenue que de penser qu’on a tous le même coup de pinceau !

Agrémenter
C’est suite à la pose de la peinture qu’on s’attèle à décorer la pièce. On pose donc les nouveaux éléments sur une base. Pour les apprentissages c’est pareil : la formation actuelle prépare les formations à venir et s’appuie sur les connaissances passées. Penser à l’après formation et à la cohérence des parcours donne une dimension particulière au sens que nous donnons à nos apprentissages. Comment allez-vous agrémenter la formation que vous allez faire ou que vous venez de faire ?

Conclusion
Ce qui nous parait évident dans la vie de tous les jours ne l’est pas forcément lorsque nous parlons apprentissage. Etrange, non ?

Entrée en formation : êtes vous prêt à changer ?

Dans un article précédent, je vous avais parlé de quelques astuces à appliquer avant d’entrer en formation. Mais êtes-vous prêt à changer vos méthodes de travail ? Petit test.
Perdre du temps…pour en gagner
L’apprentissage est un processus. Quand on revient de formation, il est nécessaire de prendre du temps pour ancrer les nouvelles connaissances et les mettre en pratique. C’est une étape cruciale. Pourtant, poussés par les urgences, on a tendance à se dire que finalement on faisait plus vite avant et on retombe dans les anciens travers. Alors êtes-vous prêt à vous donner la chance de progresser ?
Changer ses méthodes de travail
La formation implique de changer ses méthodes de travail. Vous devez travailler plus efficacement (informatique, vente) mais aussi en toute sécurité (gestes et postures, formation aux produits d’entretien) ou moins stressé (gestion de projet, de conflits, accueil). Alors êtes-vous prêt à travailler différemment ?
Monter en compétence
Vous vous formez, vous montez en compétence. Ces dernières sont reconnues et on vous sollicite pour d’autres tâches. Ainsi petit à petit (ou radicalement parfois) on est amené à quitter sa zone de confort et à explorer de nouveaux horizons. Alors êtes-vous prêt à relever ce défi ?
Conclusion : Si vous répondez non à une de question alors non, vous n’êtes pas prêt à entrer en formation !

La formation ça sert à rien !

L’objectif quand on entre en formation ou qu’on doit l’assurer c’est de faire en sorte que l’apprentissage soit réussi. Mais, qu’est-ce qui se passe si une formation est réussie ? Quels sont les impacts d’un apprentissage concret ? Regardons d’un peu plus près…
Un changement individuel
Quand on revient de formation on est boosté, on n’a qu’une envie c’est mettre en pratique ce que l’on a appris. Quand on a la chance d’avoir du temps pour ancrer les nouvelles connaissances, on change indéniablement nos méthodes de travail. Sauf qu’un changement individuel entraine un changement collectif et que ce changement on l’avait pas vu venir !
Un changement collectif
Vous êtes monté en compétence, vous avez changé vos méthodes de travail. Oui mais….les collègues ne suivent pas ! Aïe et quand vous tentez de leur expliquer qu’ils peuvent/doivent faire différemment ça coince. Comment continuer son apprentissage dans ces conditions ?
Un changement organisationnel
Il faut monter au niveau organisationnel et tenir compte que des connaissances ça se manage ! Autant maitriser l’effet domino qui résulte d’un retour de formation et anticiper les changements qui en résultent. Sinon et bien on continuera à dire que « la formation, ça sert à rien ! ».
Conclusion
La formation est un droit, il faut dépenser des budgets pour répondre à la réglementation, certes. Mais autant la rendre utile et améliorer son retour sur investissent en se préparant aux changements individuels, collectifs et organisationnels qu’elle entraine. Anticiper ces changements c’est mettre des actions concrètes pour ne plus dire “la formation ça sert à rien !”.

J’ai pas le temps !

Le temps est selon moi au cœur des apprentissages. Voilà trois bonnes raisons pour ralentir le rythme et se consacrer à ses nouvelles connaissances.

Du temps pour apprendre
En formation ou en cours, il est nécessaire de laisser du temps pour que les personnes puissent réfléchir à ce qui est dit, faire des ponts avec ce qu’elles connaissent et poser des questions. Inutile donc de parler à toute vitesse ou de se laisser embarquer dans le TGV de l’intervenant.

Du temps pour ancrer
Maintenant il est temps de réviser ou de mettre en application ce que l’on appris. Laisser assez de temps entre la fin des cours et les examens permet une meilleure assimilation. Au retour de formation c’est par la pratique qu’on ancre les connaissances. Autant se garder des créneaux, ce n’est pas du tems perdu.

Du temps pour réguler
Tout ce que l’on apprend est périssable. Il est donc important de mettre ses connaissances à jour. La curiosité est un vilain défaut ? Pas dans les apprentissages en tout cas !

Conclusion
Réussir ses apprentissages c’est aussi leur consacrer du temps. Prenez-le parce que personne ne vous le donnera !

Préparer sa formation

Vous allez suivre une formation ? Alors il est important de la préparer afin d’en profiter au maximum. Voici trois conseils pour appréhender au mieux votre nouvel apprentissage. Il y a la méthode des 30s  certes mais voilà encore quelques astuces.

Préparez le retour
Et oui ! l’objectif d’une formation c’est de mettre en application ce qu’on a appris. Aussi il est important de partir en formation en ayant un projet en tête à mettre en œuvre par la suite. Plus vite on applique, mieux on ancre les connaissances ! Préparez un document avec les idées clés à retenir, vos objectifs et réservez une case pour planifier vos actions dès le retour de formation.

Faites des ponts
Pendant la formation, restez actif ! Demandez-vous si ce qu’on est en train de vous montrer pourra vous servir, comment, sous quelles conditions. Posez des questions, soyez audacieux ! Dites vous que si une question vous parait bête, il y a pourtant  une autre personne qui se la pose !

Gardez le contact
Le groupe de formation vous permet d’élargir votre réseau. Ce dernier est précieux pour demander de l’aide an cas de blocage (vous avez suivi la même formation) ou élargir vos horizons (vous faites les choses différemment). Récoltez les adresses mails de vos futurs collègues de formation si vous le pouvez. N’oubliez pas de contacter l’intervenante qui sera ravie de pouvoir vous accompagner dans la poursuite de vos apprentissages !!!

Conclusion
Une formation ça se prépare, plus vous vous projetez, mieux vous assimilerez!

Travailler en fonction de ses intelligences

Une théorie qui me passionne est la théorie des intelligences multiples. Comment adapter ses façons de faire en fonction des situations ? Nous laisse t’on agir en fonction de nos intelligences.

Ecouter de la musique
Quoi de plus déplaisant que de voir les étudiants le casque sur les oreilles où d’entendre quelqu’un chantonner tout au long de la journée. Et pourtant la musique permet à certains de traiter les informations reçues. C’est pourquoi j’invite mes stagiaires lors d’exercices pratiques à se munir de leurs écouteurs ! Il n’a jamais été prouvé que travailler en silence était plus efficace !

Sage comme une image
Certaines personnes ont besoin de bouger pour apprendre. Il n’y a qu’à voir les personnes qui ne peuvent s’empêcher de marcher en téléphonant ! On apprend avec son corps alors inutile d’attendre la pause pour se dégourdir les jambes. Et inutile de reprendre son enfant qui gigote sur sa chaise…autant la lui enlever ! On peut apprendre en lançant une balle contre un mur, en marchant ou en dansant ! Il n’a jamais été prouvé que travailler assis était plus efficace !

Hey j’ai des visions !
Certains d’autres nous on besoin de visualiser ce qu’ils apprennent. Un cours d’histoire se transforme en film qui défile, une formation graphisme donne naissance à des affiches ou des flyers virtuels. Visualiser ce que nous allons faire de nos apprentissage permet de les ancrer. Nous pouvons aussi les dessiner, d’ailleurs c’est un des principes du mindmapping ! Il n’a jamais été prouvé que seuls les mots permettaient d’apprendre !

Conclusion
Il ne faut pas tenter de faire comme notre voisin nous avons chacun un bouquet d’intelligences singulier. Comme on fait c’est parfait ! Il faut juste en être conscient…

Le rôle du groupe

A l’heure du e-learning du Mooc et autres apprentissages virtuels qui ont tendance parfois à déshumaniser la formation, remettons le groupe au centre de nos apprentissages. Un groupe oui mais pourquoi faire ?

Le groupe pour assimiler
La fonction de  groupe d’assimilation permet aux membres de reformuler ce qu’ils ont compris soit du projet général, soit des notions abordées pendant le cours ou la formation. Ce travail de reformulation sert à la bonne compréhension des notions.

Le groupe pour débattre
La fonction de groupe de confrontation permettant l’échange d’idées est utilisé pour approfondir des notions et les aborder sous de multiples perspectives. Débattre, argumenter, confronter ses idées ou ses mises en situation sert à pousser la réflexion à son maximum. Fini les apprentissages passifs !

Le groupe pour évaluer
La fonction de groupe d’inter-évaluation est en fait une évaluation inter-groupe. En effet les échanges inter-groupes permettent d’éclaircir certains points lorsque les ressources ne sont pas détenues en interne. Dans une formation, certaines notions sont abordées avec un groupe et pas forcément avec un autre. Permettre à toutes les personnes de se croiser permet de continuer un apprentissage post formation. C’est dans cet esprit que l’espace collaboratif que nous avons mis en place a été structuré. (www.omnispace.fr/jrccc).

Le groupe pour s’aider
Le groupe est un donc un formidable support aux apprentissages. Permettre des travaux de groupes en formation ou en amphithéâtre est une valeur ajoutée indéniable.