Archives par étiquette : connaissance

Vélo, auto, boulot : apprendre est bien un processus

Souvent, on part en formation avec l’idée un peu folle qu’on va y entrer novice et ressortir expert ! Souvent on nous envoie en formation avec la même idée loufoque « ben t’as fait la formation alors tu sais faire, non ? ». Et bien non ! L’apprentissage est un processus. Et pour ceux qui doutent encore voilà quelques exemples du quotidien.

Dis comment on tient en équilibre sur un vélo ?
« C’est facile, tu pédales et tu regardes droit devant ! Oui mais…ça ne marche pas…heu…parce qu’en fait en même temps il faut garder l’équilibre ? Et comment je fais ça ? heu…attends je vais t’aider. »

Que vous l’ayez vécu ou vu, vous visualisez très bien un parent haletant courant aux côtés de son enfant pour l’accompagner dans ses premières avancées. En connaissance on le sait, il y a les connaissances dites explicites, c’est celles qu’on sait verbaliser « tu regardes devant toi et tu pédales ». Et il y a les connaissances tacites : expliquez-moi comment vous faites pour tenir en équilibre ? « heu…. ». Ces connaissances tacites viennent souvent de l’expérience, de multiples essais. Ce sont celles là qu’on ne peut pas forcément transmettre en formation, celles qui nécessitent du temps pour être mises en application.

Ce soir c’est moi qui amène la famille au resto !
Oui mais voilà, le resto est au bout de la ville et votre enfant de 18 ans, fraichement élevé au rang de conducteur souhaite transporter le petit dernier de 4 mois en prenant le volant. Heu…boule au ventre et regards aux aguets, le trajet est pour vous hyper stressant. « Mais ça va détend toi, je viens d’avoir mon permis. Si je savais pas conduire, je l’aurai pas réussi ». Mmmmm pas si sûr ! On se souvient tous de nos premiers trajets tout seuls, franchement on était loin d’avoir l’aisance d’aujourd’hui voir les réflexes que nous avons acquis et qui nous on plusieurs fois sauvés la vie.

Bravo, vous avez été choisi pour le poste !
Souvenez-vous, vous avez fait des pieds et des mains pour obtenir ce poste. Après quelques années, vous vous retournez avec émotions sur vos débuts…affligeants ! A mes débuts de formatrice, j’étais tellement accès sur le contenu que j’aurai pu faire la même formation sans aucun stagiaire ! Je n’y aurais vu aucune différence ! J’étais concentrée sur le timing, sur ma voix tremblotante, sur mon plan de cours. Et vous, vous étiez comment à vos débuts ? Pas aussi à l’aise qu’aujourd’hui n’est-ce pas ?

Conclusion
L’apprentissage est bien un processus. Alors pourquoi existe-t-il un tel manque en ce qui concerne les apprentissages post formation. Pourquoi ne prenons-nous pas le temps ou ne laissons nous pas le temps aux autres de mettre en pratique ce qu’ils ont appris. Sans ce temps, vous ne sauriez pas faire du vélo, conduire, et encore moins occuper de cette façon votre poste de travail…A méditer !

 

Peinture et apprentissages

En aidant une amie à s’installer, je me suis retrouvée rouleau à la main à repeindre la maison.

Je me suis fait la remarque suivante : finalement, il y a beaucoup de points communs entre peindre une pièce et les méthodes d’apprentissage. En voici au moins trois.

Préparer
Pour ceux qui ont déjà tenté l’expérience, le plus long dans la peinture ce n’est pas de passer le rouleau mais toute la préparation en amont : quelle peinture choisir, pourquoi pour quelle finition ? Protéger ce qui doit l’être avec des bâches, poser le scotch sur les parties à ne pas peindre, choisir les outils qui faciliteront l’application. En formation les mêmes questions se posent : quelle formation choisir, pour quels objectifs ? Faire le bilan sur ce que l’on sait déjà ou pas, penser à des questions, des mises en application est tout aussi important. Préparer sa formation  est donc une étape importante.

Poser
On ne peint pas tous de la même façon ! Le coup de pinceau varie d’une personne à une autre. En théorie, une seule personne doit peindre la même pièce pour éviter des dépôts de peinture différents, ou des coups de pinceaux dans des sens différents.  En termes d’apprentissage, personne n’apprend de la même façon non plus ! Connaissances acquises précédemment, bouquets d’intelligences, cursus scolaire professionnel ou personnel sont autant de critères qui nous différencient. Vouloir ou penser que tout le monde apprend de la même façon est aussi saugrenue que de penser qu’on a tous le même coup de pinceau !

Agrémenter
C’est suite à la pose de la peinture qu’on s’attèle à décorer la pièce. On pose donc les nouveaux éléments sur une base. Pour les apprentissages c’est pareil : la formation actuelle prépare les formations à venir et s’appuie sur les connaissances passées. Penser à l’après formation et à la cohérence des parcours donne une dimension particulière au sens que nous donnons à nos apprentissages. Comment allez-vous agrémenter la formation que vous allez faire ou que vous venez de faire ?

Conclusion
Ce qui nous parait évident dans la vie de tous les jours ne l’est pas forcément lorsque nous parlons apprentissage. Etrange, non ?

J’ai pas le temps !

Le temps est selon moi au cœur des apprentissages. Voilà trois bonnes raisons pour ralentir le rythme et se consacrer à ses nouvelles connaissances.

Du temps pour apprendre
En formation ou en cours, il est nécessaire de laisser du temps pour que les personnes puissent réfléchir à ce qui est dit, faire des ponts avec ce qu’elles connaissent et poser des questions. Inutile donc de parler à toute vitesse ou de se laisser embarquer dans le TGV de l’intervenant.

Du temps pour ancrer
Maintenant il est temps de réviser ou de mettre en application ce que l’on appris. Laisser assez de temps entre la fin des cours et les examens permet une meilleure assimilation. Au retour de formation c’est par la pratique qu’on ancre les connaissances. Autant se garder des créneaux, ce n’est pas du tems perdu.

Du temps pour réguler
Tout ce que l’on apprend est périssable. Il est donc important de mettre ses connaissances à jour. La curiosité est un vilain défaut ? Pas dans les apprentissages en tout cas !

Conclusion
Réussir ses apprentissages c’est aussi leur consacrer du temps. Prenez-le parce que personne ne vous le donnera !

Préparer sa formation

Vous allez suivre une formation ? Alors il est important de la préparer afin d’en profiter au maximum. Voici trois conseils pour appréhender au mieux votre nouvel apprentissage. Il y a la méthode des 30s  certes mais voilà encore quelques astuces.

Préparez le retour
Et oui ! l’objectif d’une formation c’est de mettre en application ce qu’on a appris. Aussi il est important de partir en formation en ayant un projet en tête à mettre en œuvre par la suite. Plus vite on applique, mieux on ancre les connaissances ! Préparez un document avec les idées clés à retenir, vos objectifs et réservez une case pour planifier vos actions dès le retour de formation.

Faites des ponts
Pendant la formation, restez actif ! Demandez-vous si ce qu’on est en train de vous montrer pourra vous servir, comment, sous quelles conditions. Posez des questions, soyez audacieux ! Dites vous que si une question vous parait bête, il y a pourtant  une autre personne qui se la pose !

Gardez le contact
Le groupe de formation vous permet d’élargir votre réseau. Ce dernier est précieux pour demander de l’aide an cas de blocage (vous avez suivi la même formation) ou élargir vos horizons (vous faites les choses différemment). Récoltez les adresses mails de vos futurs collègues de formation si vous le pouvez. N’oubliez pas de contacter l’intervenante qui sera ravie de pouvoir vous accompagner dans la poursuite de vos apprentissages !!!

Conclusion
Une formation ça se prépare, plus vous vous projetez, mieux vous assimilerez!

Travailler en fonction de ses intelligences

Une théorie qui me passionne est la théorie des intelligences multiples. Comment adapter ses façons de faire en fonction des situations ? Nous laisse t’on agir en fonction de nos intelligences.

Ecouter de la musique
Quoi de plus déplaisant que de voir les étudiants le casque sur les oreilles où d’entendre quelqu’un chantonner tout au long de la journée. Et pourtant la musique permet à certains de traiter les informations reçues. C’est pourquoi j’invite mes stagiaires lors d’exercices pratiques à se munir de leurs écouteurs ! Il n’a jamais été prouvé que travailler en silence était plus efficace !

Sage comme une image
Certaines personnes ont besoin de bouger pour apprendre. Il n’y a qu’à voir les personnes qui ne peuvent s’empêcher de marcher en téléphonant ! On apprend avec son corps alors inutile d’attendre la pause pour se dégourdir les jambes. Et inutile de reprendre son enfant qui gigote sur sa chaise…autant la lui enlever ! On peut apprendre en lançant une balle contre un mur, en marchant ou en dansant ! Il n’a jamais été prouvé que travailler assis était plus efficace !

Hey j’ai des visions !
Certains d’autres nous on besoin de visualiser ce qu’ils apprennent. Un cours d’histoire se transforme en film qui défile, une formation graphisme donne naissance à des affiches ou des flyers virtuels. Visualiser ce que nous allons faire de nos apprentissage permet de les ancrer. Nous pouvons aussi les dessiner, d’ailleurs c’est un des principes du mindmapping ! Il n’a jamais été prouvé que seuls les mots permettaient d’apprendre !

Conclusion
Il ne faut pas tenter de faire comme notre voisin nous avons chacun un bouquet d’intelligences singulier. Comme on fait c’est parfait ! Il faut juste en être conscient…

Organiser ses cailloux

Vous connaissez peut être la méthode des cailloux ? Souvent utilisée en développement personnel elle consiste à dire que si nous ne plaçons pas les éléments les plus importants au centre de notre vie (les gros cailloux) nous ne pouvons pas remplir notre bocal avec des éléments moins importants (le gravier). Cette méthode s’applique aussi aux apprentissages !

Es-tu du matin ou du soir ?
Connaissez-vous les heures où vous arrivez le mieux à apprendre ? En ce qui me concerne c’est le matin ! J’ai un collègue qui tel le diesel est plutôt en forme à 15h ! Se connaitre c’est déjà s’assurer d’optimiser son temps d’apprentissage !

Par quoi je commence ?
Je commence le matin par les travaux de réflexion. Ce sont mes gros cailloux ! Analyser, synthétiser, classer, concevoir des interventions, réfléchir à de nouvelles approches pédagogiques ou lire des articles de recherche. Tout ce qui me demande un travail purement intellectuel est fait en premier. Après je fatigue….

Et ensuite ?
Ensuite, tout au long de la journée, j’enchaine des tâches de plus en plus liées à la production qu’à la réflexion. Ce sont mes plus petits cailloux. Pour moi c’est l’écriture de mes comptes rendus, de mes grilles d’entretien, de mes scénarios pédagogique, des mes idées bref je concrétise mes réflexions.

Et pour finir ?
Je fini par des tâches 100% production comme aller sur les réseaux sociaux, lire mes mails, faire des dossiers, faire des recherches d’articles sur internet (j’aurai réfléchi à mes mots clé le matin !). A la fin de la journée je sais que j’ai fait les choses les plus importantes. Et je me couche avec la satisfaction d’avoir passé une bonne journée productive !

Conclusion
Pas de meilleure solution, le tout est de faire en fonction de son rythme. Se connaitre c’est se donner les chances d’avancer. Je vous ai dit comment j’organisais mes journées, et vous, comment procédez-vous ?

3 minutes pour s’y mettre

Dans un précédent article (30 s pour apprendre), nous avons vu qu’il suffisait parfois de 30 secondes pour ancrer des connaissances ou les réactiver. Mais parfois, c’est la motivation à s’y mettre qui nous manque. L’appel des réseaux sociaux ou des mails est plus fort que la tâche que nous devons accomplir.

Nous tournons en rond, nous effectuons les tâches qui nous font plaisir (et qui souvent sont le moins productives) et à la fin de la journée nous nous couchons avec le sentiment qu’on aurait pu faire différemment. On est stressé (e) car le travail n’a pas avancé et il vient s’ajouter à celui du lendemain déjà bien chargé.

On s’auto-manipule : allez après la pause clope, la pause télé, la pause facebook, la pause café, la tâche X, promis je m’y mets !!! Arfff on s’y met pas quand même !

La meilleure façon de faire quelque chose qu’on n’a pas envie de faire…c’est de s’y mettre !

Mais que pendant 3 minutes ! Passé ce délai deux choses peuvent se produire

–           Vous n’arrivez toujours pas à vous concentrer. Dans ce cas, il vaut mieux faire une nouvelle tentative plus tard. Par exemple vous avez besoin de concentration et c’est pas le moment, ou on vous demande de faire quelque chose de plus urgent, ou encore vraiment ça vous demande trop d’effort à ce moment là.

–          En général cela suffit à vous lancer et vous êtes partis pour environ 1h30 de concentration ! Et oui c’est dans les 3 minutes que ça se joue ! Le cerveau une fois en marche a du mal à s’arrêter. C’est extrêmement puissant !

Cette technique marche également pour toutes les petites choses du quotidien : Allez j’ai trois minutes pour relire mon support de cours, mettre en pratique la partie X de la formation, payer mes impôts, faire le courrier pour mon inscription, écrire le début de ce rapport, faire la vaisselle, le ménage…

Testez, vous me direz !

30 secondes pour apprendre

Savez-vous que parfois pour apprendre, il suffit de bien exploiter 30s de son temps ! Usez et abusez de cet outil très puissant et peu gourmand en temps !

Avant d’entrer en cours ou en formation
Prenez trente secondes pour vous remettre en tête ce que vous avez appris la fois précédente. Que ce soit dans votre tête ou sur papier, noté dessiné ou en musique il est important de mettre le cerveau en marche.  Ainsi dès les premières secondes d’intervention vous êtes concentré.

Juste après
Une fois le cours ou la formation terminée prenez-trente seconde pour ancrer ce que vous venez d’apprendre.  Sur des interventions qui durent toute une journée, vous pouvez faire cet exercice en début de chaque pause, au moment d’aller chercher le café ou pendant la pause pipi !

Avant de vous mettre au travail
Vous allez effectuer un travail (fiches, relecture de notes ou mise en pratique de certaines notions). Prenez 30 secondes pour vous imaginer en train de faire votre tâche. Cela permet de faire remonter à la surface les bonnes informations et de les rendre disponibles plus rapidement. Vous gagnerez ainsi en productivité.

30 secondes bien exploitées c’est des heures d’apprentissages bien ancrées !

Les intelligences multiples : les bases

La théorie des intelligences multiples a été crée par Howard Gardner en 1983. Son succès dans le monde anglo-saxon depuis sa parution en 1983 a été considérable, en particulier dans les champs de l’éducation et de la formation permanente. Il introduit une nouvelle façon de comprendre l’intelligence des enfants en échec scolaire aux États-Unis.

Une intelligence selon Gardner (2006)  est définie par ” a biopsychological potential to process information that can be activated in a cultural setting to solve problems or create products that are of value in a culture.” C’est à dire “un potentiel biopsychologique qui traite des informations qui peuvent être activées dans un environnement culturel pour résoudre des problèmes ou créer un produit de valeur dans une culture.

Gardner, selon ces critères définit 8 intelligences qui ont chacune leur propre système symbolique

  • la verba-linguistique c’est à dire la capacité à être sensible aux structures linguistiques sous toutes ses formes
  •  la logique mathématique c’est à dire tout ce qui est lié aux nombres ou à la logique très analytique.

Six sont selon lui souvent ignorées du système éducatif ou de formation :

  •  l’intelligence visuelle-spatiale. C’est la capacité à créer des images mentales, et à percevoir le monde visible avec précision dans ses trois dimensions.
  •  l’intelligence musicale-rythmique liée à des personnes qui apprennent à travers le rythme et la musique.
  •  l’intelligence corporelle utilisée par les personnes qui apprennent en pratiquant et/ou qui ne peuvent pas assimiler en restant assis sur une chaise. l’intelligence interpersonnelle c’est à dire la capacité à entrer en contact avec les autres. Il y a des personnes qui ont besoin de discuter avec d’autres personnes de ce qu’ils ont appris pour intégrer. Léchange permet d’apprendre.
  • l’intelligence intrapersonnelle qui est la capacité à avoir une bonne connaissance de soi-même.
  • l’intelligence (du) naturaliste. Elle a été rajoutée aux sept précédentes par Howard Gardner en 1996. C’est la capacité à reconnaître et à classer, à identifier des formes et des structures dans la nature, sous ses formes minérales, végétales ou animales. On la reconnaît chez ceux qui ceux qui savent organiser des données, sélectionner, regrouper, faire des listes.

Cette distinction est illusoire tant les intelligences interagissent.

Ne pas confondre intelligences, capacités, styles cognitifs, système sensoriel, compétences

Afin d’éviter toute confusion entre les intelligences et autres compétences, Gardner (2006) dessine leurs contours en faisant plusieurs distinctions.Ainsi le niveau d’analyse stipule qu’elles se démarquent des capacités telles que l’attention, la motivation ou les styles cognitifs.

Capacités
Contrairement à l’attention et la motivation, les intelligences sont mobilisés pour donner un sens à un contenu spécifique, une information ou tout autre objet dans le monde.

Styles cognitifs
Quant aux styles cognitifs, ils correspondent à la manière donc chaque individu approche des tâches cognitives et n’est pas lui non plus en relation avec un contenu spécifique. Pour exemple Kolb (2005) fait une typologie de 4 styles cognitifs : Le divergent (concret-réfléchi); L’assimilateur (réfléchi-abstrait); Le convergent (abstrait-actif); L’exécutant(concret-actif). Ces styles ne tiennent pas compte d’une situation particulière.

La théorie MI fait donc partie pour nous du courant de la cognition située.

Attention cependant aux raccourcis audacieux. On en peut pas faire le lien le contenu et l’intelligence. Le fait de débattre ou d’écrire un poème font tous les deux appels à l’intelligence linguisitic. Gardner (2006) ” This observation also highlights the fact that there is not a one-to-one correspondence between specific types of content and the intelligences. Writing a poem and engaging in a debate are two distinct activities that each draw on linguistic intelligence”

Systèmes sensoriels
C’est le vecteur par lequel le cerveau reçoit les informations alors que les intelligences sont des sytèmes qui donnent un sens à l’information “once it has been received and irrespective of the means of reception.”(Une fois qu’il a été reçu et sans tenir compte des moyens de réception). Ainsi l’intelligence musical/rythmique proche du système sensoriel de l’audition traitera les informations suivant qu’elles aient été reçues par le timbre ou l’intonation, le rythme. Le système sensoriel précède le traitement intellectuel.

Compétences
Les compétences sont le produit d’un travail. Elles agissent sur le monde externe. On peut être un bon nageur ou un  bon dessinateur. Pour être un bon nageur ou dessinateur on peut faire appel aux intelligences visuel/spatial et corporelle. Mais le fait d’être un bon nageur dépend de la culture dans laquelle on est permettant l’accès facile à un plan d’eau, la qualité de l’instructeur ou le temps passé à s’entrainer.

Utilisation des intelligences
Les intelligences sont utilisées quotidiennement et dans plusieurs domaines. Un même personne peut utiliser plusieurs intelligences tout au long de sa journée en écrivant une carte pour des amis, se questionner sur son attitude et faire un puzzle.

Bilbliographie

Gardner.H (1983) Frames of mind : The theory of multiple intelligences. New york : Basic Books

Kolb, 2005 “The Kolb learning Style Inventory” (version 3.1) Haygroup, Boston