L’après formation : le défi

Que l’on soit dans le système éducatif ou en formation professionnelle, le retour de formation reste un moment délicat. En éducation,  ( formation initiale ou continue), il faut prouver lors d’un examen sur table que les connaissances académiques sont acquises. En formation professionnelle c’est sur le poste de travail que la réussite d’une formation est estimée 

L’apprentissage est un processus 

On oublie hélas que l’apprentissage est un processus ce qui veut dire qu’il faut du temps pour assimiler des informations. Hors, il est demandé aux étudiants ou aux stagiaires d’être performants quasi instantanément. Cela est d’autant plus absurde qu’aucun accompagnement pour guider ou escorter les apprenants n’est vraiment mis en place. Seuls des accompagnements à la marge et payants sont mis en place. Ainsi chacun élaborera sa propre stratégie pour répondre aux critères de réussites institutionnels. 

Comment laisser du temps aux apprentissages ?

En éducation il serait souhaitable que les étudiants ne se retrouvent plus à présenter 10 matières par semestre à réviser en une semaine. On pourrait leur rétorquer qu’il ne faut pas attendre le dernier moment pour apprendre. Ce n’est pas faux. Mais on oublie que les 10 matières nécessitent un emploi du temps chargé et que, dans notre contexte économique, beaucoup sont obligés de travailler à côté.  Que retiennent-ils de tout cela ? Pas grand-chose. Une fois l’examen passé, les matières sont remplacées par d’autres. Beaucoup de choses ont été apprises…mais pas comprises. Comment prendre du recul dans ces conditions ?

En formation professionnelle, c’est souvent sur leur temps de travail personnel que les salariés poursuivent leurs apprentissages. Rares sont les moments laissés dans leurs emplois du temps pour leur permettre d’ancrer ce qui a été appris quelques jours plus tôt. C’est d’autant plus dommageable que les N+1 ou les collaborateurs n’ont aucune conscience de ce qui s’est passé en formation. Débriefings, temps laissé dans l’emploi du temps pourraient être des solutions pertinentes.

Et si on manageait les connaissances ?

Une des solutions envisagée pourrait résider dans un management des connaissances mis en place dans les entreprises ou les universités. La connaissance est périssable, il faut l’entretenir, la faire circuler, la modifier pour pouvoir être performant sur le long terme. Mais s’il n’y a personne pour piloter ce processus, il y a de grandes chances pour que les formations n’aient finalement peu d’intérêt.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.