Intelligences multiples : le débat

La théorie des intelligences multiples (MI théorie) à donné lieu à de nombreux débats. Le plus représentatif est celui lancé par Waterhouse (2006) auquel Gardner a répondu. En voici une synthèse.

Gardner tente de définir la MI théorie comme représentant LA meilleure façon de décrire les capacités cognitives.

Réponse : non, la MI théorie permet une meilleure compréhension globale de l’étendue et de la diversité des capacités cognitives et non pas leur description.

Il existe une intelligence général « g » démontrée de façon plus solide par les tests de QI

Réponse : Le débat entre une intelligence globale ou composée a connu des hauts et des bas depuis le 20ème siècle. Les tests de QI, se sont démocratisés par la simplicité à les mettre en œuvre mais on ne sait pas exactement ce qu’ils mesurent réellement et ce qu’ils permettent de prédire. Réduire l’intelligence à un chiffre est trop réducteur. Cela réduit l’intelligence à des capacités sensori-perceptives facilement identifiables de manière expérimentale comme la maitrise des mots ou des nombres, le sens de la mécanique ou la représentation spatiale.

LA MI théorie tente quant à elle de comprendre la dynamique des interactions entre plusieurs intelligences ce qui  exige « une perspective interdisciplinaire, une sensibilité culturelle et une méthodologie de recherche interactionniste-dynamique ». C’est une approche centrée sur l’individu. Elle analyse l’individu dans sa globalité en fonction de sa culture, de sa formation et de ses capacités innées. Elle rend ainsi mieux compte de la diversité de ses possibilités dans un contexte particulier.

La MI théorie peut-être comparée à des théories en psychologie cognitive ou neurosciences, qui ont un apport empirique plus solide.

Réponse : A quel niveau se situe  l’intelligence ?

a)      Au niveau modulaire des processus neuronaux spécifiques ? L’intelligence verbale par exemple est constituée par des sous-composantes (sensibilité à la syntaxe, aux métaphores…) validées par les études en neuroscience.

b) Au niveau social avec la façon dont les intelligences se croisent avec les domaines culturels ? Ici l’intelligence est liée aux groupes sociaux comme les professions ou les vocations en vue d’une expertise. Cela comprend les interactions entre  l’individu l’apport des environnements culturels et sociaux à un apprentissage particulier

c) Au niveau moyen de coordination des intelligences ? Ici on se pose la question de comment les individus mobilisent les 8 intelligences suivant des situations données.

Il n’y a pas de différence entre une intelligence au sens de Gardner et une compétence.

Réponse : Whaterhouse confond le niveau b) et c) c’est-à-dire qu’elle confond le niveau sensoriel avec le niveau moyen des intelligences. Cette confusion remet en doute son analyse.

MI théorie est un « programme » d’enseignement

Whaterhouse critique les praticiens qui mettent en place des pratiques d’éducation sur une théorie non fondée.

Réponse : Les tests de QI ont fait débourser des sommes considérables pour leur mise en pratique et ils n’apportent rien de constructif si ce n’est de la honte ou de la fierté pour certains. Whaterhouse précise que cette approche qui permet de multiples points d’entrées est nocive pour les élèves et ce sans fondements. Selon Gardner c’est aux praticiens de décider si cette théorie est intéressante et non à un chercheur. Gardner à juste donné des pistes de réflexion mais n’a jamais imposé quoique ce soit, ce sont les praticiens qui se sont appropriés ses découvertes avec succès.

La MI théorie n’est pas basée sur des fondements empiriques

Réponse : cela dépend de la posture adoptée en tant que chercheur et des points de vus qui diffèrent au niveau des regards apportés sur la science. Le savoir n’est pas pour Gardner crée par des expériences en laboratoires à dupliquer. Selon Gardner la science progresse par l’expérimentation voir la synthèse d’expérimentations. La MI théorie est vu comme un travail de synthèse regroupant plusieurs disciplines ce qui permet de reconceptualiser les données sans être bridé par un seul objectif disciplinaire. C’est une posture dynamique puisque la théorie évolue. Gardner souligne le paradoxe de Whaterhouse qui critique la synthèse de travaux alors que c’est le cœur de son article. Cela aussi discrédite ses dires.

Les intelligences n’ont pas été testées séparément pour prouver leur existence

Réponse : On pourrait mettre en place des tests mais à ce moment là on se rapprocherait des tests de QI rejetés par Gardner. Ce qui l’intéresse c’est l’interaction entre ces intelligences qu’il a défini à travers ses 8 critères. A l’instar de l’évolution ou de la tectonique des plaques c’est l’accumulation de preuves qui rend une théorie plus ou moins plausible. En fait des tests sur certaines intelligences ont été effectués dans le projet Spectrum. Gardner en a retenu qu’outre le fait que ce soit une tentative chronophage et couteuse, c’est surtout la mauvaise utilisation des tests qui freine Gardner car à l’instar des QI qui étiquettent un enfant comme « débile » ou  « génie » il ne veut pas qu’ils soient étiquetés comme « intelligence musicale » ou « intelligence intrapersonnelle ». Il préfère dépenser son temps et son argent au développement de ces intelligences. Il n’est pas contre une élaboration de tests mais à condition qu’ils restent dans l’esprit de la théorie comme le projet Explorama.

Notre conclusion

Nous retenons pour notre part que la MI théorie constitue une approche globale de l’individu et que c’est cette approche qui permet d’innover et d’enrichir les pratiques d’enseignement ou de formation. Il est inutile de vouloir tester chaque intelligence pour étiqueter les personnes, il est préférable de partir du postulat consistant à dire que chaque personne possède un bouquet personnel de ces 8 intelligences. C’est une approche située, contextualisée, dynamique et en constante évolution.

Bibliographie

Howard Gardner & Seana Moran (2006): The Science of Multiple Intelligences Theory: A Response to Lynn Waterhouse, Educational Psychologist, 41:4, 227-232

 

Waterhouse, L. (2006). Multiple intelligences, the Mozart effect, and emotional intelligence: A critical review. Educational Psychologist, 41,207–225.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.