PAR et thèse : le défi

Le peu de littérature reliant doctorat et PAR (Participatory Action research) fait circuler le message suivant : faire un doctorat avec une PAR est plus exigeant et difficile que de le faire avec une recherche conventionnelle et prend plus de temps (Moss, 2009 p 77).

Il existe une tension entre la culture académique (individuelle, focus sur les résultats, maitrise de la chronologie) et les fondements d’une PAR (Collaboration, focus sur le process, non maitrise du temps). Pourtant faire une PAR en doctorat c’est faisable. Voici les problèmes identifiés par Natasha Klocker et les réponses apportées.

La chronologie des évènements : est-ce qu’une PAR et un doctorat opèrent dans des calendriers différents ?

 

En général une approche participative  est initiée par le groupe. Il en est tout autrement dans le cadre d’un doctorat. Le fait que cette participation soit impulsée par le doctorant modifie le caractère « authentique » de l’approche participative puisque le doctorant définie préalablement le design de la recherche.  (Maguire.1993, Moore, 2004 ; Burgess, 2006)

Klocker y répond en deux temps. Premièrement en précisant que, bien que pensé en amont, une recherche en sciences sociales est rarement prédictible et toujours en design émergent (Herr&Anderson, 2005). Ainsi la méthodologie permet d’envisager des questions et des chemins qui pourraient être pris pour y répondre. La maitrise totale est donc purement hypothétique l’objet de recherche s’affinant au fil des investigations. Ces incertitudes permettent de discuter avec les participants de façon « authentique». Deuxièmement, il est important de questionner le fait qu’un projet initié par un groupe est un début « idéal ». La PAR est d’abord utilisée pour des populations marginales et il est rare qu’elles soient initiatrice des recherches ce que le monde académique comprend parfaitement. (Maguire, 1987).

 

Cadre de temps : Est-ce que la PAR dans un doctorat peut être complété à temps ?

 

Il n’est pas possible de court-circuiter le temps en PAR pour avancer plus vite. La PAR n’est pas un processus linéaire avec une fin (McCOrmack, 2004 ;Herr&Anderson, 2005 pxv). Elle a appris qu’il est possible d’écrire une thèse avec une fin plus floue en PAR (A vérifier en France).

La PAR demande un investissement en temps conséquent surtout au début mais après il y a une sorte de retour sur investissement. Une fois l’équipe constituée il est plus facile d’interroger les membres dans un cadre de temps restreint (ce qui doit être négocié afin qu’ils ne se sentent pas exploités).

Enfin la thèse est un moment idéal pour faire une PAR car le chercheur n’est pas entrecoupé par des recherches multiples, des étudiants à superviser, des tâches administratives et des publications régulières comme un enseignant chercheur confirmé. La thèse est donc une formidable opportunité pour faire une PAR.

Les mesures du succès : Est-ce qu’une PAR contribue à un savoir académique ?

 

Ses directeurs de recherche, évaluateurs et école doctorale n’ont pas remis en cause la légitimité académique de son travail. De plus ce travail a permis de produire deux sortes de savoirs : un sur son objet de recherche (le travail domestique des enfants) et un savoir sur la PAR et les jeunes co-chercheurs. Le succès d’une thèse dépend donc de la sélection du directeur de thèse, et des jurés sensibles à cette méthodologie.

Cancien (1993) précise que faire de la PAR retarde l’évolution d’une carrière académique « retards academic publication an career advacement » d’autres avancentt que créer des liens avec les participants pour impulser un changement social n’est pas reconnu (Hall, 1993, Pain, 2009).Pourtant certains comme Pain font de belles carrières. Klocker précise qu’en confrontant ses publications à différentes revues une seule lui a signalé une faiblesse théorique.

C’est à propos de « moi » ou d’ « eux » ? Réconcilier l’individualisme d’une thèse et le collectif d’une PAR

 

Co-écrire une thèse est inacceptable et doit être un travail solitaire (Herr&Andersson, 2005). Or la PAR est un travail collaboratif.

Klocker précise ce qui a été fait en groupe (les buts de la recherche, le recrutement des participants, les indicateurs et outils de recrutement des données, la collecte des données, l’analyse des résultats et la prise de décisions) et ce qui a été fait seule : les propositions et le positionnement éthique de la recherche, la revue de littérature académique, l’analyse finale des résultats et l’écriture de la thèse.

Elle a conceptualisé deux travaux différents : ceux du groupe et le sien. Elle a donc articulé « le travail collaboratif » dans « sa » thèse (our project into my thesis).

L’institutionnel versus éthique participative

 

Les chercheurs doivent impulser un changement positif. Hors dans son étude portant sur le travail des enfants, la question éthique était cruciale. Elle a donc expliqué pourquoi il était indispensable de les faire participer à la recherche. La négociation avec les participants doit leur garantir un environnement sécure.

Un manque de support et de formation pour les étudiants en thèse sur la PAR : ya t’il quelqu’un pour nous guider ?

 

Le directeur de recherche est primordial dans le cadre d’une thèse encore plus en contexte PAR, car les articles sur ce sujet son peu nombreux et dans certains domaines inexistants (Moore, 2004 : Herr&Anderson, 2005 p91 : Moss, 2009).

Dans son université elle a été la première étudiante a utiliser la PAR, sa directrice de recherche n’étant pas non plus habitué à cette méthode. Elle l’a donc laissé naviguer dans cette démarche tout en lui apportant un regard extérieur indispensable.

Faire avec une littérature critique envers la PAR

Certains auteurs pensent que la participation d’universitaires dans une PAR  sape et corrompt la méthodologie (Stoecker, 1999 : Moore, 2004). De plus l’opposition « authentique, non authentique » d’une PAR par l’impulsion du doctorant est très prégnant. Face à cela, le spectre  de revenir à une recherche plus conventionnelle l’a fortement accompagné créant une source d’angoisse dans le choix de la méthodologie PAR.

Rachel Pain, Patricia Maguire, Sara Kindon et Mike Kesby l’ont encouragé à « err on the side of action » rather than the inaction of « waiting and wanting to do PAR perfectly » (se situer du côté de l’action plutôt que de l’inaction en attendant de vouloir faire la parfaite PAR)

Conclusion

Comme elle le dit si bien : « There are myriad ways in wich unsign PAR complicates the PhD process, there are also numerous ways in which it makes the journey easier »

Bibliographie

Burgess, J. (2006). Participatory action research: Perspectives of a graduate student. Action Research, 4, 419–437.

Hall.B (1993). Introduction in P. Park, M brydon-Miller, B.Hall et T.Jackson (Eds) Voices of change (Toronto : oisePress)

Herr, K &. Anderson, G. L., (2005). The action research dissertation: A guide for students and faculty. Thousand Oaks, Calif: SAGE Publications.

Klocker, N. (2012). Doing participatory action research and doing a PhD: words of encouragement for prospective students. Journal of Geography in Higher Education, 36 (1), 149-163.

Maguire, P. (1987). Doing participatory research: A feminist approach. Amherst, MA: The Centre for International Education, University of Massachusetts.

McCormack, C. ( 2004) ‘Tensions between student’s and institutional conceptions of postgraduate research’, Studies in Higher Education 29(3): 319-32.Cancian, F. (1993). Conflicts between activist research and academic success: Participatory research and alternative strategies. The American Sociologist,24(1), 92-106

Moss, Pamela (2009).Positioning a Feminist Supervisor in Graduate Supervision Journal of Geography in Higher Education, v33 n1 p67-80 Jan 2009

Pain, R. Commentary: Working Across Distant Spaces: Connecting Participatory Action Research and Teaching. Journal of Geography in Higher Education. 2009;33:81-87.

Stoecker, R., Are Academics Irrelevant? Roles for Scholars in Participatory Research” American Behavioral Scientist, Vol. 42, 1999. (Available at URL http://comm-org.utoledo.edu/papers98/pr.htm. Accessed 8 November 2002)

(Petit plus : http://participaction.wordpress.com)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.