Qu’est-ce que la PAR ?

Qu’est-ce que la « Participatory Action Research » au sens de McIntyre ? C’est une méthodologie qualitative de groupe permettant de recueillir des données sous diverses formes (publications écrites, photos, collages, sculptures…) en impliquant chercheurs et participants dans une co-construction du savoir par le biais d’une forte activité métacognitive de chaque acteur. Le conflit socio-cognitif permet de débattre, argumenter, informer, critiquer, analyser et réfléchir sur des problématiques.

Trois caractéristiques

–          La participation active du chercheur et des participants

–          La construction d’alliances entre les chercheurs et les participants

–          L’activité métacognitive de tous les acteurs leur permettant de prendre conscience de qui ils sont au niveau individuel et collectif pouvant entrainer un changement social

De fait, la PAR est un processus « changing the researcher, the participants, and the situation in wich they act » (McTaggart, 1997)

La PAR se situe dans le quotidien des participants. La question peut débuter par « que signifie pour vous… » . Les bénéfices d’une PAR vont au-delà des participants. L’objectif est de créer des connaissances permettant d’améliorer le quotidien d’acteurs rencontrant des problématiques similaires. Le but est de concrétiser un savoir local et de l’utiliser pour entrainer un changement. C’est un lien fort entre la théorie et la pratique. Cela implique d’apprendre de situations concrètes avec des personnes particulières dans un contexte particulier.

La PAR est une théorie des possibilités plus qu’une théorie prédictive (Wadsworth, 1998).

Participative

La recherche se fait en groupe et en total coopération. Tout se décide ensemble comme élaborer une charte, définir les rôles de chacun en tant que chercheur et en tant que participants. Comme c’est un processus les modalités peuvent évoluer. Cela veut dire qu’il faut organiser des sessions de rencontre et le projet peut prendre du temps (durée en années ici). Il faut aussi définir ce que l’on entend par « participation » en cas d’absence de certains participants. Cette collaboration permet de tenter d’éviter le risque d’une prescription forte de la part du chercheur imposant ce qui doit être fait ou dit.

L’objectif n’est pas de faire de la recherche pour des personnes mais avec les personnes. «  With people rather than for people». Etant impliquées,  cela leur permet d’avoir une meilleure compréhension des questions qui les préoccupent à travers des réflexions et des investigations individuelles et collectives.

C’est pourquoi McIntyre les sélectionne par le biais du bénévolat en présentant qui elle est ainsi que son projet de recherche. En effet, faire partie d’un tel processus peut engendre des peurs et de l’anxiété en rendant visible ce qui ne l’est pas. Ainsi participer à une PAR doit rester un choix pas une situation imposée.

Action

L’objectif est d’étudier l’objet avec des perspectives multiples. Ainsi pour répondre aux questions on peut décider d’écrire un livre, de faire une présentation orale, un reportage photo, des sculptures des collages des chansons… ce qui n’est pas sans rappeler la MI théorie. Selon elle cette approche « contribute to a rich and nuance body of knowledge that can be used to effect change » (contribue à un corpus de connaissance riche et nuancé pouvant être utilisé pour effectuer le changement). Cette collecte des données dépend du contexte dans lequel le projet se situe.

« The fact that PAR is context spécific means that practicionner draw on a variety of quantitive, qualitative and creative based methods to engage participants in the construction of Knowledge »

Mcintyre propose même leur collaboration pour co-écrire certains articles. Les actions peuvent être individuelles ou collectives.

Se pose la question de « How to act on the knowledge they generated and how to present that knowledge to others ». (comment agir sur la connaissance produite et comment présenter ces connaissances aux autres). Il y a donc une grande par d’incertitude dans une PAR. De plus il faut garder en tête que chacun est responsable de ce qui est montré. Cela implique de prendre des décisions puis de les assumer une fois le projet fini.

D’autres par une PAR et un processus de flux et de reflux, parfois les participants sont moins enthousiasmes ou gardent leur énergie pour d’autres actions.

Research

D’un point de vue recherche l’objectif est atteint quand les personnes sont en mesure de se questionner, d’analyser et de critiquer objectivement leurs réponses. Ainsi McIntyre propose aux participants d’analyser les sessions retranscrites ayant pour visée une activité métacognitive importante chez les participants.

L’analyse se fait en explorant comment les participants agissent, explorent, investiguent et se situent par rapport à leur environnement. Du fait des nombreux moyens utilisés pour construire le savoir (enquêtes, photos, sculptures…) les méthodes d’analyse sont elle aussi plurielles. Les approches utilisées sont en liant avec les questions posées. D’un point de vue méthodologique McIntyre compare deux groupes complètements différents et les fait discuter en regardant les similitudes et les différences. Selon elle, « Participative action research is one research approach that as the capacity to address those varied practices ». Elle permet donc de comparer ce qui n’est pas comparable en termes de groupes et d’aborder diverses pratiques.

Au niveau du questionnement, dans une PAR il permet de faire émerger d’autres questions plutôt que de servir de déroulé forçant un certain cheminement. (exemple de questions p 50 « What do we need to know ? what do we already know ? how will we inform the others about the projects »)

Une fois les données collectées, il faut les traiter, en discuter, les résumer, les analyser avec le groupe. McIntyre leur propose les questions suivantes

1)       Quelles sont les questions, problématiques thèmes majeurs dans ces retranscriptions

2)       Quel message voulons-nous faire passer aux auditeurs comme résultat de notre analyse

3)       Sous quelle forme voulons-nous transmettre ces résultats ?

Les participants développent alors une faculté à analyser ce dont ils ont parlé pendant les sessions. Bien entendu la forme sous laquelle doivent être transmis les résultats est discuté. Il est aussi utile de se mettre d’accord ce qui doit être ou non divulgué.

Selon Charmaz (2005) la théorie socio-constructiviste est un bon cadre d’analyse pour développer des catégories conceptuelles qui émergent de nos interprétations des données plutôt que des données en elle-même. Ce cadre est selon McIntyre parfait pour analyser des discussions de groupe.

Une fois l’analyse faite elle invite le groupe à clarifier ses interprétations, à en élaborer ou les critiquer. Ainsi les interprétations multiples permettent d’enrichir le processus de création de connaissances. Le chercheur doit ensuite intégrer certaines contradictions dans son analyse finale.

Ainsi la PAR est une théorie des possibilités plus qu’une théorie prédictive (Wadsworth, 1998).

Ethique et PAR

Plusieurs questions éthiques doivent être vues régulièrement avec les participants : leur consentement, la documentation des données, la propriété des données, le contrôle du processus général de la PAR, la confidentialité, la vie privée, les responsabilités et la fiabilité.

Bibliographie

Charmaz,K. (2005) Grounded theory in the 21st Century: A Qualitative Method for Advancing Social justice Research, in N. Denzin & Y. Lincoln (Eds.),

McIntyre.A, Participatory Action Research (Los Angeles: Sage, 2008)

McTaggart.R, “Guiding Principles of Participatory Action Research,” in C. F. Conrad et al., eds., Research inHigher Education: Expanding Perspectives, 2nd ed. (Boston: Pearson, 2001).

Wadsworth, Y. (1998) What is Participatory Action Research? Action Research International,Paper 2. Available on-line: http://www.scu.edu.au/schools/gcm/ar/ari/p-ywadsworth98.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.