Archives par étiquette : Tic

Les dangers du mail

Le mail serait il le nouveau fléau des organisations ? Pourquoi certaines prônent les journées sans mails ? Petit article pour vérifier si franchement il ne vaut pas mieux parfois décrocher son téléphone.

Mail et problème psychologique
Super j’ai un mail ! Vite vite je réponds…oh un autre…ah non celui là…ah encore un autre…et si…aaaaaah yen  trooooop ! On se plaint de ses mails et en même temps on a du mal à s’en passer. Ne vous inquiétez pas c’est normal. Le mail fait appel à des aspects de notre raisonnement humain : la reconnaissance (le fameux « tiens j’ai un ami ! »), la réciprocité (ben alors j’envoie un mail et j’ai pas de réponse), la recherche de l’immédiateté (je l’ai envoyé ya 2min elle est où ma réponse) et le sentiment de responsabilité (le monde va s’écrouler si je ne réponds pas).

La surcharge cognitive
Dans un article sur l’attention, je vous avais parlé de la surcharge cognitive. En 2011, l’Observatoire de la Responsabilité Sociétale des Entreprises en France (ORSE) sortait les chiffres suivant :

– 56% es utilisateurs de courriers électroniques passent en moyenne deux heures par jour pour gérer leur boîte mail.
– 38% reçoivent plus de 100 mails par jour.
-65% déclarent relever leur boîte toutes les heures (en réalité c’est plutôt toutes les 5 minutes).
– il faut en moyenne 64 secondes pour retrouver le fil de sa pensée lorsqu’on est interrompu par l’arrivée d’un message électronique (1s d’interruption = 64 secondes pour s’y remettre !!!!) (source Marc Borry)

 Tic et apprentissages
Alors oui désormais que ce soit en formation ou dans l’enseignement, avec nos ordinateurs ou nos téléphones portables, nous restons accrochés à nos mails. Une interruption de 2 à 3s peut doubler le nombre d’erreurs.  Attention et technologies ne font pas bon ménage. D’autant que laisser sa boite mail ouverte en fond fait perdre l’équivalent de 4 points de QI ! (fumer un joint « seulement » 2…ne pas fumer en laissant sa boite mail ouverte !). Le cerveau ne se concentre pas 100% sur les tâches en cours mais reste parasité par l’attente d’un mail.

Conclusion
Quand vous êtes en formation ou en cours ayez le réflexe, pour vous donner toutes les chances de réussir vos apprentissages, de couper vos téléphones et votre connexion wifi !

 

Votre attention SVP !

Petite phrase anodine et pourtant, nous sommes nous posé la question de ce qu’était l’attention ? Que veut dire être attentif dans le cadre d’un cours ou d’une formation ? Quel est l’impact des nouvelles technologies ? Petit tour d’horizon grâce à Marc Borry.

Définition
Une des définitions de l’attention (dans la recherche il y a en a toujours plusieurs !) est la capacité qu’a le cerveau à distinguer ce qui lui semble pertinent de ce qui ne l’est pas. Dans un flot d’informations (verbales, environnementales, olfactives) le cerveau va se focaliser sur certaines d’entre elles sans que l’on en soit forcément conscient.

Une pause s’impose
Notre cerveau, pour maintenir son attention, à besoin de temps de pause. La durée de concentration maximale étant de 20 à 30 minutes, le cerveau a besoin de recharger ses batteries. C’est pour cela que souvent on solutionne un problème sous la douche ou au volant. C’est pendant les décrochages (moments ou l’on n’accomplit pas forcément quelque chose de prenant) que le cerveau analyse. Si on reçoit des informations en permanence, le cerveau est trop « chargé » au risque de « déborder ». C’est pourquoi les temps de pause en formation sont importants et que l’on conseille aux étudiants de « s’aérer » l’esprit pendant les examens.

Impact des nouvelles technologies
Mais voilà avec les TIC fini les temps de pause et vive le zapping mental. On enchaine les tâches les unes après les autres. Le danger ne réside pas forcément dans notre intention de regarder nos mails ou les nouvelles de notre réseau mais dans le fait que par les sonneries et autres gadgets on subisse l’arrivée des nouvelles informations. On passe sans arrêt d’une information à une autre, la pause n’en n’est plus vraiment une.

Conclusion
Offrez des temps de pause à votre cerveau, vous gagnerez en attention et donc en productivité. Si vous avez du mal à vous concentrer, si votre esprit papillonne pendant que vous faites une activité, cela veut dire qu’il est grand temps de vous couper un peu des nouvelles technologies !!! Si vous vous entendez dire « allez je vais faire une pause je vais regarder mes mails » le danger est proche.

Merci de votre attention !

Apprendre avec Facebook

Qui ne connait pas Facebook ? Véritable révolution dans les réseaux sociaux, facebook ne servirait pas qu’à garder le contact avec ses amis. Voilà une étude intéressante faite par N.Wang que je trouve inspirante malgré quelques contraintes.

Contexte
Cette étude prend place dans le cadre des formations initiales et continues qui reprennent un master à Singapour. Les personnes ont entre 24 et 55 ans. L’objectif était d’utiliser facebook comme un LMS (Learning Management Système) en mettant en place des annonces, en partageant des ressources, en organisant des séances de tutorat hebdomadaire et en menant des discussions en ligne.

Mode d’emploi
Il a fallu créer un groupe de travail « ouvert au public ». L’enseignant n’a donc pas besoin d’être ami avec les étudiants. Une fois que tout le monde s’est inscrit le groupe est fermé.

Utilisation du mur
Le mur sert à mettre des informations en direct et tenir au courant le groupe des nouvelles activités crées. On ne peut échanger que des photos ou des vidéos pas du texte. Aussi pour échanger des fichiers il a fallu utiliser GoogleDoc.

Utilisation des évènements
Une session de cours = un événement avec une image de profil particulière. Ainsi chaque nouvel événement apparaît sur le mur du groupe.
Utilisation des discussions
Les discussions sont compliquées car facebook gère ça de façon chronologique, les réponses s’enchaînent, il faut spécifier à qui on répond. C’est assez contraignant.
Du coup, pour avoir un feedback sur les cours, une enquête a été crée via kwicksurvey qui permet de faire un lien avec facebook pour la diffuser.

Résultats
1) Avantages
–          Le mur est très bien pour échanger des informations et des ressources images ou vidéo.

–          La fonction événement a bien rempli son rôle de session de formation tout en étant visible sur le mur du groupe

2) Inconvénients

–          Si le groupe n’est pas fermé, les étudiants ne se sentent pas en sécurité. Ils ont peur d’être épiés. Il faut donc que tout le monde soit bien inscrit avant de le fermer.

–          Le pare-feu au sein de l’établissement a rendu certaines fonctionnalité de facebook non accessibles. Ainsi certaines choses mises en place par l’enseignant n’étaient pas utilisables durant le cours.

–        Facebook n’est pas fait pour suivre des discussions. Les discussions se font par ordre chronologique et le nombre de caractères est limité.

–          Les notifications automatiques rendent difficiles la séparation entre les cours et les données personnelles. Ainsi tous les « amis » sont au courant de ce qu’ils font en cours.

Conclusion
Détourner un réseau social pour apprendre peut s’avérer intéressant. Attention à bien penser aux spécificités et à en tenir compte dans votre scénario pédagogique. Certains utilisent également Twitter pour que les étudiants timides puissent poser des questions en direct. Je vous en parlerai dans un prochain article !

Apprendre avec les Tic ?

Les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) deviennent incontournables dans les apprentissages. Enseignants, formateurs, étudiants ou stagiaires, nous utilisons tous ces technologies : présentations powerpoint, tablettes numériques, espaces collaboratifs (Environnement de Travail Numérique en éducation, plate-forme collaborative…). Mais quelle est leur véritable apport ? Les recherches sont mitigées.

Les pratiques des enseignants et des formateurs
Bien souvent, les TIC apportent une valeur ajoutée faible. Elles servent à mettre un support de cours en numérique mais elles révolutionnent rarement la pédagogie mise en place. Cela dépend du niveau d’intégration. On en détermine 4 :

1) Découverte : les Tics sont utilisées dans le cadre de la sphère privée.
2) Adoption : utilisation sur le lieu de travail, mais la pédagogie ne change pas (Numérisation des supports de cours par exemple).
3) Appropriation : elles sont utilisées pour créer des interactions.
4) Création : liées à une pédagogie innovante elles rendent les apprenants acteur, producteur et créateurs de leurs apprentissages.

Hélas les deux premières sont les plus utilisés.

Les pratiques des étudiants et des stagiaires
les apprenants ont différentes façon de les utiliser :

1)      Utilisation comme un centre de ressources (récupérer des supports de cours)
2)      Compléter les thématiques abordées en se tournant vers des sources extérieures
3)      Echanger des expériences avec d’autres (forum par exemple) en vu de casser un isolement

Conclusion
On voit bien qu’à travers les différentes pratiques, les Tics finalement, sont utilisées suivant des besoins et des approches singulières. Elles ne sont qu’un outil parmi tant d’autres et ne suffisent pas à elles seules à favoriser ou non un apprentissage.