Archives par étiquette : temps

Cette année j’apprends à…

Tout d’abord je tiens à vous souhaiter une excellente année 2015 sous le signe des apprentissages. Et si cette année nous formulions nos bonnes résolutions de façon différente ? Oui parce que chaque année c’est la même chose : on dit à haute voix ce que l’on va faire et ensuite, absorbés par la spirale du quotidien nos bonnes intentions s’envolent. Alors cette année pourquoi ne pas faire différemment ? Oui mais comment ? Suivez le guide.

Enlever la pression
Quand on formule nos bonnes résolutions, finalement, on se met la pression. Car on se donne une obligation de résultat, sans finalement penser que derrière se cachera un processus. A viser le résultat on en oublie les moyens. Cette année j’arrête de fumer, je perds du poids, je refais du sport…Comme si tout cela allait se faire du jour au lendemain ! Et si le résultat n’arrive pas rapidement on est déçu et les résolutions partent aux oubliettes.

Se mettre en mode projet
Toute résolution est un projet personnel ! Changez le mot résolution par objectif, fixez-vous une date pour atteindre cet objectif et le mode projet commence ! Qui dit projet dit équipe. Votre projet personnel, vous allez surement en discuter avec d’autres personnes. Déjà là, ça se concrétise, non ?

Se fixer une résolution c’est apprendre
Alors cette année j’apprends à arrêter de fumer, j’apprends à perdre du poids, j’apprends à refaire du sport. Testez avec vos résolutions et sentez comme la pression s’évacue ! Car apprendre implique un temps, une durée nécessaire pour atteindre un objectif.

Conclusion
Cette année pour tenir nos résolutions pensons à les reformuler en y ajoutant « j’apprends à…. ». Cela nous permettra de nous enlever une forte pression et de passer doucement en mode projet.

 

Mon bilan de formation de l’année

Et voilà 2014 se termine et 2015 est là. Avant de passer aux bonnes résolutions, pourquoi ne pas profiter de ce temps pour prendre du recul et analyser votre parcours de formation !

 Identifiez vos formations
Quelles formations avez-vous suivies cette année ? Faites un listing. Analysez les liens éventuels ou au contraire les écarts. Vous pouvez aussi pour chacune définir trois adjectifs qui les définissent le mieux : stimulante, pratique, enrichissante…

Qu’en avez-vous fait ?
Ce n’est pas le tout d’avoir des connaissances encore faut il être en mesure d’analyser ce que ces formations vous ont permis de faire, de comprendre, d’analyser. Ainsi vous visualisez tout ce à côté de quoi vous seriez passé si vous ne vous étiez pas formé.

 Que reste-il à faire ?
Début 2015 ce sera le moment des bonnes résolutions ! Profitez-en pour réfléchir à votre parcours de formation : que vous manque t’il ? Pourquoi ? Comment envisagez-vous votre parcours ? Quelles sont les thématiques qui vous font vibrer ?

Conclusion
La formation est un cadeau. Cela tombe bien nous sommes en pleine période festive. Aussi, je vous invite à profiter de ces moments pour prendre du recul sur vous, vos objectifs et votre vision formative  pour 2015. Et l’air de rien vous préparez votre PAP 2015 !

******* Bon bout d’an à tous et à l’an qué ven ! ******

La technique de la tomate (Pomodoro)

Lors d’un article sur les lois du temps et apprentissage (cf article lois du temps) je vous avais confié que j’utilisais une méthode me permettant d’être efficace en 2h. En effet, entre mon métier de médiatrice pédagogique, de formatrice, d’enseignante et de chercheure (et de ma vie de maman avec mes deux loulous de 8 et 5 ans), je dispose souvent de peu de temps pour m’acquitter d’ une tâche. C’est pourquoi j’utilise très souvent la technique de la tomate ou technique du pomodoro.

Définition de la technique du pomodoro (tomate)
La technique de la tomate permet de travailler efficacement et intensément par tranche de deux heures. Comme vous le savez maintenant il est délicat d’interrompre le cerveau même 3 secondes lorsqu’on travaille (cf article sur l’attention et les dangers du mail ). Il est également important d’aérer son cerveau et de faire des pauses lorsqu’on apprend. Cette technique préconise de découper deux heures de travail en tranches de 25 minutes séparées par des pauses de 5 minutes. Munissez-vous de votre minuteur (en forme de tomate…ou autre) et respectez les deux règles suivantes.

Règle 1 : Aucune interruption pendant 25 minutes
C’est la base et vous savez pourquoi ! Une interruption de 3 secondes et le cerveau en met 64 pour se reconnecter ! Pendant ces 25 minutes, essayez de ne pas lire vos mails ou de vous connecter à des réseaux sociaux, de couper le téléphone (ou de transférer vos appels à un collègue) et de ne pas vous laisser perturber par vos pensées ! Si entre temps une idée vous vient à l’esprit, notez-là puis retournez à votre travail ! Discipline, discipline !

Règle 2 : Respectez vos temps de pause et buvez !
Le cerveau a besoin d’eau ! Alors toutes les 25mn respectez le temps de pause et buvez ! Faites un peu bouger votre corps, allez papoter (pas plus de 5mn) puis retournez à votre travail. Vous pouvez aussi faire la petite tâche que vous aviez notée si elle prend 5mn maxi.

Conclusion
Vous risquez d’être étonné (e) ! Avec cette technique vous abattez plus de travail en 2h que vous n’auriez pu le faire en une journée ! Pourquoi ? Parce que pour maitriser cette technique il faut être en mesure de définir des actions concrètes (PAP), de les évaluer, de les planifier puis de les faire sans être interrompu et en respectant les temps de pause pour le cerveau. Vous devez être en mesure aussi de gérer vos priorités et de savoir si vous devez plutôt appliquer cette méthode le matin ou le soir (cf cailloux).
Pour un résumé en image (et en anglais !) de la technique du pomodoro

Les lois inexorables du temps et apprentissage

Dans le cadre de mes recherches ou sur le terrain, je ne cesse de marteler que l’apprentissage est un processus et qu’il a donc besoin de temps (cf article j’ai pas le temps !). Afin de continuer ma croisade (!) voici 5 lois liant temps et apprentissage.

L’apprentissage se dilate jusqu’à occuper la totalité du temps disponible
Si vous vous dites que vous allez mettre deux heures pour mettre en application une notion il y a fort à parier que vous mettrez effectivement ces deux heures ! C’est pourquoi l’évaluation du temps que peuvent prendre certaines tâches, que ce soit par la méthode NERAC ou lorsqu’on planifie des actions concrètes (cf article PAP), n’est pas à prendre à la légère. Si vous vous fixez trop de temps, vous en allez en perdre, trop peu vous allez vous stresser et moins apprendre ! Pensez à vous mettre des limites qui vous motivent et vous rendent efficace.

L’être humain n’est pas capable d’exercer une activité soutenue dans le temps de façon continue

Nous avons vu que le cerveau avait besoin de pauses (cf votre attention svp !). Lors de vos séances d’apprentissages réservez-vous des temps de pause. J’utilise régulièrement une méthode dont je vous parlerai dans un prochain article qui me permet d’apprendre ou de travailler efficacement par tranche de deux heures. S’aérer, boire un verre d’eau, se dégourdir les jambes est bénéfique pour bien apprendre !

Le temps perdu à cause d’une interruption est plus long que la durée de cette interruption
Je vous avez dit dans un précédent article sur les neurosciences (cf les dangers du mail ) qu’une interruption de 3 secondes dans un action demandait au cerveau 64s pour s’y remettre. Lorsque vous êtes en temps d’apprentissage ou de mise en application veillez à être interrompu le moins souvent possible. Parfois en 30mn on fait des miracles ! La pause est volontaire, l’interruption est subie.

Rien n’est aussi simple qu’on l’imaginait au départ
Avec la méthode NERAC le R correspond à  Réserver de 30% de son emploi du temps pour gérer les imprévus. En effet, nous avons tendance à sous-estimer les difficultés surtout lorsque nous devons mettre en application certaines notions. C’est pourquoi quand vous sortez de formation, estimez le temps que vous allez mettre pour intégrer les notions demandées…et rajoutez 30% !

Le temps est soumis au plaisir et au déplaisir
Vous êtes motivé pour mettre en application ce que vous avez appris, votre plan d’action est prêt  mais voilà il faut d’abord évacuer les tâches quotidiennes. Pour garder un esprit motivé et travailler sans culpabiliser vous pouvez enchainer une tâche qui ne vous motive pas avec deux qui vous plaisent. Ainsi vous progressez dans vos apprentissages tout en continuant d’avancer le travail quotidien (ou écouler celui qui s’est accumulé pendant votre formation). Et si pour faire ça vous avez un peu de mal à vous motiver, pensez à la technique des 3 minutes pour s’y mettre et à celle des 30s pour apprendre !

Conclusion
Plus vous serez maitre de votre planning et plus vous aurez de chance d’optimiser ce que vous avez appris en formation. Organisation, discipline et action sont le maitres mots d’un apprentissage réussi !

Les dangers du mail

Le mail serait il le nouveau fléau des organisations ? Pourquoi certaines prônent les journées sans mails ? Petit article pour vérifier si franchement il ne vaut pas mieux parfois décrocher son téléphone.

Mail et problème psychologique
Super j’ai un mail ! Vite vite je réponds…oh un autre…ah non celui là…ah encore un autre…et si…aaaaaah yen  trooooop ! On se plaint de ses mails et en même temps on a du mal à s’en passer. Ne vous inquiétez pas c’est normal. Le mail fait appel à des aspects de notre raisonnement humain : la reconnaissance (le fameux « tiens j’ai un ami ! »), la réciprocité (ben alors j’envoie un mail et j’ai pas de réponse), la recherche de l’immédiateté (je l’ai envoyé ya 2min elle est où ma réponse) et le sentiment de responsabilité (le monde va s’écrouler si je ne réponds pas).

La surcharge cognitive
Dans un article sur l’attention, je vous avais parlé de la surcharge cognitive. En 2011, l’Observatoire de la Responsabilité Sociétale des Entreprises en France (ORSE) sortait les chiffres suivant :

– 56% es utilisateurs de courriers électroniques passent en moyenne deux heures par jour pour gérer leur boîte mail.
– 38% reçoivent plus de 100 mails par jour.
-65% déclarent relever leur boîte toutes les heures (en réalité c’est plutôt toutes les 5 minutes).
– il faut en moyenne 64 secondes pour retrouver le fil de sa pensée lorsqu’on est interrompu par l’arrivée d’un message électronique (1s d’interruption = 64 secondes pour s’y remettre !!!!) (source Marc Borry)

 Tic et apprentissages
Alors oui désormais que ce soit en formation ou dans l’enseignement, avec nos ordinateurs ou nos téléphones portables, nous restons accrochés à nos mails. Une interruption de 2 à 3s peut doubler le nombre d’erreurs.  Attention et technologies ne font pas bon ménage. D’autant que laisser sa boite mail ouverte en fond fait perdre l’équivalent de 4 points de QI ! (fumer un joint « seulement » 2…ne pas fumer en laissant sa boite mail ouverte !). Le cerveau ne se concentre pas 100% sur les tâches en cours mais reste parasité par l’attente d’un mail.

Conclusion
Quand vous êtes en formation ou en cours ayez le réflexe, pour vous donner toutes les chances de réussir vos apprentissages, de couper vos téléphones et votre connexion wifi !

 

Votre attention SVP !

Petite phrase anodine et pourtant, nous sommes nous posé la question de ce qu’était l’attention ? Que veut dire être attentif dans le cadre d’un cours ou d’une formation ? Quel est l’impact des nouvelles technologies ? Petit tour d’horizon grâce à Marc Borry.

Définition
Une des définitions de l’attention (dans la recherche il y a en a toujours plusieurs !) est la capacité qu’a le cerveau à distinguer ce qui lui semble pertinent de ce qui ne l’est pas. Dans un flot d’informations (verbales, environnementales, olfactives) le cerveau va se focaliser sur certaines d’entre elles sans que l’on en soit forcément conscient.

Une pause s’impose
Notre cerveau, pour maintenir son attention, à besoin de temps de pause. La durée de concentration maximale étant de 20 à 30 minutes, le cerveau a besoin de recharger ses batteries. C’est pour cela que souvent on solutionne un problème sous la douche ou au volant. C’est pendant les décrochages (moments ou l’on n’accomplit pas forcément quelque chose de prenant) que le cerveau analyse. Si on reçoit des informations en permanence, le cerveau est trop « chargé » au risque de « déborder ». C’est pourquoi les temps de pause en formation sont importants et que l’on conseille aux étudiants de « s’aérer » l’esprit pendant les examens.

Impact des nouvelles technologies
Mais voilà avec les TIC fini les temps de pause et vive le zapping mental. On enchaine les tâches les unes après les autres. Le danger ne réside pas forcément dans notre intention de regarder nos mails ou les nouvelles de notre réseau mais dans le fait que par les sonneries et autres gadgets on subisse l’arrivée des nouvelles informations. On passe sans arrêt d’une information à une autre, la pause n’en n’est plus vraiment une.

Conclusion
Offrez des temps de pause à votre cerveau, vous gagnerez en attention et donc en productivité. Si vous avez du mal à vous concentrer, si votre esprit papillonne pendant que vous faites une activité, cela veut dire qu’il est grand temps de vous couper un peu des nouvelles technologies !!! Si vous vous entendez dire « allez je vais faire une pause je vais regarder mes mails » le danger est proche.

Merci de votre attention !

Comment savoir qu’on a appris

« Tu as appris des choses à cette formation ? », « Tu as appris ton cours de math ? » mmmmm bonne question ! Et oui comment savoir si on a réellement appris ? Voici selon moi trois critères qui vous permettront enfin de répondre à ces interrogations.

Je sais faire !
En cours ou en formation on nous demande d’acquérir un savoir puis de le mettre en pratique. Cette application se situera sur le poste de travail, pendant un examen écrit ou parfois même les deux. Vous savez faire le geste technique ? Vous savez répondre à des questions ?! C’est un premier pas vers l’apprentissage. Et si ce n’était que du mimétisme ?
Exemple : je sais mettre en gras un mot dans un traitement de texte, je fais une sélection et j’appuie sur G.

Je comprends pourquoi je le fais !
Mais pourquoi je fais ça ? J’ai appris à faire quelque chose, mais pourquoi est-ce que je le mettrai en application ? A quoi ça va me servir ? Pourquoi je commence par ça et pas par autre chose ? Autant de questions à se poser sinon il sera difficile de mettre en acte la connaissance apprise, c’est-à-dire de l’appliquer hors contexte formation ou lors d’un examen un peu différent de ceux vu en cours. Apprendre c’est bien, comprendre c’est mieux ! Exemple : je mets en gras un mot ou une phrase pour la mettre en évidence. Je  n’utilise pas la couleur pour pallier les problématiques d’imprimantes en noir et blanc. A ce stade j’ai un savoir-faire et je comprends à quoi il peut me servir. Mais isolé il ne sert pas forcément à grand-chose. Montons alors un cran dans la réflexion.

Je sais combiner mes connaissances !
Dernière étape : à quoi puis-je raccrocher ce nouveau savoir-faire ? Qu’est ce qu’il m’apporte si je le mixe avec autre chose ? Comment monter en compétence en intégrant ce savoir faire à un autre ? Les chercheurs appellent cette dernière étape la métacognition c’est-à-dire la capacité à analyser ses propres réflexions. Indispensable selon moi, savoir combiner ses apprentissages permet d’ancrer les connaissances et facilite la mise en acte.

Conclusion
Si je sais faire quelque chose, que je comprends pourquoi je le fais et que je suis capable de le combiner avec d’autres éléments alors je peux dire que j’ai appris. Bien entendu l’apprentissage étant un processus il est difficile d’arriver à la dernière étape en sortant directement de formation ou de cours. Voilà une fois de plus pourquoi selon moi la variable temps est à prendre en compte lorsqu’on parle d’apprentissage. Qu’en pensez-vous ?

Est-il urgent ou important d’apprendre ?

Lundi je vous ai parlé d’un outil de gestion de temps nommé NERAC. Mais voilà parfois l’agenda n’est pas extensible et les tâches se bousculent au portillon. Comment choisir ce qui est urgent ou important. Est-ce que c’est urgent de mettre en pratique ou important d’y consacrer du temps ?!
Urgent pour moi, c’est ce qui est lié à une date définie qui approche. Important c’est ce que je dois mettre au cœur de mes apprentissages.

En pratique

Urgent mais non important =A Urgent et important = B
Ni urgent ni important = C Important mais pas urgent = D

En A vous allez noter tout ce qui a une date. Vous ne pouvez plus y échapper, que vous ayez pris le temps de mettre en pratique ou pas il faut rendre le produit fini, faire le travail qui n’a pas été fait.

En B c’est urgent que vous sachiez mettre en pratique et c’est important car cela concerne directement votre cœur de métier ou votre examen. A faire en priorité !

En C ce sont toutes les petites tâches qui peuvent attendre et qui parasitent votre temps d’apprentissage comme la consultation de vos mails, les réseaux sociaux ou internet.

En D c’est tout le travail de conception qui concerne votre apprentissage c’est-à-dire l’élaboration de votre plan d’action. Vos gros cailloux ! Qu’est ce vous comptez mettre en application comment pourquoi quand. Vous pouvez vous aider du NERAC pour planifier vos apprentissages.

Conclusion
Attention, on passe rapidement de la case C à la case A ou B ! Hors c’est un manque de gestion du temps et d’anticipation qui nous fait travailler tout le temps dans l’urgence. Et c’est parce qu’on est souvent en case A qu’on ne prend pas le temps de mettre en pratique ce que l’on appris ! Testez, vous me direz !

NERAC : un outil pour gérer vos connaissances

Je vous ai parlé plusieurs fois de l’importance du temps dans les apprentissages. Mais comment gérer son temps et ne pas être débordé ? Voici un outil fort sympathique que j’utilise régulièrement. A combiner avec la méthode des cailloux par exemple  ! Il vous permettra d’anticiper votre retour de formation concernant la mise en pratique des connaissances ou mettre en place vos révisions.

Le NERAC : présentation
Le NERAC est un outil de gestion du temps qui permet de détecter, évaluer et planifier les tâches que nous devons faire. Car si l’on se contente de faire sa « to do list » il y a de fortes chances pour qu’à la fin on ait fait ce qu’on avait envie de faire et pas forcément ce que l’on devait faire !

 

NERAC, mais ça veut dire quoi ?
N : notez les apprentissages à faire. C’est un peu votre « to do list » !
E : évaluez pour chaque apprentissage le temps que vous comptez/pensez mettre et planifiez les sur votre agenda. Ça vous évitera le stress du « il me reste 20mn qu’est-ce que je fais ».

R : réservez dans votre planning 30% pour les imprévus ou les urgences. Donc si vous estimez que vous allez mettre 1h pour réaliser un apprentissage et 1h pour le suivant, gardez votre 3ème heure libre.

A : actualisez vos tâches. Certaines deviennent soudainement urgentes ou plus importantes. Un agenda ça bouge !

C : contrôlez en fin de journée de mois ou de semaine que vous avez bien réalisé les notions que vous deviez revoir, apprendre ou mettre en pratique.

Conclusion
Je vous l’ai déjà dit, personne de vous donnera du temps, c’est à vous de le prendre. Pour rendre encore plus efficace vos formations ou celles de vos collaborateurs prévoyez dès le départ des temps dédiés aux apprentissages post formation. Essayer le NERAC, c’est l’adopter, non?

Vélo, auto, boulot : apprendre est bien un processus

Souvent, on part en formation avec l’idée un peu folle qu’on va y entrer novice et ressortir expert ! Souvent on nous envoie en formation avec la même idée loufoque « ben t’as fait la formation alors tu sais faire, non ? ». Et bien non ! L’apprentissage est un processus. Et pour ceux qui doutent encore voilà quelques exemples du quotidien.

Dis comment on tient en équilibre sur un vélo ?
« C’est facile, tu pédales et tu regardes droit devant ! Oui mais…ça ne marche pas…heu…parce qu’en fait en même temps il faut garder l’équilibre ? Et comment je fais ça ? heu…attends je vais t’aider. »

Que vous l’ayez vécu ou vu, vous visualisez très bien un parent haletant courant aux côtés de son enfant pour l’accompagner dans ses premières avancées. En connaissance on le sait, il y a les connaissances dites explicites, c’est celles qu’on sait verbaliser « tu regardes devant toi et tu pédales ». Et il y a les connaissances tacites : expliquez-moi comment vous faites pour tenir en équilibre ? « heu…. ». Ces connaissances tacites viennent souvent de l’expérience, de multiples essais. Ce sont celles là qu’on ne peut pas forcément transmettre en formation, celles qui nécessitent du temps pour être mises en application.

Ce soir c’est moi qui amène la famille au resto !
Oui mais voilà, le resto est au bout de la ville et votre enfant de 18 ans, fraichement élevé au rang de conducteur souhaite transporter le petit dernier de 4 mois en prenant le volant. Heu…boule au ventre et regards aux aguets, le trajet est pour vous hyper stressant. « Mais ça va détend toi, je viens d’avoir mon permis. Si je savais pas conduire, je l’aurai pas réussi ». Mmmmm pas si sûr ! On se souvient tous de nos premiers trajets tout seuls, franchement on était loin d’avoir l’aisance d’aujourd’hui voir les réflexes que nous avons acquis et qui nous on plusieurs fois sauvés la vie.

Bravo, vous avez été choisi pour le poste !
Souvenez-vous, vous avez fait des pieds et des mains pour obtenir ce poste. Après quelques années, vous vous retournez avec émotions sur vos débuts…affligeants ! A mes débuts de formatrice, j’étais tellement accès sur le contenu que j’aurai pu faire la même formation sans aucun stagiaire ! Je n’y aurais vu aucune différence ! J’étais concentrée sur le timing, sur ma voix tremblotante, sur mon plan de cours. Et vous, vous étiez comment à vos débuts ? Pas aussi à l’aise qu’aujourd’hui n’est-ce pas ?

Conclusion
L’apprentissage est bien un processus. Alors pourquoi existe-t-il un tel manque en ce qui concerne les apprentissages post formation. Pourquoi ne prenons-nous pas le temps ou ne laissons nous pas le temps aux autres de mettre en pratique ce qu’ils ont appris. Sans ce temps, vous ne sauriez pas faire du vélo, conduire, et encore moins occuper de cette façon votre poste de travail…A méditer !