Archives par étiquette : savoir

Différence entre savoir et connaissance

Savoir et connaissance, voilà deux termes souvent confondus. Bien que certains chercheurs y voient des synonymes pour d’autres la distinction est cruciale. J’en fais parti !

Qu’est-ce qu’un savoir ?
Le savoir c’est que qui relève d’une communauté qui a statué sur une connaissance érigée alors en savoir. C’est exactement ce qui se passe sur les savoirs académiques. Un groupe de pairs a décrété que telle ou telle chose devait être enseignée. En formation idem. Prenez plusieurs plans de cours, relevez les similitudes. Vous dégagez ainsi les savoirs incontournables qui doivent être abordés pendant une formation. Discutez-en ensuite avec les principaux intéressés pour vous assurer de transformer ces savoirs en connaissances.

Qu’est-ce qu’une connaissance ?
Une connaissance (en vision dynamique) est intérieure à la personne et n’est donc pas stockable. Elle est singulière. Aucun manuel de ne peut référencer des connaissances. Ainsi nous avons tous des connaissances différentes même si un même savoir est abordé.

La connaissance n’est pas une poupée russe
Selon Merieu, on peut empiler des savoirs mais pas des connaissances. Les connaissances se transforment, se combinent en fonction de chaque individu, des représentations qu’ils se font des savoirs et de son socle de connaissances.
Ainsi en sortant de formation, chacun aura retenu des concepts différents même si le plan de cours est à la base identique.

Conclusion
Un savoir est lié à une communauté, une connaissance à un individu. Ah ça fait du bien de clarifier, non ?!

Le rapport au savoir

Qu’est-ce que le savoir pour vous ? Que représente t’il ? Vous êtes-vous déjà posé la question? Le rapport au savoir est un vaste domaine de recherche déclinable en plusieurs ensembles : le rapport au savoir global, informatique, mathématique, individuel de groupe ou organisationnel…Voici ici une approche qui vous permettra de vous situer. Bien sur l’objectif n’est pas de rentrer dans une case et de s’étiqueter une bonne fois pour toute. L’objectif est de s’interroger sur nos motivations lorsque nous mettons en place un plan de formation ou que nous suivons nous même une formation ou un cours. Car comprendre le rapport au savoir d’une personne devient dans un premier moment comprendre son rapport à l’apprendre. C’est toujours très instructif !

Le savoir comme un stock 
Cette métaphore repose sur l’idée d’accumulation de connaissances. C’est une vision comptable du savoir. Comme tout stock, celui des connaissances demande un entretien permanent. Son contenu est périssable, soit par obsolescence soit par dégradation. Stocker c’est anticiper un profit différé ! C’est cette conception que l’on retrouve dans les référentiels de connaissances destinés à l’élaboration d’actions de formations.
Ici l’apprenant est une mémoire et le formateur un fournisseur de données. Les relations sont simples : une sélection de savoirs formalisés transitant par un médiateur humain ou instrumental entre des banques de données et un récepteur humain qui les mémorise. Le savoir semble être vu comme statique, indépendant de son utilisation, qu’il faut d’abord mémoriser en temps que “contenu” et ensuite savoir appliquer dans des contextes différents. C’est le principe « d’ajouter des cordes à son arc »!

Le savoir comme action 
La métaphore ouvre une  manière de voir  la formation dans laquelle savoir et action se recouvrent. Il faut alors faire une sélection dans le stock de savoirs pour ne retenir que ceux nécessaires à l’action. Ici la formation permet de résoudre des problèmes de dysfonctionnement.
Au niveau des relations, dans le cas de cette résolution de problèmes, les formations doivent être élaborées localement par les acteurs concernés au prix d’une mobilisation individuelle et collective d’intelligence. L’action du formateur est alors centrée non plus sur les contenus ou sur l’apprenant mais sur les diverses conditions de la mobilisation subjective des acteurs.

Le savoir comme développement 
L’élément central de cette théorie est la notion de médiation. Dans ce modèle la formation est un « processus d’appropriation d’expériences sociales préexistantes, cristallisées sous de multiples formes dans des systèmes d’outils, d’objets produits et de signes » La formation permet au sujet d’accroitre son rayon d’action et son pouvoir d’agir. Elle permet de comprendre l’environnement dans lequel la personne évolue. Le formateur et l’apprenant interagissent continuellement.

Conclusion
Il existe donc trois métaphores liées au savoir, le savoir comme stock, comme action ou comme développement Jobert (2000). Chaque métaphore fait référence à une façon d’appréhender le savoir, son utilité et les relations engendrées entre les deux acteurs. D’une vision mécanique dans le rapport au savoir comme stock (le formateur transmet un savoir, l’apprenant le mémorise) on arrive à une véritable interaction entre les deux acteurs dans le savoir comme développement. Le rapport au savoir comme action sera détecté chez une personne dont le savoir sert à résoudre un dysfonctionnement.

Le rapport au savoir est donc étroitement lié à la pédagogie  et à la perception que l’on peut avoir de la formation (cf la formation est un cadeau).