Archives par étiquette : processus

Cette année j’apprends à…

Tout d’abord je tiens à vous souhaiter une excellente année 2015 sous le signe des apprentissages. Et si cette année nous formulions nos bonnes résolutions de façon différente ? Oui parce que chaque année c’est la même chose : on dit à haute voix ce que l’on va faire et ensuite, absorbés par la spirale du quotidien nos bonnes intentions s’envolent. Alors cette année pourquoi ne pas faire différemment ? Oui mais comment ? Suivez le guide.

Enlever la pression
Quand on formule nos bonnes résolutions, finalement, on se met la pression. Car on se donne une obligation de résultat, sans finalement penser que derrière se cachera un processus. A viser le résultat on en oublie les moyens. Cette année j’arrête de fumer, je perds du poids, je refais du sport…Comme si tout cela allait se faire du jour au lendemain ! Et si le résultat n’arrive pas rapidement on est déçu et les résolutions partent aux oubliettes.

Se mettre en mode projet
Toute résolution est un projet personnel ! Changez le mot résolution par objectif, fixez-vous une date pour atteindre cet objectif et le mode projet commence ! Qui dit projet dit équipe. Votre projet personnel, vous allez surement en discuter avec d’autres personnes. Déjà là, ça se concrétise, non ?

Se fixer une résolution c’est apprendre
Alors cette année j’apprends à arrêter de fumer, j’apprends à perdre du poids, j’apprends à refaire du sport. Testez avec vos résolutions et sentez comme la pression s’évacue ! Car apprendre implique un temps, une durée nécessaire pour atteindre un objectif.

Conclusion
Cette année pour tenir nos résolutions pensons à les reformuler en y ajoutant « j’apprends à…. ». Cela nous permettra de nous enlever une forte pression et de passer doucement en mode projet.

 

Différence entre savoir et connaissance

Savoir et connaissance, voilà deux termes souvent confondus. Bien que certains chercheurs y voient des synonymes pour d’autres la distinction est cruciale. J’en fais parti !

Qu’est-ce qu’un savoir ?
Le savoir c’est que qui relève d’une communauté qui a statué sur une connaissance érigée alors en savoir. C’est exactement ce qui se passe sur les savoirs académiques. Un groupe de pairs a décrété que telle ou telle chose devait être enseignée. En formation idem. Prenez plusieurs plans de cours, relevez les similitudes. Vous dégagez ainsi les savoirs incontournables qui doivent être abordés pendant une formation. Discutez-en ensuite avec les principaux intéressés pour vous assurer de transformer ces savoirs en connaissances.

Qu’est-ce qu’une connaissance ?
Une connaissance (en vision dynamique) est intérieure à la personne et n’est donc pas stockable. Elle est singulière. Aucun manuel de ne peut référencer des connaissances. Ainsi nous avons tous des connaissances différentes même si un même savoir est abordé.

La connaissance n’est pas une poupée russe
Selon Merieu, on peut empiler des savoirs mais pas des connaissances. Les connaissances se transforment, se combinent en fonction de chaque individu, des représentations qu’ils se font des savoirs et de son socle de connaissances.
Ainsi en sortant de formation, chacun aura retenu des concepts différents même si le plan de cours est à la base identique.

Conclusion
Un savoir est lié à une communauté, une connaissance à un individu. Ah ça fait du bien de clarifier, non ?!

Manager les connaissances

Le 18 octobre dernier a été pour moi l’occasion de discuter du management des connaissances en collectivité lors d’une conférence au CNFPT de Lagarde. Dans un contexte de mutualisation, les collectivités doivent relever le défi de créer, diffuser et capitaliser de la connaissance. Voici un résumé de quelques points abordés.

Vision statique versus vision dynamique de la connaissance
Avoir une vision statique de la connaissance implique que nous voyons cette dernière comme un objet, entièrement détaché de l’individu. La connaissance est ainsi aisément transférable d’un individu à un autre et stockable dans des bases de données. Une personne ayant cette vision, favorisera l’échange par des supports, des protocoles ou bien encore des bases de données consultables par tous (wikiterritorial).

Une personne qui a une vision plutôt dynamique pense que la connaissance est attachée à un individu. Elle n’est plus un objet mais un processus. De ce fait, la connaissance sera transférable par la pratique. Une personne ayant une vision dynamique favorisera les communautés de pratiques, les échanges informels ou bien encore le tutorat.

Connaissance explicite versus connaissance tacite
La connaissance explicite est une connaissance qui peut être transmise sans perte (recette de cuisine). Je peux dire ou écrire ce que je fais et comment je le fais. A contrario une connaissance tacite et difficilement exprimable, elle est difficile à communiquer et à formaliser (tour de main). On approche ici l’expertise détenue par un individu.

En vision statique on aura tendance à vouloir séparer le tacite de l’explicite. En vision dynamique on part du principe que les deux connaissances se retrouvent dans la pratique et qu’il est impossible de différencier la part du tacite de l’explicite.

Diffuser la connaissance versus la protéger
Faut-il vraiment diffuser une connaissance ? Et comment susciter la coopération pour le faire ? Voilà une question bien délicate. En effet derrière la connaissance se cache le pouvoir. Il n’y a qu’à voir les nombre de brevets déposés chaque année ! Sur nos postes de travail bien souvent notre pouvoir c’est notre savoir-faire. Non protégé n’importe qui peut s’approprier notre travail (un peu comme notre nom qui disparait de notre rapport remplacé par celui de quelqu’un d’autre…). Oui mais voilà, si les mathématiques avaient été protégées il y a fort à parier qu’on vivrait encore dans des grottes et que l’architecture par exemple n’aurait pas beaucoup évolué ! Une connaissance n’est peut être pas faite pour être gardée.

Conclusion
Manager les connaissances soulève bien questions. La vision que nous en avons va directement impacter notre manière de manager et les méthodes mises en place pour favoriser ou non la circulation des connaissances. Pour autant, avec la tertiarisation des métiers, la course à l’innovation et les coupes budgétaires, manager les connaissances est un enjeu aussi bien dans le secteur privé que public.

La technique de la tomate (Pomodoro)

Lors d’un article sur les lois du temps et apprentissage (cf article lois du temps) je vous avais confié que j’utilisais une méthode me permettant d’être efficace en 2h. En effet, entre mon métier de médiatrice pédagogique, de formatrice, d’enseignante et de chercheure (et de ma vie de maman avec mes deux loulous de 8 et 5 ans), je dispose souvent de peu de temps pour m’acquitter d’ une tâche. C’est pourquoi j’utilise très souvent la technique de la tomate ou technique du pomodoro.

Définition de la technique du pomodoro (tomate)
La technique de la tomate permet de travailler efficacement et intensément par tranche de deux heures. Comme vous le savez maintenant il est délicat d’interrompre le cerveau même 3 secondes lorsqu’on travaille (cf article sur l’attention et les dangers du mail ). Il est également important d’aérer son cerveau et de faire des pauses lorsqu’on apprend. Cette technique préconise de découper deux heures de travail en tranches de 25 minutes séparées par des pauses de 5 minutes. Munissez-vous de votre minuteur (en forme de tomate…ou autre) et respectez les deux règles suivantes.

Règle 1 : Aucune interruption pendant 25 minutes
C’est la base et vous savez pourquoi ! Une interruption de 3 secondes et le cerveau en met 64 pour se reconnecter ! Pendant ces 25 minutes, essayez de ne pas lire vos mails ou de vous connecter à des réseaux sociaux, de couper le téléphone (ou de transférer vos appels à un collègue) et de ne pas vous laisser perturber par vos pensées ! Si entre temps une idée vous vient à l’esprit, notez-là puis retournez à votre travail ! Discipline, discipline !

Règle 2 : Respectez vos temps de pause et buvez !
Le cerveau a besoin d’eau ! Alors toutes les 25mn respectez le temps de pause et buvez ! Faites un peu bouger votre corps, allez papoter (pas plus de 5mn) puis retournez à votre travail. Vous pouvez aussi faire la petite tâche que vous aviez notée si elle prend 5mn maxi.

Conclusion
Vous risquez d’être étonné (e) ! Avec cette technique vous abattez plus de travail en 2h que vous n’auriez pu le faire en une journée ! Pourquoi ? Parce que pour maitriser cette technique il faut être en mesure de définir des actions concrètes (PAP), de les évaluer, de les planifier puis de les faire sans être interrompu et en respectant les temps de pause pour le cerveau. Vous devez être en mesure aussi de gérer vos priorités et de savoir si vous devez plutôt appliquer cette méthode le matin ou le soir (cf cailloux).
Pour un résumé en image (et en anglais !) de la technique du pomodoro

Les lois inexorables du temps et apprentissage

Dans le cadre de mes recherches ou sur le terrain, je ne cesse de marteler que l’apprentissage est un processus et qu’il a donc besoin de temps (cf article j’ai pas le temps !). Afin de continuer ma croisade (!) voici 5 lois liant temps et apprentissage.

L’apprentissage se dilate jusqu’à occuper la totalité du temps disponible
Si vous vous dites que vous allez mettre deux heures pour mettre en application une notion il y a fort à parier que vous mettrez effectivement ces deux heures ! C’est pourquoi l’évaluation du temps que peuvent prendre certaines tâches, que ce soit par la méthode NERAC ou lorsqu’on planifie des actions concrètes (cf article PAP), n’est pas à prendre à la légère. Si vous vous fixez trop de temps, vous en allez en perdre, trop peu vous allez vous stresser et moins apprendre ! Pensez à vous mettre des limites qui vous motivent et vous rendent efficace.

L’être humain n’est pas capable d’exercer une activité soutenue dans le temps de façon continue

Nous avons vu que le cerveau avait besoin de pauses (cf votre attention svp !). Lors de vos séances d’apprentissages réservez-vous des temps de pause. J’utilise régulièrement une méthode dont je vous parlerai dans un prochain article qui me permet d’apprendre ou de travailler efficacement par tranche de deux heures. S’aérer, boire un verre d’eau, se dégourdir les jambes est bénéfique pour bien apprendre !

Le temps perdu à cause d’une interruption est plus long que la durée de cette interruption
Je vous avez dit dans un précédent article sur les neurosciences (cf les dangers du mail ) qu’une interruption de 3 secondes dans un action demandait au cerveau 64s pour s’y remettre. Lorsque vous êtes en temps d’apprentissage ou de mise en application veillez à être interrompu le moins souvent possible. Parfois en 30mn on fait des miracles ! La pause est volontaire, l’interruption est subie.

Rien n’est aussi simple qu’on l’imaginait au départ
Avec la méthode NERAC le R correspond à  Réserver de 30% de son emploi du temps pour gérer les imprévus. En effet, nous avons tendance à sous-estimer les difficultés surtout lorsque nous devons mettre en application certaines notions. C’est pourquoi quand vous sortez de formation, estimez le temps que vous allez mettre pour intégrer les notions demandées…et rajoutez 30% !

Le temps est soumis au plaisir et au déplaisir
Vous êtes motivé pour mettre en application ce que vous avez appris, votre plan d’action est prêt  mais voilà il faut d’abord évacuer les tâches quotidiennes. Pour garder un esprit motivé et travailler sans culpabiliser vous pouvez enchainer une tâche qui ne vous motive pas avec deux qui vous plaisent. Ainsi vous progressez dans vos apprentissages tout en continuant d’avancer le travail quotidien (ou écouler celui qui s’est accumulé pendant votre formation). Et si pour faire ça vous avez un peu de mal à vous motiver, pensez à la technique des 3 minutes pour s’y mettre et à celle des 30s pour apprendre !

Conclusion
Plus vous serez maitre de votre planning et plus vous aurez de chance d’optimiser ce que vous avez appris en formation. Organisation, discipline et action sont le maitres mots d’un apprentissage réussi !

Le plan d’action personnalisé

Vous allez suivre une formation et une fois cette dernière terminée il va falloir mettre en application ce qui a été appris. Comment faire pour ne rien oublier? Comment se fixer des objectifs clairs et se projeter sur son poste de travail? Suivez le guide !

Le plan d’action personnalisé
C’est un outil simple et efficace. Ce tableau de bord vous accompagnera tout au long de la formation et vous permettra de faire régulièrement le lien entre la formation et votre situation professionnelle. Il se compose en général de quatre rubriques. Qu’il soit en version papier ou électronique il est à mettre en place en amont et permet de se poser les bonnes questions.

Mes objectifs
Écrivez noir sur blanc quels sont les objectifs que vous devaient atteindre à l’issu de cette formation ainsi qu’une échéance. Poser sur le papier (ou l’ordinateur) vos objectifs vous permet d’être d’emblée acteur de votre formation. Si vous n’arrivez pas à répondre à cette question, n’hésitez pas à vous tourner vers vos collègues ou votre N+1. Si aucun objectif n’est fixé, la formation risque fort de ne servir à rien ! Au plus tard, les objectifs peuvent être fixés à l’issue de la formation. Le cheminement peu s’effectuer pendant la formation. Mais je dirai que dans ce cas là, selon moi,  il y a quand même un objectif de départ aussi flou soit il qui se précise

Les actions concrètes à mettre en place
Le ou les objectifs étant fixés, il est temps de les matérialiser en actions concrètes. Qu’est-ce que vous allez faire pour atteindre vos objectifs? Quelles opérations allez-vous effectuer? Quelle date limite vous êtes vous fixée pour les mettre en place? Avoir un objectif c’est bien, agir pour l’atteindre c’est mieux !

Les idées clés de ma formation
Tout au long de la formation, il faudra noter les idées clés qui vous permettront de réaliser vos actions. Quelles sont les notions que vous trouvez primordiales? Qu’est-ce que vous ne devez surtout pas oublier? Rien ne vous empêche de les noter au fil de l’eau et d’en faire un synthèse. A ce stade vos objectifs sont clairs, les actions planifiées et votre boite à outils opérationnelle. Il est temps d’agir !

Le suivi de mes actions concrètes
Pour chaque action et à chaque date atteinte, vous allez pouvoir noter les résultats que vous avez obtenus. Il est important de suivre vos actions et de pouvoir mesurer les progrès que vous avez fait. Ce sont des rendez-vous avec soi même qu’il ne faut pas négliger. S’il n’y a pas de pilote de l’avion là encore la formation ne servira à rien (cf article la formation ça sert à rien!).

Conclusion
Une formation ça se prépare, le plan d’action est là pour vous y aider. C’est le tableau de bord de la mise en pratique de votre formation. Sans un minimum d’organisation, les connaissances accumulées s’évaporeront rapidement. Pour mettre en place votre projet, vous pouvez vous appuyer sur le NERAC  et la gestion des priorités . Qui a  dit qu’on était passif en formation?!

Les étapes du deuil et les apprentissages

Pourquoi est-ce si difficile parfois d’aller en formation ? Où d’appliquer ce que l’on a appris ? Par manque de temps oui mais pas que ! Comme on l’a déjà vu  une bonne organisation (organiser ses cailloux, NERAC, Urgent/important) ou bien se connaitre peut aider. Mais apprendre c’est aussi désapprendre, ce qui veut dire abandonner des anciennes connaissances, des anciennes méthodes, routines, protocoles ou du moins les modifier. Et c’est là que l’on retrouve les étapes du deuil décrites en 1975 par Elisabeth Kübler-Ross. Pour illustrer les étapes du deuil en apprentissage (qui sont les mêmes que lorsqu’on perd un proche), j’ai choisie de prendre pour exemple un logiciel de traitement de texte en espérant que cela parlera au plus grand nombre !

Le déni
Non mais franchement, je ne vais pas aller en formation pour apprendre à écrire un courrier ! Ca fait plus de 5 ans que je fais ça tous les jours ! Comme si je ne connaissais pas mon métier. Je sais pas pourquoi on me l’a proposée cette formation.

La colère
Ah ben tiens je vais leur montrer que je me laisse pas faire comme ça, je vais y aller à leur formation mais je risque pas d’appliquer quoique ce soit !

Le marchandage
Où alors juste deux ou trois choses mais pas plus et que si j’y trouve mon compte. Comme par exemple le fait d’utiliser le menu paragraphe au lieu d’appuyer plusieurs fois sur la barre d’espace….tiens ça m’évitera de compter !

La dépression
Pfffff j’y arrive pas, ça avait l’air si simple en formation et là je patauge. C’était plus simple quand j’appuyais sur la barre d’espace finalement…Ah quoi bon perdre du temps à appliquer ce menu, finalement c’était amusant de compter les points.

Acceptation
Non allez je vais persévérer…alors je reprend mes notes…et si j’y arrive pas je demanderai à Pauline, après tout je suis pas plus bête qu’une autre…Woué j’ai réussi ! Suis trop forte, limite j’ai envie de le crier sur tous les toits !!!!

Conclusion
Apprendre c’est effectivement se remettre en question, prendre du recul sur ses pratiques et faire le deuil des anciennes méthodes pour en acquérir des nouvelles. La phase de dépression est selon moi cruciale, c’est dans ce laps de temps que tout se décide : soit on revient à ses anciennes pratiques soit on les modifie. Le tout c’est de le savoir !

Les dangers du mail

Le mail serait il le nouveau fléau des organisations ? Pourquoi certaines prônent les journées sans mails ? Petit article pour vérifier si franchement il ne vaut pas mieux parfois décrocher son téléphone.

Mail et problème psychologique
Super j’ai un mail ! Vite vite je réponds…oh un autre…ah non celui là…ah encore un autre…et si…aaaaaah yen  trooooop ! On se plaint de ses mails et en même temps on a du mal à s’en passer. Ne vous inquiétez pas c’est normal. Le mail fait appel à des aspects de notre raisonnement humain : la reconnaissance (le fameux « tiens j’ai un ami ! »), la réciprocité (ben alors j’envoie un mail et j’ai pas de réponse), la recherche de l’immédiateté (je l’ai envoyé ya 2min elle est où ma réponse) et le sentiment de responsabilité (le monde va s’écrouler si je ne réponds pas).

La surcharge cognitive
Dans un article sur l’attention, je vous avais parlé de la surcharge cognitive. En 2011, l’Observatoire de la Responsabilité Sociétale des Entreprises en France (ORSE) sortait les chiffres suivant :

– 56% es utilisateurs de courriers électroniques passent en moyenne deux heures par jour pour gérer leur boîte mail.
– 38% reçoivent plus de 100 mails par jour.
-65% déclarent relever leur boîte toutes les heures (en réalité c’est plutôt toutes les 5 minutes).
– il faut en moyenne 64 secondes pour retrouver le fil de sa pensée lorsqu’on est interrompu par l’arrivée d’un message électronique (1s d’interruption = 64 secondes pour s’y remettre !!!!) (source Marc Borry)

 Tic et apprentissages
Alors oui désormais que ce soit en formation ou dans l’enseignement, avec nos ordinateurs ou nos téléphones portables, nous restons accrochés à nos mails. Une interruption de 2 à 3s peut doubler le nombre d’erreurs.  Attention et technologies ne font pas bon ménage. D’autant que laisser sa boite mail ouverte en fond fait perdre l’équivalent de 4 points de QI ! (fumer un joint « seulement » 2…ne pas fumer en laissant sa boite mail ouverte !). Le cerveau ne se concentre pas 100% sur les tâches en cours mais reste parasité par l’attente d’un mail.

Conclusion
Quand vous êtes en formation ou en cours ayez le réflexe, pour vous donner toutes les chances de réussir vos apprentissages, de couper vos téléphones et votre connexion wifi !

 

Votre attention SVP !

Petite phrase anodine et pourtant, nous sommes nous posé la question de ce qu’était l’attention ? Que veut dire être attentif dans le cadre d’un cours ou d’une formation ? Quel est l’impact des nouvelles technologies ? Petit tour d’horizon grâce à Marc Borry.

Définition
Une des définitions de l’attention (dans la recherche il y a en a toujours plusieurs !) est la capacité qu’a le cerveau à distinguer ce qui lui semble pertinent de ce qui ne l’est pas. Dans un flot d’informations (verbales, environnementales, olfactives) le cerveau va se focaliser sur certaines d’entre elles sans que l’on en soit forcément conscient.

Une pause s’impose
Notre cerveau, pour maintenir son attention, à besoin de temps de pause. La durée de concentration maximale étant de 20 à 30 minutes, le cerveau a besoin de recharger ses batteries. C’est pour cela que souvent on solutionne un problème sous la douche ou au volant. C’est pendant les décrochages (moments ou l’on n’accomplit pas forcément quelque chose de prenant) que le cerveau analyse. Si on reçoit des informations en permanence, le cerveau est trop « chargé » au risque de « déborder ». C’est pourquoi les temps de pause en formation sont importants et que l’on conseille aux étudiants de « s’aérer » l’esprit pendant les examens.

Impact des nouvelles technologies
Mais voilà avec les TIC fini les temps de pause et vive le zapping mental. On enchaine les tâches les unes après les autres. Le danger ne réside pas forcément dans notre intention de regarder nos mails ou les nouvelles de notre réseau mais dans le fait que par les sonneries et autres gadgets on subisse l’arrivée des nouvelles informations. On passe sans arrêt d’une information à une autre, la pause n’en n’est plus vraiment une.

Conclusion
Offrez des temps de pause à votre cerveau, vous gagnerez en attention et donc en productivité. Si vous avez du mal à vous concentrer, si votre esprit papillonne pendant que vous faites une activité, cela veut dire qu’il est grand temps de vous couper un peu des nouvelles technologies !!! Si vous vous entendez dire « allez je vais faire une pause je vais regarder mes mails » le danger est proche.

Merci de votre attention !

Prêt, capable, décidé

Dans un précédent article, nous avons discuté pour savoir ce qu’était apprendre ou si on était prêt à aller en formation (article êtes vous prêt à changer !). Aujourd’hui on réfléchit sur notre motivation à mettre en pratique ce que l’on a appris. Voici trois petites questions à se poser avant pendant ou après une formation.

Suis-je prêt(e) ?
Sous entendu, suis-je prêt(e) à changer mes méthodes de travail ? Suis-je prêt à prendre le temps nécessaire pour arriver à ce que je veux faire ? Suis-je prêt à court-moyen ou long terme à changer de poste de travail au vu de mes nouvelles compétences ? Autant de questions nécessaires pour donner toutes les chances à son apprentissage de réussir.  On se situe ici sur une idée, une pensée, une envie,un état lié à la motivation.
Exemple : c’était super, j’ai hâte de le mettre en pratique, ya plus qu’à !

Suis-je capable ?
C’est-à-dire est-ce que j’ai toutes les connaissances nécessaires pour les mettre en acte? Si oui, alors passez directement à la question suivante, sinon, il va falloir reprendre vos notes par exemple pour ne pas être bloqué. On regarde ici si on dispose de toutes les connaissances nécessaires à la mise en situation.
Exemple : Je sais comment faire, je dispose de toutes les ressources nécessaires pour mener à bien mon action. J’ai bien fait de faire cette formation ça va me servir.

Suis-je décidé(e) ?
C’est l’étape cruciale du plan d’action ! Si je suis motivé et que j’ai les connaissances nécessaires cela ne me servira à rien si je ne suis pas décidé à les mettre en pratique. C’est le moment de poser des actions, de les planifier au besoin pour s’assurer qu’on va bien atteindre son objectif.
Exemple : pour mener à bien cette action, je compte deux heures de conception que je ferai lundi de 9h à 11h. Ensuite je ferai une maquette que je montrerai vendredi en début d’après-midi à X, pour cela je dois récupérer les infos à Y au plus tard mercredi…

Conclusion
Donnez toutes les chances à vos apprentissages en vous demandant si réellement vous êtes prêt, capable et décidé à les réussir !