Archives par étiquette : pédagogie

Pourquoi ils ne veulent pas se former ?

Vous avez beau mettre un place un plan de formation, certains rechignent à s’y conformer. Car se former n’est pas innocent, c’est aussi faire le deuil de nos actions passées (cf article deuil et apprentissages).
De plus qui dit formation dit changement (cf article changement) et dans ce domaine ceux qui s’y opposent déploient des stratégies. Petit tour d’horizon des opposants à la formation !

Le sourd
Il n’entend pas vos appels, il ne réagit pas. « Aujourd’hui la mode est à telle formation, demain ce sera une autre, à quoi bon ? ». Il se dit qu’il vaut mieux laisser trainer les choses en attendant la prochaine lubie de la direction. C’est un pro de l’inertie, mais à vous de vous assurer qu’en terme de formation, l’effet de mode n’a pas d’impact et que les formations mises en place sont mûrement réfléchies.

Le blasé
Aussi actif que son ami le sourd, le blasé rajoute une bonne couche de râlerie et dit tout haut ce que le sourd pense tout bas « ah ben voilà, on va encore nous sortir le discours sur la nécessité de se former blablabla ». Le sourd comme le blasé ne sont pas très virulents et restent en opposition passive. Pas facile de les détecter.

Le critique
Il exprime haut et fort son opinion, que ce soit à travers des actes colériques ou du sarcasme. « ah ben c’est vrai qu’après la dernière formation les commerciaux ont bien vendus hein c’est pas comme si le chiffre d’affaire était toujours en baisse alors moi me former hors de question ! ». En effet, si l’impact de vos formations est difficilement mesurable que ce soit en terme d’efficacité ou de reconnaissance, il sera difficile de poursuivre votre projet formatif.

Le rassembleur
L’union fait la force et le rassembleur conclue des pactes ou des alliances pour assoir son opposition. Comme si devant le changement il valait mieux être plusieurs que seul. « si on s’y met tous alors peut-être qu’on y échappera ». Attention car le rassembleur arrive souvent à ses fins. A vous de le détecter le plus rapidement possible et profiter de ses qualités de rassembleur pour le faire basculer de votre côté.

Conclusion
Omettre que la formation entraine des changements est une grave erreur. Aussi, la dimension managériale ne doit pas être mise de côté. Sinon, les sourds, les blasés, les critiques et les meneurs de groupe auront tôt fait de saborder les montées en connaissance de votre structure.

Métacognition et formation

Petit défi ! Ce soir au repas, il faudra placer le mot métacognition au détour d’une conversation. Après vous être amusé à voir des yeux interrogateurs vous scruter, il faudra donner quelques explications. Ce terme méconnu mérite qu’on s’y arrête quelques instants.

Qu’est-ce que la métacognition ?
C’est le fait d’effectuer un retour sur son propre processus d’apprentissage et d’interroger, de l’extérieur en quelque sorte, la dynamique du transfert de connaissance. La métacognition c’est le fait de réfléchir à ses mécanismes d’apprentissage ou de travail. « Comment est-ce que je fais ça ? ». Elle nécessite donc un certain recul quant à sa façon de faire. C’est un peu comme être à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de soi. La métacognition permet de comprendre la part de connaissance tacite (cf article manager les connaissances) que nous détenons.

Métacognition et formation
La métacognition a une place importante dans la formation. Le formateur a tout intérêt à pousser les personnes à se questionner, à s’interroger sur ce qu’elles apprennent,pourquoi elles l’apprennent et à quoi cela va leur servir. Cela évitera les formations  à la « épate-moi Benoit » c’est-à-dire des formations où un flot discontinu d’informations est diffusé sans que l’on sache exactement pourquoi. Côté stagiaire,  on sait pertinemment que seulement 20% des informations sera retenu, autant que ces 20% servent, non ? D’où l’intérêt avant d’entrer en formation d’avoir préparé son plan d’action personnalisé (cf article PAP). Se projeter dans le futur, c’est déjà avoir une activité méta-cognitive !

Métacognition, quelles questions se poser ?
Pour vous accompagner dans votre réflexion, voilà quelques questions à vous poser

–          Qu’est-ce je sais faire et qu’est-ce que j’aimerai savoir faire? Cette question vous permet de faire le tri entre vos acquis et ce qu’il vous reste à apprendre

–          Pourquoi je le fais ou pourquoi j’aimerai savoir le faire ? Comprenez-vous toujours pourquoi vous faites telle ou telle action ? telle ou telle tâche ?

–          Avec quoi je peux relier ce nouvel apprentissage ? Combiner plusieurs savoirs amène souvent à la créativité et à l’innovation. Être acteur de ses apprentissages et accéder à la métacognition c’est aussi faire des ponts avec tout ce que l’on sait déjà faire.

Conclusion
La métacognition c’est la capacité que nous avons tous de réfléchir à nos actions, à nos apprentissages à nos buts et à nos choix. Nous accédons à la métacognition quand nous prenons le temps de nous interroger, que nous sortons la tête du guidon. Aussi je m’interroge, mais pourquoi ai-je écrit cet article ?!

Le rapport au savoir

Qu’est-ce que le savoir pour vous ? Que représente t’il ? Vous êtes-vous déjà posé la question? Le rapport au savoir est un vaste domaine de recherche déclinable en plusieurs ensembles : le rapport au savoir global, informatique, mathématique, individuel de groupe ou organisationnel…Voici ici une approche qui vous permettra de vous situer. Bien sur l’objectif n’est pas de rentrer dans une case et de s’étiqueter une bonne fois pour toute. L’objectif est de s’interroger sur nos motivations lorsque nous mettons en place un plan de formation ou que nous suivons nous même une formation ou un cours. Car comprendre le rapport au savoir d’une personne devient dans un premier moment comprendre son rapport à l’apprendre. C’est toujours très instructif !

Le savoir comme un stock 
Cette métaphore repose sur l’idée d’accumulation de connaissances. C’est une vision comptable du savoir. Comme tout stock, celui des connaissances demande un entretien permanent. Son contenu est périssable, soit par obsolescence soit par dégradation. Stocker c’est anticiper un profit différé ! C’est cette conception que l’on retrouve dans les référentiels de connaissances destinés à l’élaboration d’actions de formations.
Ici l’apprenant est une mémoire et le formateur un fournisseur de données. Les relations sont simples : une sélection de savoirs formalisés transitant par un médiateur humain ou instrumental entre des banques de données et un récepteur humain qui les mémorise. Le savoir semble être vu comme statique, indépendant de son utilisation, qu’il faut d’abord mémoriser en temps que “contenu” et ensuite savoir appliquer dans des contextes différents. C’est le principe « d’ajouter des cordes à son arc »!

Le savoir comme action 
La métaphore ouvre une  manière de voir  la formation dans laquelle savoir et action se recouvrent. Il faut alors faire une sélection dans le stock de savoirs pour ne retenir que ceux nécessaires à l’action. Ici la formation permet de résoudre des problèmes de dysfonctionnement.
Au niveau des relations, dans le cas de cette résolution de problèmes, les formations doivent être élaborées localement par les acteurs concernés au prix d’une mobilisation individuelle et collective d’intelligence. L’action du formateur est alors centrée non plus sur les contenus ou sur l’apprenant mais sur les diverses conditions de la mobilisation subjective des acteurs.

Le savoir comme développement 
L’élément central de cette théorie est la notion de médiation. Dans ce modèle la formation est un « processus d’appropriation d’expériences sociales préexistantes, cristallisées sous de multiples formes dans des systèmes d’outils, d’objets produits et de signes » La formation permet au sujet d’accroitre son rayon d’action et son pouvoir d’agir. Elle permet de comprendre l’environnement dans lequel la personne évolue. Le formateur et l’apprenant interagissent continuellement.

Conclusion
Il existe donc trois métaphores liées au savoir, le savoir comme stock, comme action ou comme développement Jobert (2000). Chaque métaphore fait référence à une façon d’appréhender le savoir, son utilité et les relations engendrées entre les deux acteurs. D’une vision mécanique dans le rapport au savoir comme stock (le formateur transmet un savoir, l’apprenant le mémorise) on arrive à une véritable interaction entre les deux acteurs dans le savoir comme développement. Le rapport au savoir comme action sera détecté chez une personne dont le savoir sert à résoudre un dysfonctionnement.

Le rapport au savoir est donc étroitement lié à la pédagogie  et à la perception que l’on peut avoir de la formation (cf la formation est un cadeau).

 

Vélo, auto, boulot : apprendre est bien un processus

Souvent, on part en formation avec l’idée un peu folle qu’on va y entrer novice et ressortir expert ! Souvent on nous envoie en formation avec la même idée loufoque « ben t’as fait la formation alors tu sais faire, non ? ». Et bien non ! L’apprentissage est un processus. Et pour ceux qui doutent encore voilà quelques exemples du quotidien.

Dis comment on tient en équilibre sur un vélo ?
« C’est facile, tu pédales et tu regardes droit devant ! Oui mais…ça ne marche pas…heu…parce qu’en fait en même temps il faut garder l’équilibre ? Et comment je fais ça ? heu…attends je vais t’aider. »

Que vous l’ayez vécu ou vu, vous visualisez très bien un parent haletant courant aux côtés de son enfant pour l’accompagner dans ses premières avancées. En connaissance on le sait, il y a les connaissances dites explicites, c’est celles qu’on sait verbaliser « tu regardes devant toi et tu pédales ». Et il y a les connaissances tacites : expliquez-moi comment vous faites pour tenir en équilibre ? « heu…. ». Ces connaissances tacites viennent souvent de l’expérience, de multiples essais. Ce sont celles là qu’on ne peut pas forcément transmettre en formation, celles qui nécessitent du temps pour être mises en application.

Ce soir c’est moi qui amène la famille au resto !
Oui mais voilà, le resto est au bout de la ville et votre enfant de 18 ans, fraichement élevé au rang de conducteur souhaite transporter le petit dernier de 4 mois en prenant le volant. Heu…boule au ventre et regards aux aguets, le trajet est pour vous hyper stressant. « Mais ça va détend toi, je viens d’avoir mon permis. Si je savais pas conduire, je l’aurai pas réussi ». Mmmmm pas si sûr ! On se souvient tous de nos premiers trajets tout seuls, franchement on était loin d’avoir l’aisance d’aujourd’hui voir les réflexes que nous avons acquis et qui nous on plusieurs fois sauvés la vie.

Bravo, vous avez été choisi pour le poste !
Souvenez-vous, vous avez fait des pieds et des mains pour obtenir ce poste. Après quelques années, vous vous retournez avec émotions sur vos débuts…affligeants ! A mes débuts de formatrice, j’étais tellement accès sur le contenu que j’aurai pu faire la même formation sans aucun stagiaire ! Je n’y aurais vu aucune différence ! J’étais concentrée sur le timing, sur ma voix tremblotante, sur mon plan de cours. Et vous, vous étiez comment à vos débuts ? Pas aussi à l’aise qu’aujourd’hui n’est-ce pas ?

Conclusion
L’apprentissage est bien un processus. Alors pourquoi existe-t-il un tel manque en ce qui concerne les apprentissages post formation. Pourquoi ne prenons-nous pas le temps ou ne laissons nous pas le temps aux autres de mettre en pratique ce qu’ils ont appris. Sans ce temps, vous ne sauriez pas faire du vélo, conduire, et encore moins occuper de cette façon votre poste de travail…A méditer !

 

Peinture et apprentissages

En aidant une amie à s’installer, je me suis retrouvée rouleau à la main à repeindre la maison.

Je me suis fait la remarque suivante : finalement, il y a beaucoup de points communs entre peindre une pièce et les méthodes d’apprentissage. En voici au moins trois.

Préparer
Pour ceux qui ont déjà tenté l’expérience, le plus long dans la peinture ce n’est pas de passer le rouleau mais toute la préparation en amont : quelle peinture choisir, pourquoi pour quelle finition ? Protéger ce qui doit l’être avec des bâches, poser le scotch sur les parties à ne pas peindre, choisir les outils qui faciliteront l’application. En formation les mêmes questions se posent : quelle formation choisir, pour quels objectifs ? Faire le bilan sur ce que l’on sait déjà ou pas, penser à des questions, des mises en application est tout aussi important. Préparer sa formation  est donc une étape importante.

Poser
On ne peint pas tous de la même façon ! Le coup de pinceau varie d’une personne à une autre. En théorie, une seule personne doit peindre la même pièce pour éviter des dépôts de peinture différents, ou des coups de pinceaux dans des sens différents.  En termes d’apprentissage, personne n’apprend de la même façon non plus ! Connaissances acquises précédemment, bouquets d’intelligences, cursus scolaire professionnel ou personnel sont autant de critères qui nous différencient. Vouloir ou penser que tout le monde apprend de la même façon est aussi saugrenue que de penser qu’on a tous le même coup de pinceau !

Agrémenter
C’est suite à la pose de la peinture qu’on s’attèle à décorer la pièce. On pose donc les nouveaux éléments sur une base. Pour les apprentissages c’est pareil : la formation actuelle prépare les formations à venir et s’appuie sur les connaissances passées. Penser à l’après formation et à la cohérence des parcours donne une dimension particulière au sens que nous donnons à nos apprentissages. Comment allez-vous agrémenter la formation que vous allez faire ou que vous venez de faire ?

Conclusion
Ce qui nous parait évident dans la vie de tous les jours ne l’est pas forcément lorsque nous parlons apprentissage. Etrange, non ?

Entrée en formation : êtes vous prêt à changer ?

Dans un article précédent, je vous avais parlé de quelques astuces à appliquer avant d’entrer en formation. Mais êtes-vous prêt à changer vos méthodes de travail ? Petit test.
Perdre du temps…pour en gagner
L’apprentissage est un processus. Quand on revient de formation, il est nécessaire de prendre du temps pour ancrer les nouvelles connaissances et les mettre en pratique. C’est une étape cruciale. Pourtant, poussés par les urgences, on a tendance à se dire que finalement on faisait plus vite avant et on retombe dans les anciens travers. Alors êtes-vous prêt à vous donner la chance de progresser ?
Changer ses méthodes de travail
La formation implique de changer ses méthodes de travail. Vous devez travailler plus efficacement (informatique, vente) mais aussi en toute sécurité (gestes et postures, formation aux produits d’entretien) ou moins stressé (gestion de projet, de conflits, accueil). Alors êtes-vous prêt à travailler différemment ?
Monter en compétence
Vous vous formez, vous montez en compétence. Ces dernières sont reconnues et on vous sollicite pour d’autres tâches. Ainsi petit à petit (ou radicalement parfois) on est amené à quitter sa zone de confort et à explorer de nouveaux horizons. Alors êtes-vous prêt à relever ce défi ?
Conclusion : Si vous répondez non à une de question alors non, vous n’êtes pas prêt à entrer en formation !

J’ai pas le temps !

Le temps est selon moi au cœur des apprentissages. Voilà trois bonnes raisons pour ralentir le rythme et se consacrer à ses nouvelles connaissances.

Du temps pour apprendre
En formation ou en cours, il est nécessaire de laisser du temps pour que les personnes puissent réfléchir à ce qui est dit, faire des ponts avec ce qu’elles connaissent et poser des questions. Inutile donc de parler à toute vitesse ou de se laisser embarquer dans le TGV de l’intervenant.

Du temps pour ancrer
Maintenant il est temps de réviser ou de mettre en application ce que l’on appris. Laisser assez de temps entre la fin des cours et les examens permet une meilleure assimilation. Au retour de formation c’est par la pratique qu’on ancre les connaissances. Autant se garder des créneaux, ce n’est pas du tems perdu.

Du temps pour réguler
Tout ce que l’on apprend est périssable. Il est donc important de mettre ses connaissances à jour. La curiosité est un vilain défaut ? Pas dans les apprentissages en tout cas !

Conclusion
Réussir ses apprentissages c’est aussi leur consacrer du temps. Prenez-le parce que personne ne vous le donnera !

Préparer sa formation

Vous allez suivre une formation ? Alors il est important de la préparer afin d’en profiter au maximum. Voici trois conseils pour appréhender au mieux votre nouvel apprentissage. Il y a la méthode des 30s  certes mais voilà encore quelques astuces.

Préparez le retour
Et oui ! l’objectif d’une formation c’est de mettre en application ce qu’on a appris. Aussi il est important de partir en formation en ayant un projet en tête à mettre en œuvre par la suite. Plus vite on applique, mieux on ancre les connaissances ! Préparez un document avec les idées clés à retenir, vos objectifs et réservez une case pour planifier vos actions dès le retour de formation.

Faites des ponts
Pendant la formation, restez actif ! Demandez-vous si ce qu’on est en train de vous montrer pourra vous servir, comment, sous quelles conditions. Posez des questions, soyez audacieux ! Dites vous que si une question vous parait bête, il y a pourtant  une autre personne qui se la pose !

Gardez le contact
Le groupe de formation vous permet d’élargir votre réseau. Ce dernier est précieux pour demander de l’aide an cas de blocage (vous avez suivi la même formation) ou élargir vos horizons (vous faites les choses différemment). Récoltez les adresses mails de vos futurs collègues de formation si vous le pouvez. N’oubliez pas de contacter l’intervenante qui sera ravie de pouvoir vous accompagner dans la poursuite de vos apprentissages !!!

Conclusion
Une formation ça se prépare, plus vous vous projetez, mieux vous assimilerez!

Travailler en fonction de ses intelligences

Une théorie qui me passionne est la théorie des intelligences multiples. Comment adapter ses façons de faire en fonction des situations ? Nous laisse t’on agir en fonction de nos intelligences.

Ecouter de la musique
Quoi de plus déplaisant que de voir les étudiants le casque sur les oreilles où d’entendre quelqu’un chantonner tout au long de la journée. Et pourtant la musique permet à certains de traiter les informations reçues. C’est pourquoi j’invite mes stagiaires lors d’exercices pratiques à se munir de leurs écouteurs ! Il n’a jamais été prouvé que travailler en silence était plus efficace !

Sage comme une image
Certaines personnes ont besoin de bouger pour apprendre. Il n’y a qu’à voir les personnes qui ne peuvent s’empêcher de marcher en téléphonant ! On apprend avec son corps alors inutile d’attendre la pause pour se dégourdir les jambes. Et inutile de reprendre son enfant qui gigote sur sa chaise…autant la lui enlever ! On peut apprendre en lançant une balle contre un mur, en marchant ou en dansant ! Il n’a jamais été prouvé que travailler assis était plus efficace !

Hey j’ai des visions !
Certains d’autres nous on besoin de visualiser ce qu’ils apprennent. Un cours d’histoire se transforme en film qui défile, une formation graphisme donne naissance à des affiches ou des flyers virtuels. Visualiser ce que nous allons faire de nos apprentissage permet de les ancrer. Nous pouvons aussi les dessiner, d’ailleurs c’est un des principes du mindmapping ! Il n’a jamais été prouvé que seuls les mots permettaient d’apprendre !

Conclusion
Il ne faut pas tenter de faire comme notre voisin nous avons chacun un bouquet d’intelligences singulier. Comme on fait c’est parfait ! Il faut juste en être conscient…

Le rôle du groupe

A l’heure du e-learning du Mooc et autres apprentissages virtuels qui ont tendance parfois à déshumaniser la formation, remettons le groupe au centre de nos apprentissages. Un groupe oui mais pourquoi faire ?

Le groupe pour assimiler
La fonction de  groupe d’assimilation permet aux membres de reformuler ce qu’ils ont compris soit du projet général, soit des notions abordées pendant le cours ou la formation. Ce travail de reformulation sert à la bonne compréhension des notions.

Le groupe pour débattre
La fonction de groupe de confrontation permettant l’échange d’idées est utilisé pour approfondir des notions et les aborder sous de multiples perspectives. Débattre, argumenter, confronter ses idées ou ses mises en situation sert à pousser la réflexion à son maximum. Fini les apprentissages passifs !

Le groupe pour évaluer
La fonction de groupe d’inter-évaluation est en fait une évaluation inter-groupe. En effet les échanges inter-groupes permettent d’éclaircir certains points lorsque les ressources ne sont pas détenues en interne. Dans une formation, certaines notions sont abordées avec un groupe et pas forcément avec un autre. Permettre à toutes les personnes de se croiser permet de continuer un apprentissage post formation. C’est dans cet esprit que l’espace collaboratif que nous avons mis en place a été structuré. (www.omnispace.fr/jrccc).

Le groupe pour s’aider
Le groupe est un donc un formidable support aux apprentissages. Permettre des travaux de groupes en formation ou en amphithéâtre est une valeur ajoutée indéniable.