Archives par étiquette : intelligences multiples

Savoir, vouloir, pouvoir apprendre

L’apprentissage  individuel n’est jamais isolé du collectif et de l’organisation. C’est pourquoi chaque apprentissage entraine des changements. Alors, avant de partir en formation ou de retourner sur les bancs de la fac, il peut être utile de se poser quelques questions.

Est-ce que je sais apprendre ?
Connaissez-vous vos intelligences fortes ? Savez-vous, suivant les situations lesquelles vous avez tendance à privilégier ? Est-ce que vous apprenez mieux le matin ou le soir ? Savez-vous organiser vos apprentissages ? Souvent apprendre ne s’apprend pas, on le fait sur le tas de façon inconsciente. Mais les recherches scientifiques sont là pour nous permettre de conscientiser nos façons d’apprendre.

Est-ce que je veux apprendre ?
Ici se pose clairement la question de la motivation ! Souvenez-vous les cours où vous trainiez les pieds pour y aller, j’imagine que vous n’en avez pas retenu grand-chose. Une fois l’examen passé tout est oublié. Pour être motivé il faut avoir défini des axes de travail, des objectifs pour pouvoir mettre en application ce qui a été appris. Sans motivation pas d’apprentissage. Hélas dans les organisations, les personnes sont parfois obligées d’aller en formation. Dans ce cas, cette dernière a de fortes chances de ne servir à rien.

Est-ce que je peux apprendre ?
Je sais comment apprendre et je suis motivé pour le faire mais est-ce que mes collègues me permettent d’apprendre et de mettre en application ce que j’ai appris ? Est-ce que je ne suis pas rattrapée par mes urgences ou les urgences des autres ? Puis-je vraiment organiser ce qui est urgent et important pour moi ou est-ce que je subi au quotidien ? Redevenir maitre de son emploi du temps est un atout indéniable pour poursuivre ses apprentissages.

Conclusion
L’apprentissage individuel est imbriqué dans un collectif et une organisation. Ainsi avant d’entrer en formation ou à la faculté, une fois que vous savez si vous êtes prêt, capable et décidé à apprendre (cf article) demandez-vous également si vous savez, voulez et pouvez apprendre !

Travailler en fonction de ses intelligences

Une théorie qui me passionne est la théorie des intelligences multiples. Comment adapter ses façons de faire en fonction des situations ? Nous laisse t’on agir en fonction de nos intelligences.

Ecouter de la musique
Quoi de plus déplaisant que de voir les étudiants le casque sur les oreilles où d’entendre quelqu’un chantonner tout au long de la journée. Et pourtant la musique permet à certains de traiter les informations reçues. C’est pourquoi j’invite mes stagiaires lors d’exercices pratiques à se munir de leurs écouteurs ! Il n’a jamais été prouvé que travailler en silence était plus efficace !

Sage comme une image
Certaines personnes ont besoin de bouger pour apprendre. Il n’y a qu’à voir les personnes qui ne peuvent s’empêcher de marcher en téléphonant ! On apprend avec son corps alors inutile d’attendre la pause pour se dégourdir les jambes. Et inutile de reprendre son enfant qui gigote sur sa chaise…autant la lui enlever ! On peut apprendre en lançant une balle contre un mur, en marchant ou en dansant ! Il n’a jamais été prouvé que travailler assis était plus efficace !

Hey j’ai des visions !
Certains d’autres nous on besoin de visualiser ce qu’ils apprennent. Un cours d’histoire se transforme en film qui défile, une formation graphisme donne naissance à des affiches ou des flyers virtuels. Visualiser ce que nous allons faire de nos apprentissage permet de les ancrer. Nous pouvons aussi les dessiner, d’ailleurs c’est un des principes du mindmapping ! Il n’a jamais été prouvé que seuls les mots permettaient d’apprendre !

Conclusion
Il ne faut pas tenter de faire comme notre voisin nous avons chacun un bouquet d’intelligences singulier. Comme on fait c’est parfait ! Il faut juste en être conscient…

Les intelligences multiples : les bases

La théorie des intelligences multiples a été crée par Howard Gardner en 1983. Son succès dans le monde anglo-saxon depuis sa parution en 1983 a été considérable, en particulier dans les champs de l’éducation et de la formation permanente. Il introduit une nouvelle façon de comprendre l’intelligence des enfants en échec scolaire aux États-Unis.

Une intelligence selon Gardner (2006)  est définie par  » a biopsychological potential to process information that can be activated in a cultural setting to solve problems or create products that are of value in a culture. » C’est à dire « un potentiel biopsychologique qui traite des informations qui peuvent être activées dans un environnement culturel pour résoudre des problèmes ou créer un produit de valeur dans une culture.

Gardner, selon ces critères définit 8 intelligences qui ont chacune leur propre système symbolique

  • la verba-linguistique c’est à dire la capacité à être sensible aux structures linguistiques sous toutes ses formes
  •  la logique mathématique c’est à dire tout ce qui est lié aux nombres ou à la logique très analytique.

Six sont selon lui souvent ignorées du système éducatif ou de formation :

  •  l’intelligence visuelle-spatiale. C’est la capacité à créer des images mentales, et à percevoir le monde visible avec précision dans ses trois dimensions.
  •  l’intelligence musicale-rythmique liée à des personnes qui apprennent à travers le rythme et la musique.
  •  l’intelligence corporelle utilisée par les personnes qui apprennent en pratiquant et/ou qui ne peuvent pas assimiler en restant assis sur une chaise. l’intelligence interpersonnelle c’est à dire la capacité à entrer en contact avec les autres. Il y a des personnes qui ont besoin de discuter avec d’autres personnes de ce qu’ils ont appris pour intégrer. Léchange permet d’apprendre.
  • l’intelligence intrapersonnelle qui est la capacité à avoir une bonne connaissance de soi-même.
  • l’intelligence (du) naturaliste. Elle a été rajoutée aux sept précédentes par Howard Gardner en 1996. C’est la capacité à reconnaître et à classer, à identifier des formes et des structures dans la nature, sous ses formes minérales, végétales ou animales. On la reconnaît chez ceux qui ceux qui savent organiser des données, sélectionner, regrouper, faire des listes.

Cette distinction est illusoire tant les intelligences interagissent.

Ne pas confondre intelligences, capacités, styles cognitifs, système sensoriel, compétences

Afin d’éviter toute confusion entre les intelligences et autres compétences, Gardner (2006) dessine leurs contours en faisant plusieurs distinctions.Ainsi le niveau d’analyse stipule qu’elles se démarquent des capacités telles que l’attention, la motivation ou les styles cognitifs.

Capacités
Contrairement à l’attention et la motivation, les intelligences sont mobilisés pour donner un sens à un contenu spécifique, une information ou tout autre objet dans le monde.

Styles cognitifs
Quant aux styles cognitifs, ils correspondent à la manière donc chaque individu approche des tâches cognitives et n’est pas lui non plus en relation avec un contenu spécifique. Pour exemple Kolb (2005) fait une typologie de 4 styles cognitifs : Le divergent (concret-réfléchi); L’assimilateur (réfléchi-abstrait); Le convergent (abstrait-actif); L’exécutant(concret-actif). Ces styles ne tiennent pas compte d’une situation particulière.

La théorie MI fait donc partie pour nous du courant de la cognition située.

Attention cependant aux raccourcis audacieux. On en peut pas faire le lien le contenu et l’intelligence. Le fait de débattre ou d’écrire un poème font tous les deux appels à l’intelligence linguisitic. Gardner (2006)  » This observation also highlights the fact that there is not a one-to-one correspondence between specific types of content and the intelligences. Writing a poem and engaging in a debate are two distinct activities that each draw on linguistic intelligence »

Systèmes sensoriels
C’est le vecteur par lequel le cerveau reçoit les informations alors que les intelligences sont des sytèmes qui donnent un sens à l’information « once it has been received and irrespective of the means of reception. »(Une fois qu’il a été reçu et sans tenir compte des moyens de réception). Ainsi l’intelligence musical/rythmique proche du système sensoriel de l’audition traitera les informations suivant qu’elles aient été reçues par le timbre ou l’intonation, le rythme. Le système sensoriel précède le traitement intellectuel.

Compétences
Les compétences sont le produit d’un travail. Elles agissent sur le monde externe. On peut être un bon nageur ou un  bon dessinateur. Pour être un bon nageur ou dessinateur on peut faire appel aux intelligences visuel/spatial et corporelle. Mais le fait d’être un bon nageur dépend de la culture dans laquelle on est permettant l’accès facile à un plan d’eau, la qualité de l’instructeur ou le temps passé à s’entrainer.

Utilisation des intelligences
Les intelligences sont utilisées quotidiennement et dans plusieurs domaines. Un même personne peut utiliser plusieurs intelligences tout au long de sa journée en écrivant une carte pour des amis, se questionner sur son attitude et faire un puzzle.

Bilbliographie

Gardner.H (1983) Frames of mind : The theory of multiple intelligences. New york : Basic Books

Kolb, 2005 « The Kolb learning Style Inventory » (version 3.1) Haygroup, Boston