Archives par étiquette : enseignement

La formation est un cadeau

A l’aune de la nouvelle réforme de la formation professionnelle, on a tendance à penser que la formation est un droit. Pour moi, la formation est aussi un cadeau, et la voir sous cette angle permet de faire des analogies intéressantes.
En effet avant chaque anniversaire ou à Noël se posent les questions cruciales : est-ce que je fais un cadeau utile, un cadeau plaisir ou un cadeau qui ouvre des horizons ?

Le cadeau utile
C’est le cadeau qui trouve une application directe. La personne qui reçoit ce cadeau l’utilisera immédiatement. C’est la pièce manquante. Le destinataire, bien avant de le recevoir, s’était déjà projeté dans le futur en le manipulant. Quel plaisir de savoir qu’il ne va pas rester dans un placard ou être revendu ! Ca n’aurait servi à rien de l’offrir sinon, quel dommage n’est-ce pas?

Le cadeau plaisir
C’est le cadeau que nous offrons sans vraiment comprendre pourquoi la personne en face est si contente de l’avoir : « j’vois pas trop l’intérêt mais ça lui faisait tellement plaisir ! ». Un cadeau n’est pas forcément utile desuite mais il peut procurer un sentiment de reconnaissance. C’est le jouet qui sert à rien, trois heures dans un SPA ou le tour en Ferrari sur un circuit ! C’est pas utile, mais ça procure de la joie ! Reconnus dans nos désirs nous sommes après motivés à faire plein de choses pour notre entourage.

Le cadeau qui ouvre des horizons
Alors on sait que Polo aime la cuisine. Mais voilà ça fait trois ans qu’on le cantonne aux mêmes cadeaux : livres, ustensiles, cours, plats. C’est facile…mais on tourne en rond et Polo ne sait plus quoi en faire. Alors cette année, on discute avec lui l’air de rien, on l’observe et on décide de miser sur un cadeau jardinage, spectacle ou cinéma. Et là on peut penser, par son regard surpris, qu’on est à côté de la plaque. Pourtant quelques temps plus tard Polo nous montre avec fierté ses premières tomates, nous propose d’aller voir plein de spectacles ou nous explique que cette année il veut aller à Cannes pour le Festival ! Et là nous sommes tout content d’avoir permis à Polo d’élargir ses horizons !

Conclusion
La formation est un cadeau. Certes elle a un coût et doit être utile mais cette dernière peut prendre d’autres formes que la mise en application directe. La formation plaisir c’est celle qui sert à remercier un collaborateur pour ce qu’il apporte dans la structure, pour le booster après de durs moments, pour lui montrer qu’il n’est pas anonyme parmi les anonymes. La formation qui ouvre des horizons est incontournable quand les personnes tournent en rond. Souvent, elle nous semble déconnectée et pourtant on s’aperçoit que dans le temps, elle permet aux personnes d’évoluer dans leur manière d’agir ou de réfléchir au quotidien.

Alors quel cadeau allez-vous offrir ou recevoir cette semaine et qu’allez-vous en faire ?

Savoir, vouloir, pouvoir apprendre

L’apprentissage  individuel n’est jamais isolé du collectif et de l’organisation. C’est pourquoi chaque apprentissage entraine des changements. Alors, avant de partir en formation ou de retourner sur les bancs de la fac, il peut être utile de se poser quelques questions.

Est-ce que je sais apprendre ?
Connaissez-vous vos intelligences fortes ? Savez-vous, suivant les situations lesquelles vous avez tendance à privilégier ? Est-ce que vous apprenez mieux le matin ou le soir ? Savez-vous organiser vos apprentissages ? Souvent apprendre ne s’apprend pas, on le fait sur le tas de façon inconsciente. Mais les recherches scientifiques sont là pour nous permettre de conscientiser nos façons d’apprendre.

Est-ce que je veux apprendre ?
Ici se pose clairement la question de la motivation ! Souvenez-vous les cours où vous trainiez les pieds pour y aller, j’imagine que vous n’en avez pas retenu grand-chose. Une fois l’examen passé tout est oublié. Pour être motivé il faut avoir défini des axes de travail, des objectifs pour pouvoir mettre en application ce qui a été appris. Sans motivation pas d’apprentissage. Hélas dans les organisations, les personnes sont parfois obligées d’aller en formation. Dans ce cas, cette dernière a de fortes chances de ne servir à rien.

Est-ce que je peux apprendre ?
Je sais comment apprendre et je suis motivé pour le faire mais est-ce que mes collègues me permettent d’apprendre et de mettre en application ce que j’ai appris ? Est-ce que je ne suis pas rattrapée par mes urgences ou les urgences des autres ? Puis-je vraiment organiser ce qui est urgent et important pour moi ou est-ce que je subi au quotidien ? Redevenir maitre de son emploi du temps est un atout indéniable pour poursuivre ses apprentissages.

Conclusion
L’apprentissage individuel est imbriqué dans un collectif et une organisation. Ainsi avant d’entrer en formation ou à la faculté, une fois que vous savez si vous êtes prêt, capable et décidé à apprendre (cf article) demandez-vous également si vous savez, voulez et pouvez apprendre !

Prêt, capable, décidé

Dans un précédent article, nous avons discuté pour savoir ce qu’était apprendre ou si on était prêt à aller en formation (article êtes vous prêt à changer !). Aujourd’hui on réfléchit sur notre motivation à mettre en pratique ce que l’on a appris. Voici trois petites questions à se poser avant pendant ou après une formation.

Suis-je prêt(e) ?
Sous entendu, suis-je prêt(e) à changer mes méthodes de travail ? Suis-je prêt à prendre le temps nécessaire pour arriver à ce que je veux faire ? Suis-je prêt à court-moyen ou long terme à changer de poste de travail au vu de mes nouvelles compétences ? Autant de questions nécessaires pour donner toutes les chances à son apprentissage de réussir.  On se situe ici sur une idée, une pensée, une envie,un état lié à la motivation.
Exemple : c’était super, j’ai hâte de le mettre en pratique, ya plus qu’à !

Suis-je capable ?
C’est-à-dire est-ce que j’ai toutes les connaissances nécessaires pour les mettre en acte? Si oui, alors passez directement à la question suivante, sinon, il va falloir reprendre vos notes par exemple pour ne pas être bloqué. On regarde ici si on dispose de toutes les connaissances nécessaires à la mise en situation.
Exemple : Je sais comment faire, je dispose de toutes les ressources nécessaires pour mener à bien mon action. J’ai bien fait de faire cette formation ça va me servir.

Suis-je décidé(e) ?
C’est l’étape cruciale du plan d’action ! Si je suis motivé et que j’ai les connaissances nécessaires cela ne me servira à rien si je ne suis pas décidé à les mettre en pratique. C’est le moment de poser des actions, de les planifier au besoin pour s’assurer qu’on va bien atteindre son objectif.
Exemple : pour mener à bien cette action, je compte deux heures de conception que je ferai lundi de 9h à 11h. Ensuite je ferai une maquette que je montrerai vendredi en début d’après-midi à X, pour cela je dois récupérer les infos à Y au plus tard mercredi…

Conclusion
Donnez toutes les chances à vos apprentissages en vous demandant si réellement vous êtes prêt, capable et décidé à les réussir !

NERAC : un outil pour gérer vos connaissances

Je vous ai parlé plusieurs fois de l’importance du temps dans les apprentissages. Mais comment gérer son temps et ne pas être débordé ? Voici un outil fort sympathique que j’utilise régulièrement. A combiner avec la méthode des cailloux par exemple  ! Il vous permettra d’anticiper votre retour de formation concernant la mise en pratique des connaissances ou mettre en place vos révisions.

Le NERAC : présentation
Le NERAC est un outil de gestion du temps qui permet de détecter, évaluer et planifier les tâches que nous devons faire. Car si l’on se contente de faire sa « to do list » il y a de fortes chances pour qu’à la fin on ait fait ce qu’on avait envie de faire et pas forcément ce que l’on devait faire !

 

NERAC, mais ça veut dire quoi ?
N : notez les apprentissages à faire. C’est un peu votre « to do list » !
E : évaluez pour chaque apprentissage le temps que vous comptez/pensez mettre et planifiez les sur votre agenda. Ça vous évitera le stress du « il me reste 20mn qu’est-ce que je fais ».

R : réservez dans votre planning 30% pour les imprévus ou les urgences. Donc si vous estimez que vous allez mettre 1h pour réaliser un apprentissage et 1h pour le suivant, gardez votre 3ème heure libre.

A : actualisez vos tâches. Certaines deviennent soudainement urgentes ou plus importantes. Un agenda ça bouge !

C : contrôlez en fin de journée de mois ou de semaine que vous avez bien réalisé les notions que vous deviez revoir, apprendre ou mettre en pratique.

Conclusion
Je vous l’ai déjà dit, personne de vous donnera du temps, c’est à vous de le prendre. Pour rendre encore plus efficace vos formations ou celles de vos collaborateurs prévoyez dès le départ des temps dédiés aux apprentissages post formation. Essayer le NERAC, c’est l’adopter, non?

Préparer sa formation

Vous allez suivre une formation ? Alors il est important de la préparer afin d’en profiter au maximum. Voici trois conseils pour appréhender au mieux votre nouvel apprentissage. Il y a la méthode des 30s  certes mais voilà encore quelques astuces.

Préparez le retour
Et oui ! l’objectif d’une formation c’est de mettre en application ce qu’on a appris. Aussi il est important de partir en formation en ayant un projet en tête à mettre en œuvre par la suite. Plus vite on applique, mieux on ancre les connaissances ! Préparez un document avec les idées clés à retenir, vos objectifs et réservez une case pour planifier vos actions dès le retour de formation.

Faites des ponts
Pendant la formation, restez actif ! Demandez-vous si ce qu’on est en train de vous montrer pourra vous servir, comment, sous quelles conditions. Posez des questions, soyez audacieux ! Dites vous que si une question vous parait bête, il y a pourtant  une autre personne qui se la pose !

Gardez le contact
Le groupe de formation vous permet d’élargir votre réseau. Ce dernier est précieux pour demander de l’aide an cas de blocage (vous avez suivi la même formation) ou élargir vos horizons (vous faites les choses différemment). Récoltez les adresses mails de vos futurs collègues de formation si vous le pouvez. N’oubliez pas de contacter l’intervenante qui sera ravie de pouvoir vous accompagner dans la poursuite de vos apprentissages !!!

Conclusion
Une formation ça se prépare, plus vous vous projetez, mieux vous assimilerez!

Travailler en fonction de ses intelligences

Une théorie qui me passionne est la théorie des intelligences multiples. Comment adapter ses façons de faire en fonction des situations ? Nous laisse t’on agir en fonction de nos intelligences.

Ecouter de la musique
Quoi de plus déplaisant que de voir les étudiants le casque sur les oreilles où d’entendre quelqu’un chantonner tout au long de la journée. Et pourtant la musique permet à certains de traiter les informations reçues. C’est pourquoi j’invite mes stagiaires lors d’exercices pratiques à se munir de leurs écouteurs ! Il n’a jamais été prouvé que travailler en silence était plus efficace !

Sage comme une image
Certaines personnes ont besoin de bouger pour apprendre. Il n’y a qu’à voir les personnes qui ne peuvent s’empêcher de marcher en téléphonant ! On apprend avec son corps alors inutile d’attendre la pause pour se dégourdir les jambes. Et inutile de reprendre son enfant qui gigote sur sa chaise…autant la lui enlever ! On peut apprendre en lançant une balle contre un mur, en marchant ou en dansant ! Il n’a jamais été prouvé que travailler assis était plus efficace !

Hey j’ai des visions !
Certains d’autres nous on besoin de visualiser ce qu’ils apprennent. Un cours d’histoire se transforme en film qui défile, une formation graphisme donne naissance à des affiches ou des flyers virtuels. Visualiser ce que nous allons faire de nos apprentissage permet de les ancrer. Nous pouvons aussi les dessiner, d’ailleurs c’est un des principes du mindmapping ! Il n’a jamais été prouvé que seuls les mots permettaient d’apprendre !

Conclusion
Il ne faut pas tenter de faire comme notre voisin nous avons chacun un bouquet d’intelligences singulier. Comme on fait c’est parfait ! Il faut juste en être conscient…

Le rôle du groupe

A l’heure du e-learning du Mooc et autres apprentissages virtuels qui ont tendance parfois à déshumaniser la formation, remettons le groupe au centre de nos apprentissages. Un groupe oui mais pourquoi faire ?

Le groupe pour assimiler
La fonction de  groupe d’assimilation permet aux membres de reformuler ce qu’ils ont compris soit du projet général, soit des notions abordées pendant le cours ou la formation. Ce travail de reformulation sert à la bonne compréhension des notions.

Le groupe pour débattre
La fonction de groupe de confrontation permettant l’échange d’idées est utilisé pour approfondir des notions et les aborder sous de multiples perspectives. Débattre, argumenter, confronter ses idées ou ses mises en situation sert à pousser la réflexion à son maximum. Fini les apprentissages passifs !

Le groupe pour évaluer
La fonction de groupe d’inter-évaluation est en fait une évaluation inter-groupe. En effet les échanges inter-groupes permettent d’éclaircir certains points lorsque les ressources ne sont pas détenues en interne. Dans une formation, certaines notions sont abordées avec un groupe et pas forcément avec un autre. Permettre à toutes les personnes de se croiser permet de continuer un apprentissage post formation. C’est dans cet esprit que l’espace collaboratif que nous avons mis en place a été structuré. (www.omnispace.fr/jrccc).

Le groupe pour s’aider
Le groupe est un donc un formidable support aux apprentissages. Permettre des travaux de groupes en formation ou en amphithéâtre est une valeur ajoutée indéniable.

Vive les bavardages !

« Chut, arrêtez de parler et écoutez moi » c’est en gros ce qui est attendu quand une personne prend la parole. Et pourtant échanger avec son voisin fait aussi partie du processus d’apprentissage.

Qu’est-ce qu’elle a dit ?
La capacité de concentration varie entre 45mn et 1h30 suivant les individus. Aussi il est normal qu’avec nos vies trépidantes, cette capacité puisse se réduire à une vingtaine de minutes. Hors, les pauses formelles dans le système éducatif ou en formation arrivent au bout d’une heure trente. C’est pourquoi il arrive que le cerveau décroche, attiré par un mot qui amène à une pensée puis à une autre….Bienvenue au pays des rêves ! Au bout de quelques minutes on se demande ce qui vient d’être dit. C’est à ce moment là qu’on se tourne vers notre voisin pour tenter de rattraper notre retard.

Et qu’attendons-nous de la personne en charge de la formation ? Qu’elle s’arrête pour s’assurer qu’on perdre le moins d’informations possibles. Pas qu’elle nous réprimande comme un enfant.

J’ai pas compris !
Autre raison pour laquelle il est important d’échanger c’est lorsque nous n’avons pas compris ce qui vient d’être dit. Comment poursuivre l’apprentissage s’il nous manque un wagon? Cet échange explicatif est utile pour les deux protagonistes : celui qui reçoit l’explication peut continuer son apprentissage. Celui qui explique ancre des connaissances acquises. Parfois c’est en enseignant que l’on comprend (Etudes sur le learning by teaching).

Pourquoi est-il important de laisser des espaces de discussion ?
Lorsqu’on est en charge d’un enseignement ou d’une formation, il est donc important de laisser des espaces de discussion pour s’assurer de ne laisser personne sur le côté. L’important n’est pas ce que l’on dit mais ce qui a été compris !

Apprendre avec Facebook

Qui ne connait pas Facebook ? Véritable révolution dans les réseaux sociaux, facebook ne servirait pas qu’à garder le contact avec ses amis. Voilà une étude intéressante faite par N.Wang que je trouve inspirante malgré quelques contraintes.

Contexte
Cette étude prend place dans le cadre des formations initiales et continues qui reprennent un master à Singapour. Les personnes ont entre 24 et 55 ans. L’objectif était d’utiliser facebook comme un LMS (Learning Management Système) en mettant en place des annonces, en partageant des ressources, en organisant des séances de tutorat hebdomadaire et en menant des discussions en ligne.

Mode d’emploi
Il a fallu créer un groupe de travail « ouvert au public ». L’enseignant n’a donc pas besoin d’être ami avec les étudiants. Une fois que tout le monde s’est inscrit le groupe est fermé.

Utilisation du mur
Le mur sert à mettre des informations en direct et tenir au courant le groupe des nouvelles activités crées. On ne peut échanger que des photos ou des vidéos pas du texte. Aussi pour échanger des fichiers il a fallu utiliser GoogleDoc.

Utilisation des évènements
Une session de cours = un événement avec une image de profil particulière. Ainsi chaque nouvel événement apparaît sur le mur du groupe.
Utilisation des discussions
Les discussions sont compliquées car facebook gère ça de façon chronologique, les réponses s’enchaînent, il faut spécifier à qui on répond. C’est assez contraignant.
Du coup, pour avoir un feedback sur les cours, une enquête a été crée via kwicksurvey qui permet de faire un lien avec facebook pour la diffuser.

Résultats
1) Avantages
–          Le mur est très bien pour échanger des informations et des ressources images ou vidéo.

–          La fonction événement a bien rempli son rôle de session de formation tout en étant visible sur le mur du groupe

2) Inconvénients

–          Si le groupe n’est pas fermé, les étudiants ne se sentent pas en sécurité. Ils ont peur d’être épiés. Il faut donc que tout le monde soit bien inscrit avant de le fermer.

–          Le pare-feu au sein de l’établissement a rendu certaines fonctionnalité de facebook non accessibles. Ainsi certaines choses mises en place par l’enseignant n’étaient pas utilisables durant le cours.

–        Facebook n’est pas fait pour suivre des discussions. Les discussions se font par ordre chronologique et le nombre de caractères est limité.

–          Les notifications automatiques rendent difficiles la séparation entre les cours et les données personnelles. Ainsi tous les « amis » sont au courant de ce qu’ils font en cours.

Conclusion
Détourner un réseau social pour apprendre peut s’avérer intéressant. Attention à bien penser aux spécificités et à en tenir compte dans votre scénario pédagogique. Certains utilisent également Twitter pour que les étudiants timides puissent poser des questions en direct. Je vous en parlerai dans un prochain article !

Apprendre avec les Tic ?

Les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) deviennent incontournables dans les apprentissages. Enseignants, formateurs, étudiants ou stagiaires, nous utilisons tous ces technologies : présentations powerpoint, tablettes numériques, espaces collaboratifs (Environnement de Travail Numérique en éducation, plate-forme collaborative…). Mais quelle est leur véritable apport ? Les recherches sont mitigées.

Les pratiques des enseignants et des formateurs
Bien souvent, les TIC apportent une valeur ajoutée faible. Elles servent à mettre un support de cours en numérique mais elles révolutionnent rarement la pédagogie mise en place. Cela dépend du niveau d’intégration. On en détermine 4 :

1) Découverte : les Tics sont utilisées dans le cadre de la sphère privée.
2) Adoption : utilisation sur le lieu de travail, mais la pédagogie ne change pas (Numérisation des supports de cours par exemple).
3) Appropriation : elles sont utilisées pour créer des interactions.
4) Création : liées à une pédagogie innovante elles rendent les apprenants acteur, producteur et créateurs de leurs apprentissages.

Hélas les deux premières sont les plus utilisés.

Les pratiques des étudiants et des stagiaires
les apprenants ont différentes façon de les utiliser :

1)      Utilisation comme un centre de ressources (récupérer des supports de cours)
2)      Compléter les thématiques abordées en se tournant vers des sources extérieures
3)      Echanger des expériences avec d’autres (forum par exemple) en vu de casser un isolement

Conclusion
On voit bien qu’à travers les différentes pratiques, les Tics finalement, sont utilisées suivant des besoins et des approches singulières. Elles ne sont qu’un outil parmi tant d’autres et ne suffisent pas à elles seules à favoriser ou non un apprentissage.