Archives mensuelles : septembre 2014

Les étapes du deuil et les apprentissages

Pourquoi est-ce si difficile parfois d’aller en formation ? Où d’appliquer ce que l’on a appris ? Par manque de temps oui mais pas que ! Comme on l’a déjà vu  une bonne organisation (organiser ses cailloux, NERAC, Urgent/important) ou bien se connaitre peut aider. Mais apprendre c’est aussi désapprendre, ce qui veut dire abandonner des anciennes connaissances, des anciennes méthodes, routines, protocoles ou du moins les modifier. Et c’est là que l’on retrouve les étapes du deuil décrites en 1975 par Elisabeth Kübler-Ross. Pour illustrer les étapes du deuil en apprentissage (qui sont les mêmes que lorsqu’on perd un proche), j’ai choisie de prendre pour exemple un logiciel de traitement de texte en espérant que cela parlera au plus grand nombre !

Le déni
Non mais franchement, je ne vais pas aller en formation pour apprendre à écrire un courrier ! Ca fait plus de 5 ans que je fais ça tous les jours ! Comme si je ne connaissais pas mon métier. Je sais pas pourquoi on me l’a proposée cette formation.

La colère
Ah ben tiens je vais leur montrer que je me laisse pas faire comme ça, je vais y aller à leur formation mais je risque pas d’appliquer quoique ce soit !

Le marchandage
Où alors juste deux ou trois choses mais pas plus et que si j’y trouve mon compte. Comme par exemple le fait d’utiliser le menu paragraphe au lieu d’appuyer plusieurs fois sur la barre d’espace….tiens ça m’évitera de compter !

La dépression
Pfffff j’y arrive pas, ça avait l’air si simple en formation et là je patauge. C’était plus simple quand j’appuyais sur la barre d’espace finalement…Ah quoi bon perdre du temps à appliquer ce menu, finalement c’était amusant de compter les points.

Acceptation
Non allez je vais persévérer…alors je reprend mes notes…et si j’y arrive pas je demanderai à Pauline, après tout je suis pas plus bête qu’une autre…Woué j’ai réussi ! Suis trop forte, limite j’ai envie de le crier sur tous les toits !!!!

Conclusion
Apprendre c’est effectivement se remettre en question, prendre du recul sur ses pratiques et faire le deuil des anciennes méthodes pour en acquérir des nouvelles. La phase de dépression est selon moi cruciale, c’est dans ce laps de temps que tout se décide : soit on revient à ses anciennes pratiques soit on les modifie. Le tout c’est de le savoir !

Les dangers du mail

Le mail serait il le nouveau fléau des organisations ? Pourquoi certaines prônent les journées sans mails ? Petit article pour vérifier si franchement il ne vaut pas mieux parfois décrocher son téléphone.

Mail et problème psychologique
Super j’ai un mail ! Vite vite je réponds…oh un autre…ah non celui là…ah encore un autre…et si…aaaaaah yen  trooooop ! On se plaint de ses mails et en même temps on a du mal à s’en passer. Ne vous inquiétez pas c’est normal. Le mail fait appel à des aspects de notre raisonnement humain : la reconnaissance (le fameux « tiens j’ai un ami ! »), la réciprocité (ben alors j’envoie un mail et j’ai pas de réponse), la recherche de l’immédiateté (je l’ai envoyé ya 2min elle est où ma réponse) et le sentiment de responsabilité (le monde va s’écrouler si je ne réponds pas).

La surcharge cognitive
Dans un article sur l’attention, je vous avais parlé de la surcharge cognitive. En 2011, l’Observatoire de la Responsabilité Sociétale des Entreprises en France (ORSE) sortait les chiffres suivant :

– 56% es utilisateurs de courriers électroniques passent en moyenne deux heures par jour pour gérer leur boîte mail.
– 38% reçoivent plus de 100 mails par jour.
-65% déclarent relever leur boîte toutes les heures (en réalité c’est plutôt toutes les 5 minutes).
– il faut en moyenne 64 secondes pour retrouver le fil de sa pensée lorsqu’on est interrompu par l’arrivée d’un message électronique (1s d’interruption = 64 secondes pour s’y remettre !!!!) (source Marc Borry)

 Tic et apprentissages
Alors oui désormais que ce soit en formation ou dans l’enseignement, avec nos ordinateurs ou nos téléphones portables, nous restons accrochés à nos mails. Une interruption de 2 à 3s peut doubler le nombre d’erreurs.  Attention et technologies ne font pas bon ménage. D’autant que laisser sa boite mail ouverte en fond fait perdre l’équivalent de 4 points de QI ! (fumer un joint « seulement » 2…ne pas fumer en laissant sa boite mail ouverte !). Le cerveau ne se concentre pas 100% sur les tâches en cours mais reste parasité par l’attente d’un mail.

Conclusion
Quand vous êtes en formation ou en cours ayez le réflexe, pour vous donner toutes les chances de réussir vos apprentissages, de couper vos téléphones et votre connexion wifi !

 

Votre attention SVP !

Petite phrase anodine et pourtant, nous sommes nous posé la question de ce qu’était l’attention ? Que veut dire être attentif dans le cadre d’un cours ou d’une formation ? Quel est l’impact des nouvelles technologies ? Petit tour d’horizon grâce à Marc Borry.

Définition
Une des définitions de l’attention (dans la recherche il y a en a toujours plusieurs !) est la capacité qu’a le cerveau à distinguer ce qui lui semble pertinent de ce qui ne l’est pas. Dans un flot d’informations (verbales, environnementales, olfactives) le cerveau va se focaliser sur certaines d’entre elles sans que l’on en soit forcément conscient.

Une pause s’impose
Notre cerveau, pour maintenir son attention, à besoin de temps de pause. La durée de concentration maximale étant de 20 à 30 minutes, le cerveau a besoin de recharger ses batteries. C’est pour cela que souvent on solutionne un problème sous la douche ou au volant. C’est pendant les décrochages (moments ou l’on n’accomplit pas forcément quelque chose de prenant) que le cerveau analyse. Si on reçoit des informations en permanence, le cerveau est trop « chargé » au risque de « déborder ». C’est pourquoi les temps de pause en formation sont importants et que l’on conseille aux étudiants de « s’aérer » l’esprit pendant les examens.

Impact des nouvelles technologies
Mais voilà avec les TIC fini les temps de pause et vive le zapping mental. On enchaine les tâches les unes après les autres. Le danger ne réside pas forcément dans notre intention de regarder nos mails ou les nouvelles de notre réseau mais dans le fait que par les sonneries et autres gadgets on subisse l’arrivée des nouvelles informations. On passe sans arrêt d’une information à une autre, la pause n’en n’est plus vraiment une.

Conclusion
Offrez des temps de pause à votre cerveau, vous gagnerez en attention et donc en productivité. Si vous avez du mal à vous concentrer, si votre esprit papillonne pendant que vous faites une activité, cela veut dire qu’il est grand temps de vous couper un peu des nouvelles technologies !!! Si vous vous entendez dire « allez je vais faire une pause je vais regarder mes mails » le danger est proche.

Merci de votre attention !

La formation est un cadeau

A l’aune de la nouvelle réforme de la formation professionnelle, on a tendance à penser que la formation est un droit. Pour moi, la formation est aussi un cadeau, et la voir sous cette angle permet de faire des analogies intéressantes.
En effet avant chaque anniversaire ou à Noël se posent les questions cruciales : est-ce que je fais un cadeau utile, un cadeau plaisir ou un cadeau qui ouvre des horizons ?

Le cadeau utile
C’est le cadeau qui trouve une application directe. La personne qui reçoit ce cadeau l’utilisera immédiatement. C’est la pièce manquante. Le destinataire, bien avant de le recevoir, s’était déjà projeté dans le futur en le manipulant. Quel plaisir de savoir qu’il ne va pas rester dans un placard ou être revendu ! Ca n’aurait servi à rien de l’offrir sinon, quel dommage n’est-ce pas?

Le cadeau plaisir
C’est le cadeau que nous offrons sans vraiment comprendre pourquoi la personne en face est si contente de l’avoir : « j’vois pas trop l’intérêt mais ça lui faisait tellement plaisir ! ». Un cadeau n’est pas forcément utile desuite mais il peut procurer un sentiment de reconnaissance. C’est le jouet qui sert à rien, trois heures dans un SPA ou le tour en Ferrari sur un circuit ! C’est pas utile, mais ça procure de la joie ! Reconnus dans nos désirs nous sommes après motivés à faire plein de choses pour notre entourage.

Le cadeau qui ouvre des horizons
Alors on sait que Polo aime la cuisine. Mais voilà ça fait trois ans qu’on le cantonne aux mêmes cadeaux : livres, ustensiles, cours, plats. C’est facile…mais on tourne en rond et Polo ne sait plus quoi en faire. Alors cette année, on discute avec lui l’air de rien, on l’observe et on décide de miser sur un cadeau jardinage, spectacle ou cinéma. Et là on peut penser, par son regard surpris, qu’on est à côté de la plaque. Pourtant quelques temps plus tard Polo nous montre avec fierté ses premières tomates, nous propose d’aller voir plein de spectacles ou nous explique que cette année il veut aller à Cannes pour le Festival ! Et là nous sommes tout content d’avoir permis à Polo d’élargir ses horizons !

Conclusion
La formation est un cadeau. Certes elle a un coût et doit être utile mais cette dernière peut prendre d’autres formes que la mise en application directe. La formation plaisir c’est celle qui sert à remercier un collaborateur pour ce qu’il apporte dans la structure, pour le booster après de durs moments, pour lui montrer qu’il n’est pas anonyme parmi les anonymes. La formation qui ouvre des horizons est incontournable quand les personnes tournent en rond. Souvent, elle nous semble déconnectée et pourtant on s’aperçoit que dans le temps, elle permet aux personnes d’évoluer dans leur manière d’agir ou de réfléchir au quotidien.

Alors quel cadeau allez-vous offrir ou recevoir cette semaine et qu’allez-vous en faire ?

Savoir, vouloir, pouvoir apprendre

L’apprentissage  individuel n’est jamais isolé du collectif et de l’organisation. C’est pourquoi chaque apprentissage entraine des changements. Alors, avant de partir en formation ou de retourner sur les bancs de la fac, il peut être utile de se poser quelques questions.

Est-ce que je sais apprendre ?
Connaissez-vous vos intelligences fortes ? Savez-vous, suivant les situations lesquelles vous avez tendance à privilégier ? Est-ce que vous apprenez mieux le matin ou le soir ? Savez-vous organiser vos apprentissages ? Souvent apprendre ne s’apprend pas, on le fait sur le tas de façon inconsciente. Mais les recherches scientifiques sont là pour nous permettre de conscientiser nos façons d’apprendre.

Est-ce que je veux apprendre ?
Ici se pose clairement la question de la motivation ! Souvenez-vous les cours où vous trainiez les pieds pour y aller, j’imagine que vous n’en avez pas retenu grand-chose. Une fois l’examen passé tout est oublié. Pour être motivé il faut avoir défini des axes de travail, des objectifs pour pouvoir mettre en application ce qui a été appris. Sans motivation pas d’apprentissage. Hélas dans les organisations, les personnes sont parfois obligées d’aller en formation. Dans ce cas, cette dernière a de fortes chances de ne servir à rien.

Est-ce que je peux apprendre ?
Je sais comment apprendre et je suis motivé pour le faire mais est-ce que mes collègues me permettent d’apprendre et de mettre en application ce que j’ai appris ? Est-ce que je ne suis pas rattrapée par mes urgences ou les urgences des autres ? Puis-je vraiment organiser ce qui est urgent et important pour moi ou est-ce que je subi au quotidien ? Redevenir maitre de son emploi du temps est un atout indéniable pour poursuivre ses apprentissages.

Conclusion
L’apprentissage individuel est imbriqué dans un collectif et une organisation. Ainsi avant d’entrer en formation ou à la faculté, une fois que vous savez si vous êtes prêt, capable et décidé à apprendre (cf article) demandez-vous également si vous savez, voulez et pouvez apprendre !