Archives mensuelles : octobre 2013

Les intelligences multiples : les bases

La théorie des intelligences multiples a été crée par Howard Gardner en 1983. Son succès dans le monde anglo-saxon depuis sa parution en 1983 a été considérable, en particulier dans les champs de l’éducation et de la formation permanente. Il introduit une nouvelle façon de comprendre l’intelligence des enfants en échec scolaire aux États-Unis.

Une intelligence selon Gardner (2006)  est définie par  » a biopsychological potential to process information that can be activated in a cultural setting to solve problems or create products that are of value in a culture. » C’est à dire « un potentiel biopsychologique qui traite des informations qui peuvent être activées dans un environnement culturel pour résoudre des problèmes ou créer un produit de valeur dans une culture.

Gardner, selon ces critères définit 8 intelligences qui ont chacune leur propre système symbolique

  • la verba-linguistique c’est à dire la capacité à être sensible aux structures linguistiques sous toutes ses formes
  •  la logique mathématique c’est à dire tout ce qui est lié aux nombres ou à la logique très analytique.

Six sont selon lui souvent ignorées du système éducatif ou de formation :

  •  l’intelligence visuelle-spatiale. C’est la capacité à créer des images mentales, et à percevoir le monde visible avec précision dans ses trois dimensions.
  •  l’intelligence musicale-rythmique liée à des personnes qui apprennent à travers le rythme et la musique.
  •  l’intelligence corporelle utilisée par les personnes qui apprennent en pratiquant et/ou qui ne peuvent pas assimiler en restant assis sur une chaise. l’intelligence interpersonnelle c’est à dire la capacité à entrer en contact avec les autres. Il y a des personnes qui ont besoin de discuter avec d’autres personnes de ce qu’ils ont appris pour intégrer. Léchange permet d’apprendre.
  • l’intelligence intrapersonnelle qui est la capacité à avoir une bonne connaissance de soi-même.
  • l’intelligence (du) naturaliste. Elle a été rajoutée aux sept précédentes par Howard Gardner en 1996. C’est la capacité à reconnaître et à classer, à identifier des formes et des structures dans la nature, sous ses formes minérales, végétales ou animales. On la reconnaît chez ceux qui ceux qui savent organiser des données, sélectionner, regrouper, faire des listes.

Cette distinction est illusoire tant les intelligences interagissent.

Ne pas confondre intelligences, capacités, styles cognitifs, système sensoriel, compétences

Afin d’éviter toute confusion entre les intelligences et autres compétences, Gardner (2006) dessine leurs contours en faisant plusieurs distinctions.Ainsi le niveau d’analyse stipule qu’elles se démarquent des capacités telles que l’attention, la motivation ou les styles cognitifs.

Capacités
Contrairement à l’attention et la motivation, les intelligences sont mobilisés pour donner un sens à un contenu spécifique, une information ou tout autre objet dans le monde.

Styles cognitifs
Quant aux styles cognitifs, ils correspondent à la manière donc chaque individu approche des tâches cognitives et n’est pas lui non plus en relation avec un contenu spécifique. Pour exemple Kolb (2005) fait une typologie de 4 styles cognitifs : Le divergent (concret-réfléchi); L’assimilateur (réfléchi-abstrait); Le convergent (abstrait-actif); L’exécutant(concret-actif). Ces styles ne tiennent pas compte d’une situation particulière.

La théorie MI fait donc partie pour nous du courant de la cognition située.

Attention cependant aux raccourcis audacieux. On en peut pas faire le lien le contenu et l’intelligence. Le fait de débattre ou d’écrire un poème font tous les deux appels à l’intelligence linguisitic. Gardner (2006)  » This observation also highlights the fact that there is not a one-to-one correspondence between specific types of content and the intelligences. Writing a poem and engaging in a debate are two distinct activities that each draw on linguistic intelligence »

Systèmes sensoriels
C’est le vecteur par lequel le cerveau reçoit les informations alors que les intelligences sont des sytèmes qui donnent un sens à l’information « once it has been received and irrespective of the means of reception. »(Une fois qu’il a été reçu et sans tenir compte des moyens de réception). Ainsi l’intelligence musical/rythmique proche du système sensoriel de l’audition traitera les informations suivant qu’elles aient été reçues par le timbre ou l’intonation, le rythme. Le système sensoriel précède le traitement intellectuel.

Compétences
Les compétences sont le produit d’un travail. Elles agissent sur le monde externe. On peut être un bon nageur ou un  bon dessinateur. Pour être un bon nageur ou dessinateur on peut faire appel aux intelligences visuel/spatial et corporelle. Mais le fait d’être un bon nageur dépend de la culture dans laquelle on est permettant l’accès facile à un plan d’eau, la qualité de l’instructeur ou le temps passé à s’entrainer.

Utilisation des intelligences
Les intelligences sont utilisées quotidiennement et dans plusieurs domaines. Un même personne peut utiliser plusieurs intelligences tout au long de sa journée en écrivant une carte pour des amis, se questionner sur son attitude et faire un puzzle.

Bilbliographie

Gardner.H (1983) Frames of mind : The theory of multiple intelligences. New york : Basic Books

Kolb, 2005 « The Kolb learning Style Inventory » (version 3.1) Haygroup, Boston

Utilisation des TIC dans l’enseignement, ce qu’il faut savoir

A l’heure du numérique où les étudiants sont sans cesse connectés (réseaux sociaux, téléphones portables) la tentation est grande de vouloir intégrer les Technologies de l’Information et de la Communication dans nos enseignements.

L’intégration de ces dernières nécessite quelques mises en garde, résumées dans l’article de Sonia Livingston (2012).

Si nous désirons utiliser les TIC c’est que nous pensons qu’elles facilitent les apprentissages. Pour autant, il est difficile de connaitre l’impact des TIC car ce terme est un mot valise renfermant plusieurs technologies comme les tableaux interactifs le mail ou les plates-formes. Attention donc au lien TIC=meilleur apprentissage.

Il ne suffit pas non plus de mettre en place des ordinateurs dans les écoles il faut aussi que les pratiques des enseignants évoluent. En effet les TIC remettent en question la hiérarchie pyramidale avec le prof qui transmet et l’élève qui écoute en multipliant les interactions et les modules d’apprentissage. Leur utilisation est donc efficace à condition que l’enseignant ait fait un travail de préparation en amont. Gardez en mémoire que le face à face et les formations en présentiel diffèrent en terme de timing, de savoirs et de pédagogie.

Autre mise en garde, gardez en tête que tous les étudiants n’ont pas la possibilité d’utiliser les TIC en dehors du système scolaire.  Il est donc nécessaire de trouver un équilibre entre le face à face et les outils en ligne. L’objectif des TIC est plus l’acquisition de connaissances transférables que l’utilisation technique de l’outil.

Questionnement : quels TICs utiliser ?

  • Il n’y a pas de hiérarchie dans les TIC, choisissez celle (s) que vous maitrisez !
  • Assurez-vous que l’outil est accessible à l’ensemble des élèves.
  • Le sujet du cours étant primordial, vérifiez que vous où les étudiants ne perdiez pas de temps à comprendre le fonctionnement des outils utilisés.

Bibliographie

Livingstone, S (2012), «Critical reflections on the benefits of ICT in education». Oxford Review of Education vol.38, pp.9–24.

Réveiller ses connaissances

Pour Poitou (2007), la connaissance n’est pas seulement individuelle, tout homme agit avec son environnement.

En situation de travail, il est souvent demandé une coopération capable de mutualiser les connaissances de chacun. Ces connaissances se trouvent sous formes de protocoles, de rapports, de modes d’emplois, post-it… et sont qualifiées par Poitou de « connaissances inertes ». Les salariés doivent alors s’approprier ces dernières afin d’être actifs dans leur travail.

L’enjeu est donc  de transformer ces connaissances inertes en connaissances utiles. Poitou définit donc trois états :

  • L’état inerte, où elles se trouvent simplement  (outillage, documents, site de travail)
  • L’état de transition, où elles sont sélectionnées et extraites  pour être converties en savoirs productifs ;
  • L’état actif, où les connaissances sont engagées dans des actes productifs.

« La phase de transition entre l’état inerte et l’état productif, est évidemment la phase décisive,  nommée la « mise au travail ».

Questionnement : les supports sont-ils suffisants ?

En formation, les stagiaires repartent avec des supports donnés par le formateur ou rédigés par eux lors des prises de notes. Nous nous quittons souvent avec la petite phrase « ya plus qu’à » en montrant la pile de notes ou le livre  remis.

Mais  le recours aux supports dénote une faille dans l’apprentissage. Simple aide mémoire ou redécouverte d’une notion que nous pensions acquise, nous nous apercevons bien souvent que nos notes ont été mal prises (manque de quelques étapes par exemple) ou que l’exemple du support ne correspond pas du tout à notre situation de travail. Il arrive alors que nous fassions machine arrière et abandonnions la mise en pratique.

Comment s’assurer alors que ces connaissances ne restent pas à l’état inerte mais passent à l’état actif ? Qu’est-ce qui pourrait faciliter la phase de transition ? Est-ce que tout se joue en formation? Sommes-nous aidés lorsque nous réintégrons nos postes de travail? De beaux défis en perspective !

Bibliographie

Poitou Jean-Pierre, « Des techniques de gestion des connaissances à l’anthropologie des connaissances », Revue d’anthropologie des connaissances, 2007/1 Vol. 1, n° 1, p. 11-34.

Formation passion

Ce carnet permet de mettre a disposition des professionnels de la formation et de l’éducation des idées d’articles de recherches permettant un questionnement quant à leurs pratiques.

Je fais une thèse sur la place des TIC dans la régulation des connaissances en formation professionnelle continue. Je suis moi même formatrice indépendante en logiciels de graphisme et de bureautique depuis bientôt 10 ans. Dans le cadre de la thèse je donne également des cours à la faculté d’Aix-Marseille en gestion de projets et systèmes d’informations.

Ainsi ce carnet de recherche me permet de lier les trois domaines dans lesquels j’évolue à savoir la formation, l’éducation et la recherche.Beaucoup de travaux du monde de l’éducation permettent d’éclairer des pratiques en FPC.