Archives de catégorie : Apprentissages et mise en pratique

La formation est un cadeau

A l’aune de la nouvelle réforme de la formation professionnelle, on a tendance à penser que la formation est un droit. Pour moi, la formation est aussi un cadeau, et la voir sous cette angle permet de faire des analogies intéressantes.
En effet avant chaque anniversaire ou à Noël se posent les questions cruciales : est-ce que je fais un cadeau utile, un cadeau plaisir ou un cadeau qui ouvre des horizons ?

Le cadeau utile
C’est le cadeau qui trouve une application directe. La personne qui reçoit ce cadeau l’utilisera immédiatement. C’est la pièce manquante. Le destinataire, bien avant de le recevoir, s’était déjà projeté dans le futur en le manipulant. Quel plaisir de savoir qu’il ne va pas rester dans un placard ou être revendu ! Ca n’aurait servi à rien de l’offrir sinon, quel dommage n’est-ce pas?

Le cadeau plaisir
C’est le cadeau que nous offrons sans vraiment comprendre pourquoi la personne en face est si contente de l’avoir : « j’vois pas trop l’intérêt mais ça lui faisait tellement plaisir ! ». Un cadeau n’est pas forcément utile desuite mais il peut procurer un sentiment de reconnaissance. C’est le jouet qui sert à rien, trois heures dans un SPA ou le tour en Ferrari sur un circuit ! C’est pas utile, mais ça procure de la joie ! Reconnus dans nos désirs nous sommes après motivés à faire plein de choses pour notre entourage.

Le cadeau qui ouvre des horizons
Alors on sait que Polo aime la cuisine. Mais voilà ça fait trois ans qu’on le cantonne aux mêmes cadeaux : livres, ustensiles, cours, plats. C’est facile…mais on tourne en rond et Polo ne sait plus quoi en faire. Alors cette année, on discute avec lui l’air de rien, on l’observe et on décide de miser sur un cadeau jardinage, spectacle ou cinéma. Et là on peut penser, par son regard surpris, qu’on est à côté de la plaque. Pourtant quelques temps plus tard Polo nous montre avec fierté ses premières tomates, nous propose d’aller voir plein de spectacles ou nous explique que cette année il veut aller à Cannes pour le Festival ! Et là nous sommes tout content d’avoir permis à Polo d’élargir ses horizons !

Conclusion
La formation est un cadeau. Certes elle a un coût et doit être utile mais cette dernière peut prendre d’autres formes que la mise en application directe. La formation plaisir c’est celle qui sert à remercier un collaborateur pour ce qu’il apporte dans la structure, pour le booster après de durs moments, pour lui montrer qu’il n’est pas anonyme parmi les anonymes. La formation qui ouvre des horizons est incontournable quand les personnes tournent en rond. Souvent, elle nous semble déconnectée et pourtant on s’aperçoit que dans le temps, elle permet aux personnes d’évoluer dans leur manière d’agir ou de réfléchir au quotidien.

Alors quel cadeau allez-vous offrir ou recevoir cette semaine et qu’allez-vous en faire ?

Savoir, vouloir, pouvoir apprendre

L’apprentissage  individuel n’est jamais isolé du collectif et de l’organisation. C’est pourquoi chaque apprentissage entraine des changements. Alors, avant de partir en formation ou de retourner sur les bancs de la fac, il peut être utile de se poser quelques questions.

Est-ce que je sais apprendre ?
Connaissez-vous vos intelligences fortes ? Savez-vous, suivant les situations lesquelles vous avez tendance à privilégier ? Est-ce que vous apprenez mieux le matin ou le soir ? Savez-vous organiser vos apprentissages ? Souvent apprendre ne s’apprend pas, on le fait sur le tas de façon inconsciente. Mais les recherches scientifiques sont là pour nous permettre de conscientiser nos façons d’apprendre.

Est-ce que je veux apprendre ?
Ici se pose clairement la question de la motivation ! Souvenez-vous les cours où vous trainiez les pieds pour y aller, j’imagine que vous n’en avez pas retenu grand-chose. Une fois l’examen passé tout est oublié. Pour être motivé il faut avoir défini des axes de travail, des objectifs pour pouvoir mettre en application ce qui a été appris. Sans motivation pas d’apprentissage. Hélas dans les organisations, les personnes sont parfois obligées d’aller en formation. Dans ce cas, cette dernière a de fortes chances de ne servir à rien.

Est-ce que je peux apprendre ?
Je sais comment apprendre et je suis motivé pour le faire mais est-ce que mes collègues me permettent d’apprendre et de mettre en application ce que j’ai appris ? Est-ce que je ne suis pas rattrapée par mes urgences ou les urgences des autres ? Puis-je vraiment organiser ce qui est urgent et important pour moi ou est-ce que je subi au quotidien ? Redevenir maitre de son emploi du temps est un atout indéniable pour poursuivre ses apprentissages.

Conclusion
L’apprentissage individuel est imbriqué dans un collectif et une organisation. Ainsi avant d’entrer en formation ou à la faculté, une fois que vous savez si vous êtes prêt, capable et décidé à apprendre (cf article) demandez-vous également si vous savez, voulez et pouvez apprendre !

Blog en vacances !

Tout d’abord un grand merci à vous tous qui nous suivez depuis 3 mois !!! Je suis très touchée par vos commentaires en off et votre intérêt pour ce sujet passionnant qu’est l’apprentissage.

Pendant l’été le blog sera au repos ! Je me consacre pleinement à l’écriture de ma thèse, je dois rendre une première version d’ici fin septembre !

Nous nous reverrons donc à la rentrée pour de nouveaux articles !

Bonnes vacances à tous !!!

 

Comment savoir qu’on a appris

« Tu as appris des choses à cette formation ? », « Tu as appris ton cours de math ? » mmmmm bonne question ! Et oui comment savoir si on a réellement appris ? Voici selon moi trois critères qui vous permettront enfin de répondre à ces interrogations.

Je sais faire !
En cours ou en formation on nous demande d’acquérir un savoir puis de le mettre en pratique. Cette application se situera sur le poste de travail, pendant un examen écrit ou parfois même les deux. Vous savez faire le geste technique ? Vous savez répondre à des questions ?! C’est un premier pas vers l’apprentissage. Et si ce n’était que du mimétisme ?
Exemple : je sais mettre en gras un mot dans un traitement de texte, je fais une sélection et j’appuie sur G.

Je comprends pourquoi je le fais !
Mais pourquoi je fais ça ? J’ai appris à faire quelque chose, mais pourquoi est-ce que je le mettrai en application ? A quoi ça va me servir ? Pourquoi je commence par ça et pas par autre chose ? Autant de questions à se poser sinon il sera difficile de mettre en acte la connaissance apprise, c’est-à-dire de l’appliquer hors contexte formation ou lors d’un examen un peu différent de ceux vu en cours. Apprendre c’est bien, comprendre c’est mieux ! Exemple : je mets en gras un mot ou une phrase pour la mettre en évidence. Je  n’utilise pas la couleur pour pallier les problématiques d’imprimantes en noir et blanc. A ce stade j’ai un savoir-faire et je comprends à quoi il peut me servir. Mais isolé il ne sert pas forcément à grand-chose. Montons alors un cran dans la réflexion.

Je sais combiner mes connaissances !
Dernière étape : à quoi puis-je raccrocher ce nouveau savoir-faire ? Qu’est ce qu’il m’apporte si je le mixe avec autre chose ? Comment monter en compétence en intégrant ce savoir faire à un autre ? Les chercheurs appellent cette dernière étape la métacognition c’est-à-dire la capacité à analyser ses propres réflexions. Indispensable selon moi, savoir combiner ses apprentissages permet d’ancrer les connaissances et facilite la mise en acte.

Conclusion
Si je sais faire quelque chose, que je comprends pourquoi je le fais et que je suis capable de le combiner avec d’autres éléments alors je peux dire que j’ai appris. Bien entendu l’apprentissage étant un processus il est difficile d’arriver à la dernière étape en sortant directement de formation ou de cours. Voilà une fois de plus pourquoi selon moi la variable temps est à prendre en compte lorsqu’on parle d’apprentissage. Qu’en pensez-vous ?

Est-il urgent ou important d’apprendre ?

Lundi je vous ai parlé d’un outil de gestion de temps nommé NERAC. Mais voilà parfois l’agenda n’est pas extensible et les tâches se bousculent au portillon. Comment choisir ce qui est urgent ou important. Est-ce que c’est urgent de mettre en pratique ou important d’y consacrer du temps ?!
Urgent pour moi, c’est ce qui est lié à une date définie qui approche. Important c’est ce que je dois mettre au cœur de mes apprentissages.

En pratique

Urgent mais non important =A Urgent et important = B
Ni urgent ni important = C Important mais pas urgent = D

En A vous allez noter tout ce qui a une date. Vous ne pouvez plus y échapper, que vous ayez pris le temps de mettre en pratique ou pas il faut rendre le produit fini, faire le travail qui n’a pas été fait.

En B c’est urgent que vous sachiez mettre en pratique et c’est important car cela concerne directement votre cœur de métier ou votre examen. A faire en priorité !

En C ce sont toutes les petites tâches qui peuvent attendre et qui parasitent votre temps d’apprentissage comme la consultation de vos mails, les réseaux sociaux ou internet.

En D c’est tout le travail de conception qui concerne votre apprentissage c’est-à-dire l’élaboration de votre plan d’action. Vos gros cailloux ! Qu’est ce vous comptez mettre en application comment pourquoi quand. Vous pouvez vous aider du NERAC pour planifier vos apprentissages.

Conclusion
Attention, on passe rapidement de la case C à la case A ou B ! Hors c’est un manque de gestion du temps et d’anticipation qui nous fait travailler tout le temps dans l’urgence. Et c’est parce qu’on est souvent en case A qu’on ne prend pas le temps de mettre en pratique ce que l’on appris ! Testez, vous me direz !

NERAC : un outil pour gérer vos connaissances

Je vous ai parlé plusieurs fois de l’importance du temps dans les apprentissages. Mais comment gérer son temps et ne pas être débordé ? Voici un outil fort sympathique que j’utilise régulièrement. A combiner avec la méthode des cailloux par exemple  ! Il vous permettra d’anticiper votre retour de formation concernant la mise en pratique des connaissances ou mettre en place vos révisions.

Le NERAC : présentation
Le NERAC est un outil de gestion du temps qui permet de détecter, évaluer et planifier les tâches que nous devons faire. Car si l’on se contente de faire sa « to do list » il y a de fortes chances pour qu’à la fin on ait fait ce qu’on avait envie de faire et pas forcément ce que l’on devait faire !

 

NERAC, mais ça veut dire quoi ?
N : notez les apprentissages à faire. C’est un peu votre « to do list » !
E : évaluez pour chaque apprentissage le temps que vous comptez/pensez mettre et planifiez les sur votre agenda. Ça vous évitera le stress du « il me reste 20mn qu’est-ce que je fais ».

R : réservez dans votre planning 30% pour les imprévus ou les urgences. Donc si vous estimez que vous allez mettre 1h pour réaliser un apprentissage et 1h pour le suivant, gardez votre 3ème heure libre.

A : actualisez vos tâches. Certaines deviennent soudainement urgentes ou plus importantes. Un agenda ça bouge !

C : contrôlez en fin de journée de mois ou de semaine que vous avez bien réalisé les notions que vous deviez revoir, apprendre ou mettre en pratique.

Conclusion
Je vous l’ai déjà dit, personne de vous donnera du temps, c’est à vous de le prendre. Pour rendre encore plus efficace vos formations ou celles de vos collaborateurs prévoyez dès le départ des temps dédiés aux apprentissages post formation. Essayer le NERAC, c’est l’adopter, non?

Vélo, auto, boulot : apprendre est bien un processus

Souvent, on part en formation avec l’idée un peu folle qu’on va y entrer novice et ressortir expert ! Souvent on nous envoie en formation avec la même idée loufoque « ben t’as fait la formation alors tu sais faire, non ? ». Et bien non ! L’apprentissage est un processus. Et pour ceux qui doutent encore voilà quelques exemples du quotidien.

Dis comment on tient en équilibre sur un vélo ?
« C’est facile, tu pédales et tu regardes droit devant ! Oui mais…ça ne marche pas…heu…parce qu’en fait en même temps il faut garder l’équilibre ? Et comment je fais ça ? heu…attends je vais t’aider. »

Que vous l’ayez vécu ou vu, vous visualisez très bien un parent haletant courant aux côtés de son enfant pour l’accompagner dans ses premières avancées. En connaissance on le sait, il y a les connaissances dites explicites, c’est celles qu’on sait verbaliser « tu regardes devant toi et tu pédales ». Et il y a les connaissances tacites : expliquez-moi comment vous faites pour tenir en équilibre ? « heu…. ». Ces connaissances tacites viennent souvent de l’expérience, de multiples essais. Ce sont celles là qu’on ne peut pas forcément transmettre en formation, celles qui nécessitent du temps pour être mises en application.

Ce soir c’est moi qui amène la famille au resto !
Oui mais voilà, le resto est au bout de la ville et votre enfant de 18 ans, fraichement élevé au rang de conducteur souhaite transporter le petit dernier de 4 mois en prenant le volant. Heu…boule au ventre et regards aux aguets, le trajet est pour vous hyper stressant. « Mais ça va détend toi, je viens d’avoir mon permis. Si je savais pas conduire, je l’aurai pas réussi ». Mmmmm pas si sûr ! On se souvient tous de nos premiers trajets tout seuls, franchement on était loin d’avoir l’aisance d’aujourd’hui voir les réflexes que nous avons acquis et qui nous on plusieurs fois sauvés la vie.

Bravo, vous avez été choisi pour le poste !
Souvenez-vous, vous avez fait des pieds et des mains pour obtenir ce poste. Après quelques années, vous vous retournez avec émotions sur vos débuts…affligeants ! A mes débuts de formatrice, j’étais tellement accès sur le contenu que j’aurai pu faire la même formation sans aucun stagiaire ! Je n’y aurais vu aucune différence ! J’étais concentrée sur le timing, sur ma voix tremblotante, sur mon plan de cours. Et vous, vous étiez comment à vos débuts ? Pas aussi à l’aise qu’aujourd’hui n’est-ce pas ?

Conclusion
L’apprentissage est bien un processus. Alors pourquoi existe-t-il un tel manque en ce qui concerne les apprentissages post formation. Pourquoi ne prenons-nous pas le temps ou ne laissons nous pas le temps aux autres de mettre en pratique ce qu’ils ont appris. Sans ce temps, vous ne sauriez pas faire du vélo, conduire, et encore moins occuper de cette façon votre poste de travail…A méditer !

 

Peinture et apprentissages

En aidant une amie à s’installer, je me suis retrouvée rouleau à la main à repeindre la maison.

Je me suis fait la remarque suivante : finalement, il y a beaucoup de points communs entre peindre une pièce et les méthodes d’apprentissage. En voici au moins trois.

Préparer
Pour ceux qui ont déjà tenté l’expérience, le plus long dans la peinture ce n’est pas de passer le rouleau mais toute la préparation en amont : quelle peinture choisir, pourquoi pour quelle finition ? Protéger ce qui doit l’être avec des bâches, poser le scotch sur les parties à ne pas peindre, choisir les outils qui faciliteront l’application. En formation les mêmes questions se posent : quelle formation choisir, pour quels objectifs ? Faire le bilan sur ce que l’on sait déjà ou pas, penser à des questions, des mises en application est tout aussi important. Préparer sa formation  est donc une étape importante.

Poser
On ne peint pas tous de la même façon ! Le coup de pinceau varie d’une personne à une autre. En théorie, une seule personne doit peindre la même pièce pour éviter des dépôts de peinture différents, ou des coups de pinceaux dans des sens différents.  En termes d’apprentissage, personne n’apprend de la même façon non plus ! Connaissances acquises précédemment, bouquets d’intelligences, cursus scolaire professionnel ou personnel sont autant de critères qui nous différencient. Vouloir ou penser que tout le monde apprend de la même façon est aussi saugrenue que de penser qu’on a tous le même coup de pinceau !

Agrémenter
C’est suite à la pose de la peinture qu’on s’attèle à décorer la pièce. On pose donc les nouveaux éléments sur une base. Pour les apprentissages c’est pareil : la formation actuelle prépare les formations à venir et s’appuie sur les connaissances passées. Penser à l’après formation et à la cohérence des parcours donne une dimension particulière au sens que nous donnons à nos apprentissages. Comment allez-vous agrémenter la formation que vous allez faire ou que vous venez de faire ?

Conclusion
Ce qui nous parait évident dans la vie de tous les jours ne l’est pas forcément lorsque nous parlons apprentissage. Etrange, non ?

Entrée en formation : êtes vous prêt à changer ?

Dans un article précédent, je vous avais parlé de quelques astuces à appliquer avant d’entrer en formation. Mais êtes-vous prêt à changer vos méthodes de travail ? Petit test.
Perdre du temps…pour en gagner
L’apprentissage est un processus. Quand on revient de formation, il est nécessaire de prendre du temps pour ancrer les nouvelles connaissances et les mettre en pratique. C’est une étape cruciale. Pourtant, poussés par les urgences, on a tendance à se dire que finalement on faisait plus vite avant et on retombe dans les anciens travers. Alors êtes-vous prêt à vous donner la chance de progresser ?
Changer ses méthodes de travail
La formation implique de changer ses méthodes de travail. Vous devez travailler plus efficacement (informatique, vente) mais aussi en toute sécurité (gestes et postures, formation aux produits d’entretien) ou moins stressé (gestion de projet, de conflits, accueil). Alors êtes-vous prêt à travailler différemment ?
Monter en compétence
Vous vous formez, vous montez en compétence. Ces dernières sont reconnues et on vous sollicite pour d’autres tâches. Ainsi petit à petit (ou radicalement parfois) on est amené à quitter sa zone de confort et à explorer de nouveaux horizons. Alors êtes-vous prêt à relever ce défi ?
Conclusion : Si vous répondez non à une de question alors non, vous n’êtes pas prêt à entrer en formation !

La formation ça sert à rien !

L’objectif quand on entre en formation ou qu’on doit l’assurer c’est de faire en sorte que l’apprentissage soit réussi. Mais, qu’est-ce qui se passe si une formation est réussie ? Quels sont les impacts d’un apprentissage concret ? Regardons d’un peu plus près…
Un changement individuel
Quand on revient de formation on est boosté, on n’a qu’une envie c’est mettre en pratique ce que l’on a appris. Quand on a la chance d’avoir du temps pour ancrer les nouvelles connaissances, on change indéniablement nos méthodes de travail. Sauf qu’un changement individuel entraine un changement collectif et que ce changement on l’avait pas vu venir !
Un changement collectif
Vous êtes monté en compétence, vous avez changé vos méthodes de travail. Oui mais….les collègues ne suivent pas ! Aïe et quand vous tentez de leur expliquer qu’ils peuvent/doivent faire différemment ça coince. Comment continuer son apprentissage dans ces conditions ?
Un changement organisationnel
Il faut monter au niveau organisationnel et tenir compte que des connaissances ça se manage ! Autant maitriser l’effet domino qui résulte d’un retour de formation et anticiper les changements qui en résultent. Sinon et bien on continuera à dire que « la formation, ça sert à rien ! ».
Conclusion
La formation est un droit, il faut dépenser des budgets pour répondre à la réglementation, certes. Mais autant la rendre utile et améliorer son retour sur investissent en se préparant aux changements individuels, collectifs et organisationnels qu’elle entraine. Anticiper ces changements c’est mettre des actions concrètes pour ne plus dire « la formation ça sert à rien ! ».