Archives de l’auteur : Caroline Corvasce

Le groupe frein de la formation ?

Assister à des formations c’est bien, mais mettre en pratique c’est mieux. Outre le travail qui s’accumule pendant notre absence, un autre facteur peut influencer l’utilisation de nos savoirs : nos collègues de travail.

Indifférence
Vous sortez de formation, vous êtes motivé, gonflé à bloc par vos nouveaux projets. Vous avez envie de partager. Mais voilà, tout le monde s’en fiche ! Occupé à sa tâche, votre collaborateur vous gratifie d’un « Ah ça y est tu es de retour ! C’était bien ? mmmm….ah au fait il faudrait que tu t’occupes du dossier X avec Y et blablabla ». Frustré, vous vous dites que rien ne changera et que mener à bien vos projets sera difficile, voir inutile. Retour à la case départ.

Immobilisme
Autre cas de figure. Vous savez que pour mener à bien vos projets, vos collaborateurs ont besoin de monter à compétences. « Vous allez voir c’est pas compliqué, vous devez juste changer 2,3 habitudes mais je peux vous montrer ! ». Vous faites alors des schémas, des graphes, des protocoles…mais personne ne bouge « ah non moi j’ai pas le temps (pas envie !), on verra plus tard ! » Retour à la case départ.

Ingérence
Voilà que vos collègues voient votre montée en compétence d’un mauvais œil. Alors tout est bon pour vous couper l’herbe sous le pied : critiques acerbes, refus de coopérer voilà vos collègues en train de descendre à bout portant le début de vos nouvelles résolutions. Et de se mêler de ce qui ne les regarde pas ! Pas facile alors de garder sa motivation, et là aussi c’est le retour à la case départ…

Conclusion
Il ne suffit pas d’imputer la réussite d’une formation à la formation en elle-même. Il est parfois judicieux de se tourner vers les difficultés rencontrées lors des retours de formations. La réintégration des savoirs dans le groupe ne doit pas être prise à la légère si vous voulez augmenter le retour sur investissement de vos formations. Heureusement, dans un prochain article nous verrons que le groupe peut être aussi un formidable levier !

En faire moins en plus de temps

Productivité, efficacité, performance ! Voilà des mots qui étrangement nous guident tout au long de la journée. A force d’intensifier nos tâches, nous n’avons même plus le temps de les écrire sur notre To-Do-Liste. Il faut en faire toujours plus en moins de temps. Et si nous faisions l’inverse ? Car en formation, inverser la tendance devient une priorité. Pourquoi ? Suivez- le guide !

En faire moins…

Qui n’a pas des palpitations en lisant des plans de cours surchargés ? A la lecture de certains documents, j’en arrive à plaindre aussi bien les stagiaires que les formateurs. Car les deux arrivent en formation avec le même stress : finir ce qui est écrit sinon la formation sera fichue, il va manquer des choses. Oui mais… ne vaut-il pas mieux en voir moins dans une journée et que ce soit ancré et utile plutôt que de survoler des notions ? Car il est illusoire de vouloir tout montrer et tout ingurgiter. D’autant que le timing pour y arriver est très serré.

En plus de temps !

Que le stagiaire qui ne craint pas de partir en formation 3 ou 4 jours (voir 5) me jette la première pierre ! On le sait, quand on part en formation le travail s’accumule et c’est dépité que nous revenons sur nos postes de travail. Impossible alors de s’entrainer pour mettre en pratique ce que nous avons appris, le travail en retard d’abord. Et c’est comme ça que les notions de formation s’envolent et que la frustration reste !

Conclusion

En formation, mettons-nous au « en faire moins en plus de temps ». Cela veut dire créer des plans de cours ciblés, avec une autre approche de la détection des besoins, avec une réflexion pour avoir des formations à la carte. « En plus de temps » signifie découper les modules en 1+1+1 ou 2+1 qui permettent de lier formation et accompagnement en revenant sur les vrais problématiques rencontrées entre deux sessions. Etre innovant, c’est allé à contre courant, non ? Alors vous aussi faites en moins en plus de temps !

La fatigue en formation

« Alors c’était bien ces vacances ? heu je veux dire cette formation? ha ha ha ! » Qui n’a jamais entendu ou dit cette phrase ? Et pourtant, partir en formation n’est pas de tout repos. Pour comprendre pourquoi en fin de journée vous avez l’impression d’être plus fatigué qu’à votre poste de travail, suivez le guide !

Une fatigue intellectuelle
Une des première fatigue à souligner, est la fatigue intellectuelle. En effet tout au long de la journée le cerveau est sollicité pour apprendre, réactiver et ancrer des informations. Cela demande beaucoup d’énergie et de concentration.

Une fatigue physique
En formation, rares sont les opportunités de se déplacer. Ainsi, maux de tête et de dos sont classiques en fin de journée. Cela est encore plus fatiguant pour les personnes qui ont l’habitude de bouger.

Une fatigue émotionnelle
« Oh non j’y comprend rien, je suis larguée…oui super j’ai compris…ohlàlà il est agressif lui…alors que lui est plutôt sympatique ». En formation, l’ascenseur émotionnel est présent. On passe du stress de la présentation du tour de table, à celui de notre capacité à suivre et à s’entendre avec les autres. Les plus audacieux oseront même poser des questions !

Conclusion
Qu’elle soit, intellectuelle, physique ou émotionnelle la fatigue est à prendre en compte avant pendant et après toute formation. Alors, buvez, bougez, respirez ! Formation ne rime définitivement pas avec vacances.

Cette année j’apprends à…

Tout d’abord je tiens à vous souhaiter une excellente année 2015 sous le signe des apprentissages. Et si cette année nous formulions nos bonnes résolutions de façon différente ? Oui parce que chaque année c’est la même chose : on dit à haute voix ce que l’on va faire et ensuite, absorbés par la spirale du quotidien nos bonnes intentions s’envolent. Alors cette année pourquoi ne pas faire différemment ? Oui mais comment ? Suivez le guide.

Enlever la pression
Quand on formule nos bonnes résolutions, finalement, on se met la pression. Car on se donne une obligation de résultat, sans finalement penser que derrière se cachera un processus. A viser le résultat on en oublie les moyens. Cette année j’arrête de fumer, je perds du poids, je refais du sport…Comme si tout cela allait se faire du jour au lendemain ! Et si le résultat n’arrive pas rapidement on est déçu et les résolutions partent aux oubliettes.

Se mettre en mode projet
Toute résolution est un projet personnel ! Changez le mot résolution par objectif, fixez-vous une date pour atteindre cet objectif et le mode projet commence ! Qui dit projet dit équipe. Votre projet personnel, vous allez surement en discuter avec d’autres personnes. Déjà là, ça se concrétise, non ?

Se fixer une résolution c’est apprendre
Alors cette année j’apprends à arrêter de fumer, j’apprends à perdre du poids, j’apprends à refaire du sport. Testez avec vos résolutions et sentez comme la pression s’évacue ! Car apprendre implique un temps, une durée nécessaire pour atteindre un objectif.

Conclusion
Cette année pour tenir nos résolutions pensons à les reformuler en y ajoutant « j’apprends à…. ». Cela nous permettra de nous enlever une forte pression et de passer doucement en mode projet.

 

Bilan 2014 du blog : merci !

Un grand merci ! Vous êtes de plus en plus nombreux à venir sur ce blog depuis son lancement en Mai 2014. Nous sommes passés de 300 à environ 2000 personnes par mois !Ce qui prouve que la formation a encore un bel avenir devant elle.

Il me reste à vous souhaiter de bonnes fêtes et j’espère tous vous revoir en 2015 !!!

Caroline

Mon bilan de formation de l’année

Et voilà 2014 se termine et 2015 est là. Avant de passer aux bonnes résolutions, pourquoi ne pas profiter de ce temps pour prendre du recul et analyser votre parcours de formation !

 Identifiez vos formations
Quelles formations avez-vous suivies cette année ? Faites un listing. Analysez les liens éventuels ou au contraire les écarts. Vous pouvez aussi pour chacune définir trois adjectifs qui les définissent le mieux : stimulante, pratique, enrichissante…

Qu’en avez-vous fait ?
Ce n’est pas le tout d’avoir des connaissances encore faut il être en mesure d’analyser ce que ces formations vous ont permis de faire, de comprendre, d’analyser. Ainsi vous visualisez tout ce à côté de quoi vous seriez passé si vous ne vous étiez pas formé.

 Que reste-il à faire ?
Début 2015 ce sera le moment des bonnes résolutions ! Profitez-en pour réfléchir à votre parcours de formation : que vous manque t’il ? Pourquoi ? Comment envisagez-vous votre parcours ? Quelles sont les thématiques qui vous font vibrer ?

Conclusion
La formation est un cadeau. Cela tombe bien nous sommes en pleine période festive. Aussi, je vous invite à profiter de ces moments pour prendre du recul sur vous, vos objectifs et votre vision formative  pour 2015. Et l’air de rien vous préparez votre PAP 2015 !

******* Bon bout d’an à tous et à l’an qué ven ! ******

Pourquoi ils ne veulent pas se former ?

Vous avez beau mettre un place un plan de formation, certains rechignent à s’y conformer. Car se former n’est pas innocent, c’est aussi faire le deuil de nos actions passées (cf article deuil et apprentissages).
De plus qui dit formation dit changement (cf article changement) et dans ce domaine ceux qui s’y opposent déploient des stratégies. Petit tour d’horizon des opposants à la formation !

Le sourd
Il n’entend pas vos appels, il ne réagit pas. « Aujourd’hui la mode est à telle formation, demain ce sera une autre, à quoi bon ? ». Il se dit qu’il vaut mieux laisser trainer les choses en attendant la prochaine lubie de la direction. C’est un pro de l’inertie, mais à vous de vous assurer qu’en terme de formation, l’effet de mode n’a pas d’impact et que les formations mises en place sont mûrement réfléchies.

Le blasé
Aussi actif que son ami le sourd, le blasé rajoute une bonne couche de râlerie et dit tout haut ce que le sourd pense tout bas « ah ben voilà, on va encore nous sortir le discours sur la nécessité de se former blablabla ». Le sourd comme le blasé ne sont pas très virulents et restent en opposition passive. Pas facile de les détecter.

Le critique
Il exprime haut et fort son opinion, que ce soit à travers des actes colériques ou du sarcasme. « ah ben c’est vrai qu’après la dernière formation les commerciaux ont bien vendus hein c’est pas comme si le chiffre d’affaire était toujours en baisse alors moi me former hors de question ! ». En effet, si l’impact de vos formations est difficilement mesurable que ce soit en terme d’efficacité ou de reconnaissance, il sera difficile de poursuivre votre projet formatif.

Le rassembleur
L’union fait la force et le rassembleur conclue des pactes ou des alliances pour assoir son opposition. Comme si devant le changement il valait mieux être plusieurs que seul. « si on s’y met tous alors peut-être qu’on y échappera ». Attention car le rassembleur arrive souvent à ses fins. A vous de le détecter le plus rapidement possible et profiter de ses qualités de rassembleur pour le faire basculer de votre côté.

Conclusion
Omettre que la formation entraine des changements est une grave erreur. Aussi, la dimension managériale ne doit pas être mise de côté. Sinon, les sourds, les blasés, les critiques et les meneurs de groupe auront tôt fait de saborder les montées en connaissance de votre structure.

Différence entre savoir et connaissance

Savoir et connaissance, voilà deux termes souvent confondus. Bien que certains chercheurs y voient des synonymes pour d’autres la distinction est cruciale. J’en fais parti !

Qu’est-ce qu’un savoir ?
Le savoir c’est que qui relève d’une communauté qui a statué sur une connaissance érigée alors en savoir. C’est exactement ce qui se passe sur les savoirs académiques. Un groupe de pairs a décrété que telle ou telle chose devait être enseignée. En formation idem. Prenez plusieurs plans de cours, relevez les similitudes. Vous dégagez ainsi les savoirs incontournables qui doivent être abordés pendant une formation. Discutez-en ensuite avec les principaux intéressés pour vous assurer de transformer ces savoirs en connaissances.

Qu’est-ce qu’une connaissance ?
Une connaissance (en vision dynamique) est intérieure à la personne et n’est donc pas stockable. Elle est singulière. Aucun manuel de ne peut référencer des connaissances. Ainsi nous avons tous des connaissances différentes même si un même savoir est abordé.

La connaissance n’est pas une poupée russe
Selon Merieu, on peut empiler des savoirs mais pas des connaissances. Les connaissances se transforment, se combinent en fonction de chaque individu, des représentations qu’ils se font des savoirs et de son socle de connaissances.
Ainsi en sortant de formation, chacun aura retenu des concepts différents même si le plan de cours est à la base identique.

Conclusion
Un savoir est lié à une communauté, une connaissance à un individu. Ah ça fait du bien de clarifier, non ?!

Métacognition et formation

Petit défi ! Ce soir au repas, il faudra placer le mot métacognition au détour d’une conversation. Après vous être amusé à voir des yeux interrogateurs vous scruter, il faudra donner quelques explications. Ce terme méconnu mérite qu’on s’y arrête quelques instants.

Qu’est-ce que la métacognition ?
C’est le fait d’effectuer un retour sur son propre processus d’apprentissage et d’interroger, de l’extérieur en quelque sorte, la dynamique du transfert de connaissance. La métacognition c’est le fait de réfléchir à ses mécanismes d’apprentissage ou de travail. « Comment est-ce que je fais ça ? ». Elle nécessite donc un certain recul quant à sa façon de faire. C’est un peu comme être à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de soi. La métacognition permet de comprendre la part de connaissance tacite (cf article manager les connaissances) que nous détenons.

Métacognition et formation
La métacognition a une place importante dans la formation. Le formateur a tout intérêt à pousser les personnes à se questionner, à s’interroger sur ce qu’elles apprennent,pourquoi elles l’apprennent et à quoi cela va leur servir. Cela évitera les formations  à la « épate-moi Benoit » c’est-à-dire des formations où un flot discontinu d’informations est diffusé sans que l’on sache exactement pourquoi. Côté stagiaire,  on sait pertinemment que seulement 20% des informations sera retenu, autant que ces 20% servent, non ? D’où l’intérêt avant d’entrer en formation d’avoir préparé son plan d’action personnalisé (cf article PAP). Se projeter dans le futur, c’est déjà avoir une activité méta-cognitive !

Métacognition, quelles questions se poser ?
Pour vous accompagner dans votre réflexion, voilà quelques questions à vous poser

–          Qu’est-ce je sais faire et qu’est-ce que j’aimerai savoir faire? Cette question vous permet de faire le tri entre vos acquis et ce qu’il vous reste à apprendre

–          Pourquoi je le fais ou pourquoi j’aimerai savoir le faire ? Comprenez-vous toujours pourquoi vous faites telle ou telle action ? telle ou telle tâche ?

–          Avec quoi je peux relier ce nouvel apprentissage ? Combiner plusieurs savoirs amène souvent à la créativité et à l’innovation. Être acteur de ses apprentissages et accéder à la métacognition c’est aussi faire des ponts avec tout ce que l’on sait déjà faire.

Conclusion
La métacognition c’est la capacité que nous avons tous de réfléchir à nos actions, à nos apprentissages à nos buts et à nos choix. Nous accédons à la métacognition quand nous prenons le temps de nous interroger, que nous sortons la tête du guidon. Aussi je m’interroge, mais pourquoi ai-je écrit cet article ?!

Manager les connaissances

Le 18 octobre dernier a été pour moi l’occasion de discuter du management des connaissances en collectivité lors d’une conférence au CNFPT de Lagarde. Dans un contexte de mutualisation, les collectivités doivent relever le défi de créer, diffuser et capitaliser de la connaissance. Voici un résumé de quelques points abordés.

Vision statique versus vision dynamique de la connaissance
Avoir une vision statique de la connaissance implique que nous voyons cette dernière comme un objet, entièrement détaché de l’individu. La connaissance est ainsi aisément transférable d’un individu à un autre et stockable dans des bases de données. Une personne ayant cette vision, favorisera l’échange par des supports, des protocoles ou bien encore des bases de données consultables par tous (wikiterritorial).

Une personne qui a une vision plutôt dynamique pense que la connaissance est attachée à un individu. Elle n’est plus un objet mais un processus. De ce fait, la connaissance sera transférable par la pratique. Une personne ayant une vision dynamique favorisera les communautés de pratiques, les échanges informels ou bien encore le tutorat.

Connaissance explicite versus connaissance tacite
La connaissance explicite est une connaissance qui peut être transmise sans perte (recette de cuisine). Je peux dire ou écrire ce que je fais et comment je le fais. A contrario une connaissance tacite et difficilement exprimable, elle est difficile à communiquer et à formaliser (tour de main). On approche ici l’expertise détenue par un individu.

En vision statique on aura tendance à vouloir séparer le tacite de l’explicite. En vision dynamique on part du principe que les deux connaissances se retrouvent dans la pratique et qu’il est impossible de différencier la part du tacite de l’explicite.

Diffuser la connaissance versus la protéger
Faut-il vraiment diffuser une connaissance ? Et comment susciter la coopération pour le faire ? Voilà une question bien délicate. En effet derrière la connaissance se cache le pouvoir. Il n’y a qu’à voir les nombre de brevets déposés chaque année ! Sur nos postes de travail bien souvent notre pouvoir c’est notre savoir-faire. Non protégé n’importe qui peut s’approprier notre travail (un peu comme notre nom qui disparait de notre rapport remplacé par celui de quelqu’un d’autre…). Oui mais voilà, si les mathématiques avaient été protégées il y a fort à parier qu’on vivrait encore dans des grottes et que l’architecture par exemple n’aurait pas beaucoup évolué ! Une connaissance n’est peut être pas faite pour être gardée.

Conclusion
Manager les connaissances soulève bien questions. La vision que nous en avons va directement impacter notre manière de manager et les méthodes mises en place pour favoriser ou non la circulation des connaissances. Pour autant, avec la tertiarisation des métiers, la course à l’innovation et les coupes budgétaires, manager les connaissances est un enjeu aussi bien dans le secteur privé que public.