Manager les connaissances

Le 18 octobre dernier a été pour moi l’occasion de discuter du management des connaissances en collectivité lors d’une conférence au CNFPT de Lagarde. Dans un contexte de mutualisation, les collectivités doivent relever le défi de créer, diffuser et capitaliser de la connaissance. Voici un résumé de quelques points abordés.

Vision statique versus vision dynamique de la connaissance
Avoir une vision statique de la connaissance implique que nous voyons cette dernière comme un objet, entièrement détaché de l’individu. La connaissance est ainsi aisément transférable d’un individu à un autre et stockable dans des bases de données. Une personne ayant cette vision, favorisera l’échange par des supports, des protocoles ou bien encore des bases de données consultables par tous (wikiterritorial).

Une personne qui a une vision plutôt dynamique pense que la connaissance est attachée à un individu. Elle n’est plus un objet mais un processus. De ce fait, la connaissance sera transférable par la pratique. Une personne ayant une vision dynamique favorisera les communautés de pratiques, les échanges informels ou bien encore le tutorat.

Connaissance explicite versus connaissance tacite
La connaissance explicite est une connaissance qui peut être transmise sans perte (recette de cuisine). Je peux dire ou écrire ce que je fais et comment je le fais. A contrario une connaissance tacite et difficilement exprimable, elle est difficile à communiquer et à formaliser (tour de main). On approche ici l’expertise détenue par un individu.

En vision statique on aura tendance à vouloir séparer le tacite de l’explicite. En vision dynamique on part du principe que les deux connaissances se retrouvent dans la pratique et qu’il est impossible de différencier la part du tacite de l’explicite.

Diffuser la connaissance versus la protéger
Faut-il vraiment diffuser une connaissance ? Et comment susciter la coopération pour le faire ? Voilà une question bien délicate. En effet derrière la connaissance se cache le pouvoir. Il n’y a qu’à voir les nombre de brevets déposés chaque année ! Sur nos postes de travail bien souvent notre pouvoir c’est notre savoir-faire. Non protégé n’importe qui peut s’approprier notre travail (un peu comme notre nom qui disparait de notre rapport remplacé par celui de quelqu’un d’autre…). Oui mais voilà, si les mathématiques avaient été protégées il y a fort à parier qu’on vivrait encore dans des grottes et que l’architecture par exemple n’aurait pas beaucoup évolué ! Une connaissance n’est peut être pas faite pour être gardée.

Conclusion
Manager les connaissances soulève bien questions. La vision que nous en avons va directement impacter notre manière de manager et les méthodes mises en place pour favoriser ou non la circulation des connaissances. Pour autant, avec la tertiarisation des métiers, la course à l’innovation et les coupes budgétaires, manager les connaissances est un enjeu aussi bien dans le secteur privé que public.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *